JUSTICE

Une femme d’affaires admet avoir témoigné contre Kotcharian


Une femme d’affaires arménienne a reconnu hier avoir témoigné contre Robert Kotcharian, entraînant une nouvelle arrestation de l’ancien président sur des charges de corruption.

Silva Hambardzumian a affirmé qu’en 2008, elle avait donné un pot-de-vin de 2 millions de dollars à Kotcharian, son chef de cabinet, Armen Gevorgian, et à son successeur, Serge Sarkissian, par l’intermédiaire de Samvel Mayrapetian, un riche entrepreneur proche des anciens dirigeants de l’Arménie.

Mayrapetian a été arrêté en octobre pour « assistance » au paiement d’un gros pot-de-vin. Il a nié l’accusation avant d’être libéré sous caution fin décembre.

Plus tôt en décembre, le Service spécial d’enquête (SIS) avait porté trois nouvelles accusations, dont celle de corruption, contre Gevorgian. L’ancien assistant principal de Kotcharian a lui aussi nié tout acte répréhensible.

Il est apparu mardi que le SIS avait également accusé Kotcharian d’avoir accepté un lourd pot-de-vin alors qu’il était au pouvoir. Le président, âgé de 64 ans, avait déjà été inculpé et arrêté en lien avec l’éclatement meurtrier des manifestations de l’opposition postélectorale en mars 2008.

Hambardzumian a affirmé au service arménien de RFE / RL que des responsables du SIS enquêtant sur l’effusion de sang de 2008 l’avaient interrogée en octobre après avoir découvert le paiement de 2 millions de dollars à une entreprise de construction appartenant à Mayrapetian. Elle a ajouté qu’elle leur avait dit qu’elle avait demandé au magnat « d’amener l’argent à trois personnes : Kotcharian, Armen Gevorgian et Serge Sarkissian ».

Hambardzumian a déclaré qu’elle voulait s’assurer qu’ils « ne gênent pas mes affaires ». « J’ai moi-même donné l’argent. Ils ne me l’ont pas demandé. Je l’ai clairement indiqué dans mon témoignage », a-t-elle précisé.

« Tout le pays savait que, lorsque vous vous concluez un marché, vous deviez être protégés, pour bénéficier de la tutelle [du gouvernement] », a-t-elle poursuivi. « Comme je n’avais pas cette tutelle, mais que j’ai réussi à faire des affaires et à faire fortune, j’ai remercié les gens pour qu’ils ne me gênent pas. »

La femme d’affaires a révélé qu’elle et Mayrapetian avaient également été interrogés en face à face par le SIS. « Samvel a dit : » Oui, elle m’a transféré [la somme], mais je ne me souviens plus pour quelle raison ", a t-elle affirmé.

Hambardzumian a en outre souligné qu’elle n’avait pas rencontré Kotcharian ou Sarkissian et ne savait pas si le prétendu pot-de-vin les avait atteints.

Kotcharian n’a pas tardé à nier l’accusation de corruption par l’intermédiaire de ses avocats mardi. Il rejette également les autres charges, accusant le gouvernement actuel de se livrer à une « vendetta » politique.

Hambardzumian avait déjà fait la une des journaux l’automne dernier en affirmant publiquement avoir versé 14 millions de dollars de pots-de-vin à l’ancien ministre de l’Environnement, Aram Harutiunian, en 2008. Harutiunian a démenti ces accusations après avoir été officiellement inculpées en janvier.

par Claire le jeudi 14 février 2019
© armenews.com 2019


 

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...

 
Thèmes abordés