Soutenez Armenews !
EDUCATION Rubrique

Les établissements scolaires rouvrent leurs portes


Les écoles et les universités d’Arménie ont rouvert leurs portes aux étudiants ce mardi, six mois après avoir fermé leurs portes en raison de la pandémie de coronavirus.

Pratiquement tous les établissements d’enseignement arméniens sont passés en mars à des cours en ligne qui se sont poursuivis jusqu’à la fin de la dernière année universitaire en juin.

Le gouvernement arménien a décidé le mois dernier de mettre fin à la fermeture alors que le nombre de cas de coronavirus diminue dans le pays. La tendance à la baisse s’est poursuivie depuis.

Le gouvernement a établi des règles sanitaires et hygiéniques strictes pour toutes les écoles, universités et établissements de formation professionnelle. En particulier, il ne peut y avoir plus de 20 élèves dans une classe à la fois et tous doivent être assis à distance et porter des masques pendant les cours.

Les administrations scolaires doivent fournir aux élèves des désinfectants pour les mains et désinfecter régulièrement les salles de classe. Ils doivent également veiller à ce que tous les enseignants soient testés au COVID-19.

Le dépistage obligatoire des quelque 30 000 enseignants d’Arménie a commencé il y a une semaine. Les enseignants infectés par la maladie doivent s’auto-isoler ou être hospitalisés, si nécessaire.

Le ministère de l’Éducation a rapporté lundi que 1 280 enseignants ont été autorisés à continuer à travailler en ligne en raison de leur âge et / ou de leurs maladies chroniques.

Les règles gouvernementales permettent également aux étudiants souffrant de maladies chroniques ou dont les membres de leur famille sont infectés de s’en tenir à l’enseignement à distance. Plus de 2 400 des 397 607 élèves du secondaire du pays bénéficient de telles exemptions, selon le ministère.

Un correspondant RFE / RL a été témoin du non-respect généralisé de certaines des règles à l’école secondaire n ° 197 d’Erevan. Les enseignants ont admis qu’une seule infection au COVID-19 pouvait déclencher un cluster à l’origine de cette épidémie de maladie respiratoire potentiellement mortelle.

Dans l’une des salles de classe de l’école, la plupart des élèves ne portaient pas de masque. Leur professeur et la directrice par intérim de l’école, Svetlana Nahatakian, portaient des masques mais pas correctement.

« Nous pouvons comprendre les enfants », a commenté Nahatakian au service arménien de RFE / RL. Elle a dit que la météo, très chaude, rend le port du masque très difficile.

En revanche, tous les élèves d’une autre classe portaient des masques. « Il vaut mieux être en sécurité et rester à l’écart du virus », a déclaré l’une d’entre elles, Helena, 10 ans. Ses camarades de classe masqués se sentaient plus mal à l’aise.

Les garçons debout dans la cour du lycée n ° 198 voisin n’ont mis leurs masques qu’après avoir remarqué la caméra d’un journaliste. Mais à l’intérieur de l’école, tout le monde semblait respecter la règle, même si trop d’élèves se plaignaient que les masques leur causaient trop d’inconvénients.

« Nous leur expliquons que c’est temporaire et que nous devons nous adapter », a expliqué le directeur de l’école, Sargis Khachatrian.

Ce dernier a admis qu’il n’est pas facile de faire respecter les règles anti-épidémique. « En plus d’enseigner des cours et de faire votre travail normal, vous devez également agir comme un surveillant parce que vous êtes responsable de votre santé et de celle des autres », a-t-il pointé.

Le port de masques dans tous les espaces publics - à l’intérieur et à l’extérieur - est obligatoire en Arménie depuis juin. Le gouvernement a maintenu cette restriction et d’autres en place lorsqu’il a levé l’état d’urgence lié au coronavirus le 11 septembre.

Le ministère de la Santé avait annoncé plus tôt dans la journée hier que 150 autres Arméniens avaient été testés positifs au COVID-19 au cours des dernières 24 heures, en forte baisse par rapport à une moyenne de 550 à 600 cas par jour enregistrés dans la première quinzaine de juillet et à environ 250 infections quotidiennes enregistrées début août.

Depuis le début de la pandémie, le ministère a signalé un total de 46119 cas de coronavirus et 920 décès dans le pays qui compte environ 3 millions d’habitants.

par Claire le mercredi 16 septembre 2020
© armenews.com 2020


 


 
Thèmes abordés