MONGOLIE

Un avion de l’armée turque retenu après une tentative d’enlèvement présumée


Oulan-Bator, 27 juil 2018 (AFP) - La Mongolie a empêché vendredi le
décollage d’un avion soupçonné d’appartenir à l’armée de l’air turque, après
que plusieurs témoins ont affirmé avoir vu des attaquants enlever un homme lié
au mouvement Gülen, qualifié de terroriste par Ankara qui traque ses membres.

Selon plusieurs témoins, au moins cinq hommes ont kidnappé Veysel Akcay
vendredi matin dans sa demeure à Oulan-Bator, avant de le jeter dans un
mini-bus.

Ce directeur d’une école en Mongolie, âgé de 50 ans, est soupçonné d’être
lié à Fethullah Gülen, prédicateur musulman exilé aux Etats-Unis et auquel
Ankara impute le putsch manqué de juillet 2016.

Plusieurs enseignants, interrogés par l’AFP, ont toutefois nié toute
connexion entre les deux hommes.

Veysel Akcay ne s’est ensuite pas présenté au travail, suscitant les
inquiétudes de ses proches, a rapporté la police.

Pendant ce temps ces ravisseurs l’emmenaient à l’aéroport international
Gengis Khan à Oulan-Bator, où un petit avion de ligne avait atterri aux
alentours de 01H00 locales (05h00 GMT).

D’après le site flightradar24.com, qui suit en temps réel les positions
d’avions, il est utilisé par l’armée de l’air turque.

Des tractations de plus de huit heures ont alors démarré entre les
ravisseurs présumés et les autorités mongoles, qui ont refusé d’autoriser le
départ de l’avion.

Alors que les autorités du pays ont convoqué les responsables de
l’ambassade de Turquie en Mongolie, des parlementaires et des manifestants se
rassemblaient à l’aéroport pour réclamer la libération de M. Akcay.

Battsetseg Batmunkh, vice-ministre des Affaires étrangères, a également
prévenu les responsables de l’ambassade que toute tentative d’enlèvement d’une

personne sur le territoire mongole constituait une "violation grave de
l’indépendance et la souveraineté" du pays.

Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu a nié ces
accusations au cours d’un entretien téléphonique avec son homologue
Tsogtbaatar Damdin, selon le ministère mongole des Affaires étrangères.
Pas de quoi convaincre certains responsables du pays. "Nous sommes une
nation indépendante. Pensez-vous que quelqu’un peut pratiquer des enlèvements

dans notre pays", a écrit sur Twitter le parlementaire Baasankhuu Oktaybri.
L’avion turc a finalement décollé à 09H25 locales sans M. Akcay, a assuré
un responsable des transports en Mongolie sur Twitter.

Depuis le putsch avorté de 2016, les autorités turques traquent sans
relâche ceux qu’elles soupçonnent d’être des partisans du prédicateur
Fethullah Gülen, autrefois allié du président turc Recep Tayyip Erdogan .

Selon l’agence de presse étatique turque Anadolu, plus de 1.600 personnes
ont été condamnées à la prison à vie en lien avec le putsch. Quelque 77.000
suspects ont été incarcérés, et plus de 140.000 personnes limogées ou
suspendues.

Le mouvement Gülen a développé une influence significative en Turquie et à
l’étranger, comme en Asie centrale, en Afrique et dans les Balkans, notamment
via un vaste réseau d’éducation.

par Ara Toranian le samedi 28 juillet 2018
© armenews.com 2018


 

CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...

 
Thèmes abordés