Traduction

Quand tout se noue et se dénoue Autotraduction par Yvette-Nvart Vartanian. Préface de Serge Venturini. Coll. Lettres arméniennes


« Las cadenas que más nos encadenan son las cadenas que hemos roto. » Antonio Porchia, poète argentin (1885-1968), Voces, 1947. (Les chaînes qui nous retiennent le mieux sont celles que nous avons brisées. Antonio Porchia, Voix.) La courageuse Yvette Vartanian ! On parle peu des traducteurs et de leur travail. Ils demeurent dans l’ombre. Ils sont nombreux ceux qui par leur savoir ont fait rayonner notre langue, notre culture et notre civilisation hors de l’Hexagone et hors d’Europe. Yvette Vartanian a bien accompli sa tâche. Elle a beaucoup et fort bien traduit. Je n’en citerai que quelques exemples (...)









Pour accéder à la version complète de cet article,
vous devez être abonné.


Vous utilisez fréquemment armenews ?
Merci alors de penser à vous abonner.
 
Thèmes abordés