CHAVILLE

Les soixante ans de l’Eglise St Grégoire l’Illuminateur


Ce fut une journée mémorable que vécut la communauté arménienne de Chaville et de ses environs en ce dimanche 3 juin 2018. L’éphorie avait décidé de fêter ce jour, en même temps que la traditionnelle fête onomastique annuelle, le soixantième anniversaire de la consécration, le 15 décembre 1957, de la nouvelle église arménienne de Chaville.

La journée a commencé avec la messe dite par Mgr Vahan Hovhannessian, primat du diocèse arménien de France qui, dans son homélie, a rendu hommage à ces courageux qui 60 ans auparavant avaient construit de leurs propres mains cet édifice, digne de leurs ancêtres. Il a aussi souligné que cet anniversaire tombait le jour même de la sortie de la Fosse de St Grégoire et aussi de la fête de Ste Etchmiadzine, en soulignant que « la Mère et l’Enfant doivent être unis et que l’un ne peut pas vivre sans l’autre ». A l’issue de la messe et après le requiem à la mémoire de tous les serviteurs, laïcs et religieux de l’église, l’évêque a procédé à la bénédiction du nouveau Khatchkar, don de « Bonheur retrouvé », implanté sur la façade droite de l’édifice et a ensuite fait baiser par les fidèles les reliques de St Grégoire l’Illuminateur, spécialement apportée de l’Eglise Mère de Paris pour l’occasion.

La journée s’est poursuivie avec sa facette festive dans les salons de l’Atrium de Chaville. Les personnalités et les participants furent reçus par une animation au piano de Gariné Petrosyan. Citons Mgr Vahan Hovhannessian, Mgr Norvan Zakarian, primat émérite, M. Jean-Jacques Guillet maire de Chaville, Mme Nariné Nicolyan, Consul général d’Arménie en France, le Père Ludovic Serre, prêtre de la paroisse catholique de Chaville ainsi que les élus des communes alentour et les représentants des quatre autres églises sœurs de la région parisienne.

-  C’est Mikail Copur, président de l’éphorie de Chaville qui s’est exprimé en premier. Il a rappelé l’épopée de la construction de l’église en remerciant ces pionniers tout en soulignant le plus grand soin apporté depuis, par tous les successeurs dans différents travaux de maintenance pour le maintien de son rayonnement.

-  Mme Nariné Nicolyan, consul général d’Arménie en France a ensuite pris la parole. Elle a voulu rappeler le rôle fédérateur et rassembleur joué par l’Eglise arménienne depuis 301, « un lieu où tout Arménien se retrouve sans distinction aucune ». Elle a mis un accent spécial sur la commémoration du centenaire de la première indépendance de l’Arménie en insistant sur son importance et a conclu en louant les liens d’amitié séculaire liant la France et l’Arménie.

-  Le dernier discours revenait à M. le maire Jean-Jacques Guillet. Celui-ci a raconté les différentes étapes importantes de l’installation des Arméniens à Chaville en commençant par la « date historique » de 1957, année de la construction de la nouvelle église, la quatrième d’Ile-de-France. Puis 1983 (Rue Père Komitas), 2001 (adoption de la loi reconnaissant le génocide arménien par le Parlement), « date désormais inscrite dans l’Histoire de l’humanité », puis 2002 et 2006 (les deux inaugurations du Mémorial du génocide) et 2012 enfin (ossuaire arménien du cimetière avec son Khatchkar, signe de la volonté des Arméniens de reposer dans cette terre d’accueil). M. Guillet a enfin salué les nouvelles fresques ornant désormais le plafond de l’autel de l’église (œuvre de Samvel Ghazaryan) en concluant par ces mots « Chaville s’honore d’avoir l’Eglise arménienne St Grégoire l’Illuminateur sur son sol. Je voudrais citer le mot Agapé , Amour en grec. C’est ce que découvrent les gens qui pénètrent dans votre église ».

A suivi une séquence émouvante : la projection du film de 12 minutes
« Construisons notre Eglise » réalisé par Kéram Torossian et Arsène Amirkhanian, a rappelé aux plus anciens les moments forts de cette aventure et à tous les autres, le courage et l’abnégation de ces bâtisseurs amateurs.
Le moment le plus émouvant de la journée était enfin arrivé : la remise des récompenses aux cinq personnes ayant participé il y a 60 ans à la construction de l’église et encore parmi nous aujourd’hui. Et c’est ainsi que Ginette Deboulet-Nigoghossian, Chaké Carlin-Gulian, Annig Ekbérian, Jacques Panossian et Avédis Baltayan furent tous les cinq décorés de la médaille de St Vartan Mamigonian du diocèse arménien de France, accompagnée d’un « Kir knahadanki » de Mgr Vahan Hovhannessian lu par Hraïr Heratchian. Seuls les deux derniers récipiendaires avaient pu être présents ce jour et c’est Jacques Panossian qui, au nom des quatre autres, a adressé, ému, ses remerciements.
Une dernière distinction fut la remise, par le Père Gourgen Aghababyan, pour la troisième année consécutive de la médaille de « Mère arménienne méritante » à Hélène Rasho-Hovhannessian qui a élevé ses quatre garçons, aujourd’hui tous diacres de notre église.

Place aux élèves de l’école hebdomadaire « Lévon Chanth » qui ont présenté des saynettes et montré leur réalisation : chaque lettre de l’alphabet arménien, dessinée et coloriée sur des parchemins confectionnés par eux même. Du beau travail supervisé par les institutrices Ani Kaldili et Rosine Tachdjian-Atamian, également présentatrice en arménien du déroulé du programme.

La matinée s’est poursuivie dans une ambiance joyeuse avec l’orchestre de l’ensemble « Navasart) dirigé par Zadig Panossian et ses quatre couples de danseurs, chaudement applaudis par les nombreux présents.

L’heure du gâteau d’anniversaire était arrivée. Celui-ci fut découpé, sous les applaudissements et avec le champagne, par les deux vétérans Jacques Panossian et Avédis Baltayan.

Une tombola, animée par Hovhannès Kultcheyan et dont le bénéfice servira à améliorer la gestion de l’église, a clôturé cette belle journée qui restera longtemps gravée dans la mémoire de tous ceux présents en ce beau dimanche de juin.

Hraïr Heratchian

par Ara Toranian le lundi 9 juillet 2018
© armenews.com 2018


 

CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...

 
Thèmes abordés