MARSEILLE

Aram gardien de notre histoire


Soyons terre à terre !
Dans notre galaxie communautaire, gravitent et brillent de mille feux des centaines d’étoiles et de planètes qui font la richesse de cette Voie lactée.
Toutes différentes, toutes proches, toutes sœurs ou jumelles, grandes ou petites sur orbite, ces objets célestes tournent autour de l’Arménie comme d’autres tournent autour du soleil.
edia3067|insert|left>
<span class="caps">JPEG</span> - 154.1 ko
Elles se nomment associations, amicales, centres culturels, comités, unions et clubs pour les plus communes.
<span class="caps">JPEG</span> - 177.2 ko
Animées d’une énergie folle comme des particules à neutrons, elles bombardent et dégagent une force cosmique considérable pour faire vivre et exister notre diaspora.
Elles sont des incubateurs d’arménité.
<span class="caps">JPEG</span> - 179.2 ko
LASILIENCE
Après « le big-bang » du génocide, il a fallu du temps pour soigner les meurtrissures et l’âme du peuple arménien.
<span class="caps">JPEG</span> - 175.8 ko
C’est ainsi que toutes ces planètes et ces étoiles se sont organisées pour créer un courant, un cercle vertueux afin de ne pas être aspirées dans le trou noir de l’oubli de ses origines.
<span class="caps">JPEG</span> - 189.9 ko
Dans ce cosmos arménien se situe ARAM
« Un bien joli nom pour une planète » : aurait sans doute dit l’astrophysicien Victor Ambartsumian, le Père de la recherche en Arménie.
ARAM a une lumière particulière et sa fonction est primordiale. Nous lui avons rendu visite lors de sa journée portes ouvertes, ce dimanche, le 2 décembre 2018.
<span class="caps">JPEG</span> - 171.4 ko

« BANQUE DE LAMOIRE ARMÉNIENNE » : Jacques Oulassian

ARAM est l’acronyme de l’Association pour la Recherche et l’Archivage de la Mémoire arménienne. Née en 1998 sous l’impulsion de Jean Garbis Artin, cette association est composée d’une vingtaine de bénévoles. Comme dans le règne animal « ces ouvrières et ces butineuses », assidûment, inlassablement, travaillent, classent, trillent, écoutent les archives audios, restaurent des livres et des documents anciens, numérisent et enregistrent la mémoire arménienne.
Ce travail permet la diffusion du patrimoine arménienne auprès du grand public.
<span class="caps">JPEG</span> - 96 ko

Succédant au regretté Varoujan Artin, trop tôt disparu, c’est M. Jacques Oulassian, qui préside et anime « cette ruche » comme il le dit.
Située dans les anciens locaux d’un fabricant de chaussures arménien, ARAM dispose de 200 m2 de surface réhabilitée par des subventions de la Région PACA.
<span class="caps">JPEG</span> - 157.2 ko

CLINIQUE DES LIVRES ANCIENS
La réfection des ouvrages anciens abîmés par le temps est l’affaire des experts. Mme Maryse Keusseyan et M. Jean Der Garabedian, ils permettent la sauvegarde d’ouvrages rares et anciens, véritables témoins de l’Histoire arménienne.
Dans le même registre c’est Mr Garo Derderian qui restaure et numérise la discographie arménienne.
<span class="caps">JPEG</span> - 123.9 ko

Les vinyles 78 tours, 33 et 45 tours, soit environ 300 disques font partie de son patrimoine musical. Parmi les rares pépites Garo dispose d’un enregistrement de la voix de Komitas.
<span class="caps">JPEG</span> - 118.7 ko

Administrée par Mme Astride Artin-Loussikian et par le secrétaire Vartan Arzoumanian, ARAM vient d’achever la numérisation de la revue trimestrielle d’art et de littérature « Andastan » parue à Paris de 1952 à 1969.
<span class="caps">JPEG</span> - 107.9 ko

LE CONSUL TURC
Parmi les milliers de documents historiques que conserve et numérise ARAM, il existe un document où lors d’une souscription en faveur des victimes des massacres de Cilicie (Adana) en avril 1909, Zia Bey, le consul turc de Marseille de l’époque avait fait don de 20 francs anciens.
Quand le ridicule ne tue pas !
<span class="caps">JPEG</span> - 118.8 ko

ARAM lance un appel national aux témoignages écrits (lettres et autres correspondances) des familles des rescapés du génocide pour que les chercheurs et les historiens puissent étayer leurs thèses et parfaire leurs travaux.
<span class="caps">JPEG</span> - 123.9 ko

Gardiens de l’histoire arménienne ARAM et ses bénévoles accueillent régulièrement des classes d’élèves de 3e et 1er dans le cadre des programmes scolaires « des crimes de masses et des génocides ».
<span class="caps">JPEG</span> - 118.7 ko

VAROUJAN ARTIN, LE PATRIOTE
Permettez-moi de partager un souvenir en la mémoire de Varoujan.
C’était le 24 avril 2015, date de la commémoration du centenaire du génocide arménien. Accompagné de ma fille et de mon fils, après avoir défilé et manifesté, nous quittions le cortège pour nous recueillir en la Cathédrale arménienne du Prado, située à quelques pas.
<span class="caps">JPEG</span> - 107.9 ko

C’est là, devant les marches de la grande porte de la Cathédrale que j’ai rencontré et salué Varoujan pour la dernière fois. Il allait nous quitter quelques jours plus tard. Il me faisait part de sa joie de voir autant de monde et de jeunesse dans la rue ce jour. Je lui ai présenté mes enfants âgés de 17 et de 22 ans.
<span class="caps">JPEG</span> - 118.8 ko

Après avoir échangé quelques paroles avec eux il retourna le revers de sa veste où arborait un pin’s en souvenir de la commémoration du centenaire.
Délicatement il retira l’objet épinglé et le remis dans la main de mon fils.
C’était son cadeau, un présent de quelques grammes, mais lourd du poids de l’histoire du peuple arménien !
<span class="caps">JPEG</span> - 150.8 ko

C’était Varoujan dans la pudeur et la délicatesse ; donner et transmettre.
Silence ...
Une étoile passe dans le ciel !

Contact : webaram.com

Alain SARKISSIAN

par Ara Toranian le samedi 8 décembre 2018
© armenews.com 2018


 

texte et photos : Alain SARKISSIAN



CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...

 
Thèmes abordés