CINEMA Rubrique

Projections spéciales de « Moskvitch Mon Amour »


Le cinéma arménien n’est pas mort. Moskvitch mon amour, en salles le 23 janvier, en est la preuve. Ce portrait d’un vieillard déboussolé depuis l’effondrement de l’URSS touche le spectateur par une charge émotionnelle rare.

Hamo était un mécanicien modèle. Il en rêvait de cette Moskvitch 412 dont le bon de commande avait été approuvé par son chef. Mais l’URSS a disparu, la guerre l’a poussé à fuir Bakou pour l’Arménie. Réfugié avec son épouse dans un village isolé, il poursuit son rêve automobile tel un Don Quichotte du Caucase… Sur l’air d’une comédie, Moskvitch mon amour invite le spectateur à comprendre un autre déracinement. Les tribulations d’Hamo et de sa voiture rouge donnent à voir l’ampleur d’un cataclysme qui a touché des millions de citoyens soviétiques. Roule camarade, le nouveau monde ne veut pas de toi !

<span class="caps">JPEG</span> - 627.9 ko

Projections spéciales :
En présence de Hilda Ohan, Lévon Minasian et Ester Mann.
Jeudi 10 janvier 2019 à 19h30. Au cinéma Gérard Philiipe de La Maison des Arts du Plessis-Robinson - 1 place Jeanne-Rhodes 92350 Le Plessis-Robinson
Mercredi 23 janvier 2019 à 20h au Saint André des Arts 30 rue Saint André les Arts. Paris 75006.
Samedi 26 janvier 2019 à 20h au Saint André des Arts 30 rue Saint André les Arts. Paris 75006. Une séance spéciale suivie d’un débat : La fin de la nostalgie soviétique ?, avec François-Xavier Nerard ( Maitre de conférence à Paris I Panthéon-Sorbonne), Elena Gabrielian (de RFI), Levon Minasian (réalisateur), Bella Shahnazaryan (spécialiste de l’espace russe et post soviétique)

par Claire le mardi 8 janvier 2019
© armenews.com 2019


 

CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...

 
Thèmes abordés