Soutenez Armenews !
POLITIQUE Rubrique

Des maires de l’opposition arménienne démissionnent sous la pression du gouvernement


Les maires d’au moins trois communautés rurales de la province de Lori, dans le nord de l’Arménie, qui soutiennent des groupes d’opposition, ont démissionné, cédant aux pressions du gouvernement suite aux élections législatives du mois dernier.
Le Premier Ministre Nikol Pashinian s’est engagé à mener des « vendettas politiques » contre les responsables locaux liés à l’opposition pendant la campagne électorale. Il a affirmé qu’ils forcent leurs subordonnés à assister aux rassemblements de campagne organisés par ses adversaires politiques.

Un haut collaborateur de M. Pashinian a effectivement exigé leur démission peu après l’annonce des résultats des élections, qui ont donné la victoire au parti au pouvoir, le Contrat Civil. Les médias arméniens ont rapporté dans les jours qui ont suivi que plusieurs gouverneurs de province convoquaient les maires de villages favorables à l’opposition et les pressaient de démissionner.

Le gouverneur de Lori, Aram Khachatrian, a déclaré le 29 juin que le résultat des élections équivalait à un vote de défiance à l’égard de ces maires.

Arsen Titanian, le maire d’Odzun, qui soutient le bloc d’opposition Hayastan, a affirmé le 23 juin avoir été battu par des subordonnés de Khachatrian à l’intérieur du bâtiment de l’administration provinciale, après avoir annoncé au gouverneur qu’il ne démissionnerait pas.

Les forces de l’ordre ont ouvert une enquête criminelle mais aucun suspect n’a été inculpé à ce jour. Khachatrian nie avoir ordonné le passage à tabac du maire.

Pas plus tard que le 29 juin, Mher Gevorgian, un autre soutien d’Hayastan et maire de longue date de Gyulagarak, ainsi que de plusieurs petits villages de Lori qui forment une seule communauté, a insisté sur le fait qu’il n’avait pas l’intention de démissionner. Néanmoins, il a présenté sa démission mardi.

« Je veux me reposer », a déclaré Gevorgian à la presse. « J’ai travaillé sans relâche pendant 23 ans ».

Il a précisé par la même occasion qu’il se présentera aux élections locales qui devront être organisées après sa démission. « Mon peuple m’aime et je l’aime », a-t-il expliqué. « Je me présenterai et je gagnerai ».

Les maires de longue date de deux autres villages de Lori, Hartagyugh et Saralanj, ont également démissionné ces derniers jours. L’un d’entre eux a affirmé avoir des problèmes de santé tandis que l’autre a déclaré vouloir se lancer dans une activité entrepreneuriale.

Le Gouverneur Khachatrian a nié tout lien entre les démissions et sa déclaration post-électorale. Mais il a également réaffirmé que les habitants de la région frontalière avec la Géorgie allaient bientôt « sentir sur leur peau la puissance du mandat d’acier » que, selon lui, le parti au pouvoir a remporté lors des dernières élections.

Dans une déclaration du 30 juin, le Président de l’Union des Communautés d’Arménie, qui représente les administrations locales élues, a condamné les tentatives du gouvernement de se défaire des maires dissidents, les jugeant illégales et antidémocratiques.

L’alliance Hayastan, qui a terminé en deuxième position lors des élections du 20 juin, a également déploré la pression exercée par le gouvernement.

Des personnes liées au groupe d’opposition dirigé par l’ancien Président Robert Kocharian sont à la tête de nombreuses villes et villages dans le sud-est de la province de Syunik. Ils avaient exigé la démission de M. Pashinian peu après la défaite de l’Arménie dans la guerre d’automne avec l’Azerbaïdjan.

Quatre maires de Syunik ont été arrêtés ce mois-ci sur la base de différentes accusations qu’ils ont contestées en les qualifiant d’accusations politiques.

par ChelseaW le jeudi 22 juillet 2021
© armenews.com 2021



Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200




 
Thèmes abordés