Soutenez Armenews !
JUSTICE Rubrique

Un médecin pro-opposition libéré sous caution


Un éminent chirurgien arménien affilié à la principale alliance d’opposition, Hayastan, a été libéré sous caution mercredi, un mois après avoir été arrêté pour avoir fait pression sur ses subordonnés afin qu’ils participent aux élections législatives du 20 juin.

Armen Charchian, qui dirigeait le centre médical Izmirlian d’Erevan, a été poursuivi après qu’une organisation non gouvernementale a rendu public un enregistrement audio de sa réunion préélectorale avec le personnel de l’hôpital.

Charchian, qui s’est présenté au Parlement sous l’étiquette de Hayastan, leur a expliqué qu’ils devaient voter lors des élections anticipées ou s’exposer à un « traitement beaucoup plus dur » de la part de la direction de l’hôpital. Il a été inculpé en vertu d’un article du Code Pénal qui interdit toute coercition à l’égard des électeurs.

M. Charchian a rejeté ces accusations, les jugeant sans fondement et politiquement orientées, avant qu’un tribunal d’Erevan n’autorise, le 23 juin, les forces de l’ordre à l’arrêter dans l’attente d’une enquête. La direction de Hayastan, l’Église Apostolique Arménienne - propriétaire de l’hôpital - ainsi que des centaines de médecins ont depuis demandé sa libération.

Le procès très médiatisé de ce médecin de 61 ans a débuté lundi. Un juge présidant le procès a accepté de lui accorder une mise en liberté sous caution. Les partisans de Charchian présents dans la salle d’audience ont salué cette décision par des applaudissements nourris.

« Malheureusement, la justice a mis longtemps à se prononcer », a déclaré aux journalistes l’un des avocats de Charchian, Aram Vardevanian. « Le professeur n’aurait jamais dû être arrêté en premier lieu ».

Un autre avocat, Erik Aleksanian, a insisté sur le fait que son client est victime de « persécutions politiques » ordonnées par le gouvernement.

Erik Aleksanian a déclaré précédemment que les accusations étaient sans fondement, car l’enregistrement qui a fait l’objet d’une fuite ne contient qu’un court extrait des propos tenus par Charchian lors de la réunion avec le personnel du centre médical d’Izmirlian. Selon lui, un enregistrement plus long présenté par les avocats de la défense montre que le chef de l’hôpital a clairement indiqué qu’il ne recourrait pas à la « répression » contre quiconque refuserait de se rendre aux urnes.

Charchian a également nié tout acte répréhensible lorsqu’il s’est entretenu avec la presse peu avant son arrestation. Il a déclaré qu’il avait seulement demandé à ses employés de voter le 20 juin et qu’il n’avait pas menacé de licencier qui que ce soit.

Les procureurs maintiennent cependant que ces remarques constituent une pression et une coercition liées aux élections et sont interdites par la loi arménienne.

Dans le document audio qui a fait l’objet d’une fuite, M. Charchian a également souligné le fait que l’Église Apostolique Arménienne est actuellement en désaccord avec le Premier Ministre Nikol Pashinian.

Charchian est l’un des 29 candidats de Hayastan élus au Parlement Arménien. Ses avocats ont déclaré qu’il occupera son siège au Parlement malgré son procès en cours.

S’il est reconnu coupable, le chirurgien risque entre quatre et sept ans de prison.

par ChelseaW le jeudi 22 juillet 2021
© armenews.com 2021



Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200




 
Thèmes abordés