CANNES Rubrique

Union des Arméniens de CANNES et Environs : Notre hommage à Charles Aznavour


Chers Amis,

Notre hommage cannois a suscité beaucoup d’émotion ce vendredi autour de la stèle commémorative érigée au Square de Verdun, et nous remercions chaleureusement Monsieur le Maire d’avoir prêté le précieux concours de la Ville pour l’organisation de cette sobre cérémonie.

Dans un mouvement sincère, les français d’origine arménienne se sont rassemblés à notre appel mais anonymes cannois ou de passage se sont spontanément joints à nous pour saluer ce mythe de la chanson française.

Le Président, Albert Babikian, a ouvert cet hommage par la lecture de la lettre de sympathie adressée par Monsieur le Maire témoignant de son émotion et de son respect envers ce grand artiste franco-arménien auquel la Ville rendra prochainement un hommage appuyé.

Par la voix émue d’Yvan Glasian, les paroles des chansons sacralisées par les Arméniens du monde entier « Ils sont tombés » et « Pour toi, Arménie », entonnées dans le public comme un écho murmuré, nous ont tous bouleversés.

Et la poésie s’est invitée grâce aux mots qui ont jailli de la plume de notre ami et adhérent Jean-Marc Emirkhanian.

Beaucoup de tremolo dans les voix...

Un moment de recueillement nécessaire dans la ville où Charles Aznavour avait depuis longtemps tissé des liens affectifs, et qui a permis à chacun de partager et de libérer ses émotions.

AZNAVOUR

« Menak parove » Baron,

Au revoir c’est ma chanson…

Adieu est ton nom :

AZNAVOUR

Et si tu nous vois déjà relever ton affiche

On y élève une croix sans douleur et triste

Debout…comme un artiste…

« Menak parove » Charles

En arménien c’est la même chanson…

Au revoir n’est pas une disparition…

Adieu ! est une distinction :

AZNAVOUR !

Et si tu me vois t’écrire…j’écris aussi mon nom…

En entendant ta voix dans le micro de l’émotion…

Et si je t’entends chanter…tu reprends aussi ton crayon…

Une page à l’affiche d’une nouvelle inspiration.

« Menak parove » l’Artiste

Non ! ne pleurent pas tes chansons…

Seulement l’amour, la vie, le destin qui ont

Sur leurs affiches, éclairé ton nom :

 ! Charles AZNAVOUR ! exclamation

Et si tu t’étales en lettres de respiration…

C’est que la mort qui chante une triste chanson…

Chantera en nous, mais pas dans nos poumons…

Et si nous chantons un homme, un français, un arménien,

C’est que la vie est à l’affiche hier aujourd’hui et demain,

Sans douleur et triste qu’un artiste ait enterré son chemin.

Et tout ce que j’ai chanté, écrit, — Charles !

Aznavour en fera une chanson…"

Jean-Marc EMIRKHANIAN

par Stéphane le dimanche 7 octobre 2018
© armenews.com 2019


 

CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...