PARIS Rubrique

Exposition de Martin Melkonian, au profit de Réseau Éducation Sans Frontières


Martin Melkonian, Le Marquis volant, encres de couleur, 2007.

«  L’humanité n’est pas un savoir ; c’est une perception intense de l’autre à qui faire place », écrit Martin Melkonian dans son nouveau livre d’aphorismes, Une valise à papillons, paru aux éditions La feuille de thé.

En parallèle, il propose une exposition humanitaire, et politique, avec un don intégral du peintre-calligraphe Martin Melkonian au profit de Réseau Éducation Sans Frontières (RESF) et de la Ligue des droits de l’Homme. Nombre des tableaux exposés n’ont même jamais été montrés.

RESF est un réseaux national de soutien, né en 2004, dont les membres sont réunis par une préoccupation commune : la protection des enfants scolarisés des familles sans-papiers (de la maternelle à l’université). RESF Paris Sud Ouest a été créé en 2006 : tous les samedis matin, à la mairie du 14e, des membres conseillent et accompagnent des familles, des jeunes majeurs lycéens et étudiants, dans leurs démarches administratives de régularisation, rendues de plus en plus difficiles par les lois. Cet accompagnent suppose des frais matériels (en 2017, pour environ 500 personnes reçues en permanence et 170 personnes accompagnées en préfecture, le budget s’est élevé à 5000 €). C’est pour cette raison que RESF Paris Sud Ouest cherche de nouveaux moyens de financement afin de pouvoir continuer son action : l’exposition/vente de Martin Melkonian s’inscrit dans cette démarche.

Depuis plus de 30 ans, l’artiste est à sa propre école, sans modèle apparent. Chez ce calligraphe de l’imaginaire, la peinture donne le geste, le geste est dans le tableau. Il se trouve sur le point de rendre autonome - lâcher - le pinceau alors qu’il affirme avec véhémence traits et volutes, déjouant la maîtrise calligraphique, tirant parti de la moindre inflexion de la main. Il lui arrive de crier afin d’accompagner le geste de peindre d’une franche libération énergétique. Alain délivre-t-il d’un coup les fruits de longues méditations. « Ce n’est pas le pinceau, dit-il, qui est chargé de rêves, mais la main. » Pour Martin Melkonian, l’imaginaire est du côté de celui qui regarde et ressent.

Exposition Calligraphies imaginaires de Martin Melkonian
Les samedis 8 et 15 décembre, de 14h30 à 18h
A la Salle polyvalente de la Mairie du 14e arrondissement de Paris.

par Claire le vendredi 7 décembre 2018
© armenews.com 2019


 

CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...

 
Thèmes abordés