AFFAIRES ET POLITIQUE

Gagik Tsarukian cite l’exemple de Trump pour justifier sa candidature


Gagik Tsarukian a insisté sur le fait qu’il continuerait à s’engager dans des activités politiques en dépit de l’appel lancé par le Premier ministre par intérim, Nikol Pachinian, en faveur de la séparation du monde des affaires et de la politique avant les élections législatives anticipées du mois prochain.

Le riche homme d’affaires qui dirige le parti Arménie Prospère (BHK), deuxième groupe quantitativement présent au Parlement, a cité le président des États-Unis, Donald Trump, comme un exemple de l’importance des affaires en politique.

« Si, en tant que journaliste, vous comprenez quelque chose en politique, sachez qu’un pays comme les États-Unis est aujourd’hui dirigé par le plus grand chef d’entreprise du pays, Trump », a démontré Tsarukian face à un groupe de journalistes mardi en fin de journée.

« Et aujourd’hui, sous l’administration Trump, l’Amérique a le taux de chômage le plus bas », a-t-il ajouté.

La Constitution arménienne interdit aux hommes d’affaires de se présenter pour devenir député et occuper des postes gouvernementaux. Malgré cette interdiction, toutefois, un certain nombre de grands hommes d’affaires étaient présents dans les branches législative et exécutive du pouvoir en utilisant certaines failles juridiques, semblant favoriser leurs intérêts commerciaux et contribuant à la corruption du gouvernement.

Après être devenu Premier ministre en mai, Pashinian a annoncé la mise en place d’une lutte féroce contre la corruption du gouvernement. L’une des priorités de son cabinet était donc de séparer le secteur des entreprises du monde politique.

S’exprimant devant le Parlement le 24 octobre dernier, le Premier ministre par intérim avait déclaré : « Pourquoi un homme d’affaires aurait-il besoin de devenir député ? Le statut de législateur ne leur accorderait aucun privilège supplémentaire. »

Pachinian et son équipe estiment que l’absence d’hommes d’affaires sur les listes de candidats des partis aux élections du 9 décembre réduira de beaucoup la pratique de l’achat de voix et contribuera ainsi à la concurrence des idées politiques.

Un certain nombre de chefs d’entreprise ont déjà déclaré qu’ils n’avaient plus l’intention de se présenter au Parlement.

Tsarukian, qui a toujours insisté sur le fait qu’il n’avait aucun intérêt personnel à s’engager dans la politique, mais le faisait « au profit de la population », a toutefois déclaré qu’il se placerait en tête de la liste des candidats de son parti et que d’autres propriétaires d’entreprise « seront également présents parmi les candidats du BHK ».

« Je présenterai mon programme à la population, et dirai ce que je peux faire avec mon équipe. Je serai capable de faire beaucoup tant que les gens me font confiance », a-t-il affirmé.

Tsarukian a déclaré qu’il n’était pas désireux de former une alliance avant les élections du 9 décembre. « Nous avons encore besoin de voir ce qu’une alliance pourrait nous donner. Aujourd’hui, tous les partis politiques ont de grandes ambitions et parlent de recueillir 15 à 20% des voix… Pourquoi auraient-ils besoin d’être avec nous alors ? Laissez-les participer seuls et obtenir leurs votes », a-t-il expliqué.

Tsarukian a ajouté que le BHK était prêt à devenir une opposition parlementaire ou à faire partie du prochain gouvernement. « Tout dépend du résultat des élections. Mais je soutiens le mouvement [révolutionnaire], je soutiens Pachinian et je serai à ses côtés… C’est certain », a t-il conclu.

par Claire le jeudi 8 novembre 2018
© armenews.com 2018


 

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...

 
Thèmes abordés