ARMÉNIE

Robert Kotcharian dénonce une vendetta politique


L’ancien président Robert Kocharian a rejeté jeudi comme étant sans fondement et politiquement motivé les accusations de coup d’État portées contre lui par un organisme arménien chargé de l’application de la loi qui enquêtait sur les violences post-électorales de 2008 à Erevan.

« C’est une accusation absolument fabriquée », a déclaré Kocharian à la chaîne de télévision Yerkir Media TV lors d’une interview.

« Il s’agit clairement d’une persécution politique, une vendetta de la « révolution de velours », a-t-il dit, ajoutant que le nouveau gouvernement arménien veut le » neutraliser « avant les élections parlementaires prévues dans les mois à venir.

Le Service spécial d’enquête (SIS) a accusé Kocharian d’avoir “renverser l’ordre constitutionnel“ à la suite de l’élection présidentielle de février 2008 dont les résultats officiels ont donné la victoire à son successeur préféré, Serzh Sarkisian. Le principal candidat à la présidence de l’opposition, Levon Ter-Petrosian, avait rejeté ces résultats comme étant frauduleux et avait organisé des manifestations ininterrompues dans la capitale arménienne, exigeant une annulation du scrutin contesté et de nouvelles élections

Les forces de sécurité avaient dispersé ces manifestations les 1er et 2 mars 2008. Huit manifestants et deux policiers avaient trouvé la mort.

M. Kocharian a déclaré que les accusations de coup d’État portées contre lui allaient à l’encontre des décisions de la Commission électorale centrale arménienne et de la Cour constitutionnelle qui ont validé le résultat officiel des élections. Il a insisté sur le fait que Ter-Petrosian n’avait obtenu que 21,5 % des voix.

“En tant que chef d’État en exercice, j’étais le porteur et le garant de l’ordre constitutionnel. Est-ce que je me suis renié d’une manière aussi étrange ? dit-il.

Le SIS a annoncé sa décision de poursuivre l’ex-président et de demander à un tribunal d’Erevan de permettre son arrestation quelques heures seulement après l’avoir interrogé dans le cadre des troubles de mars 2008. Elle l’avait convoqué pour témoigner en tant que témoin dans cette affaire.

M. Kocharian a déclaré que les enquêteurs du SIS lui ont dit dès le début de l’interrogatoire qu’ils le considéraient désormais comme un suspect criminel. « Dès qu’ils ont changé mon statut, j’ai décidé de ne pas témoigner parce que lorsque j’ai lu l’acte d’accusation, j’ai été stupéfait », a-t-il dit.

L’ex-président a également précisé qu’il n’essaiera pas de fuir le pays pour éviter d’être arrêté. « J’irai en prison et je me battrai jusqu’à la fin », a-t-il dit. « Où devrais-je fuir ? »

par Ara Toranian le vendredi 27 juillet 2018
© armenews.com 2018


 

P.S P.S Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...

 
Thèmes abordés