POLITIQUE

Robert Kotcharian ne se présentera pas aux élections anticipées


Deux mois après avoir annoncé son retour à la vie politique, l’ancien président Robert Kocharian a exclu l’idée de participer aux élections législatives anticipées qui se tiendront probablement en Arménie en décembre.

« Tout d’abord, la légitimité de ce processus est très incertaine pour moi, et deuxièmement, je n’ai tout simplement pas le temps [de me préparer pour les élections] », a déclaré M. Kotcharian à l’agence de presse russe RIA Novosti dans une interview publiée jeudi.

« En outre, je n’ai aucune affiliation politique. Cela signifie que je dois créer une dynamique à partir de rien, plutôt que de restaurer quelque chose qui existait auparavant », a-t-il précisé, ajoutant qu’il avait besoin de temps pour rassembler une équipe de « personnes talentueuses, jeunes et énergiques ».

Kotcharian s’est également plaint que la plupart des Arméniens soient maintenant trop euphoriques au sujet de la « Révolution de velours » du printemps dernier pour faire des choix rationnels. « Les gens ne sont pas prêts à discuter de programmes, à aller au fond des questions économiques ou de politique sociale », a-t-il prétendu. « C’est la raison pour laquelle les élections auront un caractère superficiel. Le thème dominant sera la défense de la révolution.

Kotcharian a admis que le Premier ministre Nikol Pachinian et ses alliés allaient remporter une victoire écrasante. « Les sondages montrent que le pays se prépare maintenant à la formation d’un autre monopole politique », a-t-il regretté. « Et c’est ce qui a été généré et visé par la » Révolution de velours « en Arménie. »

Kotcharian lui-même a été accusé par les critiques d’étouffer systématiquement la dissidence, de tolérer la corruption du gouvernement et de truquer les élections lorsqu’il dirigeait le pays de 1998 à 2008. Il a cédé le pouvoir à son allié de longue date, Serge Sarkissian, à la suite d’une élection présidentielle contestée qui a déclenché des manifestations anti-gouvernementales à Erevan.

Kotcharian a ordonné aux forces de sécurité de réprimer ces manifestations les 1er et 2 mars 2008. Huit manifestants et deux policiers ont été tués.

Les forces de l’ordre ont ouvert une procédure pénale contre Kotcharian peu après que Pachinian a accédé au pouvoir en mai. L’ex-président a été arrêté fin juillet pour avoir utilisé illégalement les forces armées contre des manifestants et renversé l’ordre constitutionnel.

La Cour d’appel d’Arménie l’a libéré le 13 août, affirmant que la Constitution garantissait son immunité de poursuites.

Kotcharian a annoncé son retour politique trois jours plus tard. Il a accusé le gouvernement de Pachinian de mettre en danger la sécurité nationale du pays, de saper ses relations avec la Russie et de manquer de programmes économiques.

Pachinian, qui a joué un rôle clé dans les manifestations de 2008, a défendu avec véhémence l’enquête pénale en cours lors d’un rassemblement tenu le 17 août. « Tous les meurtriers vont aller en prison », a-t-il prévenu.

S’adressant à RIA Novosti, Kotcharian a de nouveau affirmé que les nouvelles autorités menaient une « vendetta » politique contre lui. Il a prédit qu’il fera face à plus d’accusations bientôt.

« La chose la plus curieuse est que je n’ai pas été au gouvernement pendant dix ans », a déclaré l’homme âgé de 64 ans. « Je ne comprends pas très bien ce qu’ils veulent de moi. Je n’étais clairement pas la cible de cette révolution. Il y avait un gouvernement totalement différent [dirigé par Sarkissian] avec lequel je ne communiquais pratiquement pas et que je critiquais."

par Claire le lundi 22 octobre 2018
© armenews.com 2018


 

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...

 
Thèmes abordés