MANIFESTATIONS

Pachinian demande une « décision factuelle » au sujet du gisement d’Amulsar


Vendredi, le Premier Ministre arménien Nikol Pachinian a appelé à une décision sur l’avenir du projet de mine d’or d’Amulsar « fondée sur les faits plutôt que sur des émotions ».

Pachinian est arrivé dans la ville de Jermuk le deuxième jour de sa visite dans les provinces arméniennes du sud et du centre afin d’obtenir des informations de première main au sujet d’un différend local entre des membres de la communauté et des environnementalistes d’un côté, et une société minière prospectant de l’or de l’autre.

Toutes les routes menant à Amulsar ont été bloquées depuis le 23 juin par des groupes protestant contre les opérations d’extraction d’or prévues sur place. Les manifestants considèrent que les activités de Lydian International - une société minière basée aux États-Unis - pourraient contaminer l’air et l’eau de la région montagneuse. La société Lydian maintient qu’elle utilisera une technologie de pointe pour éviter tout dommage à l’écosystème local.

L’entreprise, qui a acquis des droits exclusifs sur le développement du gisement Amulsar, affirme avoir subi des pertes de plusieurs millions de dollars et pourrait intenter une action en justice si le projet, qui est un des plus importants projets commerciaux de l’histoire de l’Arménie, était perturbé.

Plus de 1 400 personnes employées par l’entreprise, dont beaucoup sont également des résidents locaux, n’ont pas pu aller travailler depuis le 23 juin. Plus de 200 employés de Lydian ont manifesté à Erevan le 2 juillet contre l’occupation continue du site, malgré l’appel du Premier Ministre Pachinian à mettre fin aux manifestations.

Pachinian a rencontré des représentants de Lydian, des communautés locales et des militants environnementaux pour discuter des manières possibles de résoudre la situation. En particulier, il a insisté sur le fait qu’une inspection impliquant toutes les parties prenantes, y compris des experts, devrait être menée pour apporter des réponses crédibles à deux questions clés : si les opérations du site minier affectent la qualité des ressources en eau et le développement futur de Jermuk.

Les deux parties semblaient s’accorder sur une inspection de la conformité de Lydian aux normes environnementales proposées par le Premier Ministre, mais ni l’une ni l’autre ne consentent à faire des concessions au sujet des activités actuelles sur le gisement. Des représentants de la communauté et des militants écologistes ont insisté sur le fait que la construction devrait être suspendue pour la période de l’inspection, tandis que le représentant de Lydian trouve cette approche inacceptable.

Joao Carrelo, président et chef de la direction de Lydian International, a déclaré que chaque jour qui passe sans activités coûte à l’entreprise environ un demi-million de dollars.

Le représentant de Lydian a suggéré que des inspections puissent être effectuées parallèlement aux activités minières. « Pour une entreprise responsable, chaque jour qui passe sans activité retarde tous les avantages que ce projet pourrait apporter à la communauté, au pays. La communauté internationale regarde et veut savoir si d’autres investissements vont venir en Arménie », a ajouté Carrelo.

A leur tour, les activistes présents ont déclaré qu’ils continueront à organiser des manifestations et qu’ils ne débloqueront pas les routes menant au site minier.

La production d’or à Amulsar devait commencer avant la fin de l’année. Il n’est pas encore clair si les manifestations vont retarder la mise en activité du site.

par Ara Toranian le lundi 9 juillet 2018
© armenews.com 2018


 

CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...

 
Thèmes abordés