ARMENIE

Tsaroukian adoucit sa position sur les élections anticipées en décembre


Gagik Tsaroukian a indiqué que son parti, Arménie prospère (BHK), était en principe prêt à soutenir les efforts du Premier ministre Nikol Pachinian visant à organiser des élections législatives anticipées en décembre.

« Si le peuple souhaite que les élections législatives anticipées aient lieu en décembre, nous aussi », a assuré Tsarukian à sa chaîne de télévision Kentron dans une interview diffusée vendredi.

Mardi, le BHK a aidé le Parti républicain (HHK) de l’ancien président Serge Sarkissian à faire adopter le projet de loi controversé.

Le Premier ministre a réagi avec fureur à cette adoption, accusant le BHK et un autre partenaire de la coalition, la Dashnaktsutyun, d’être impliqués dans un complot « contre-révolutionnaire ». Il a également annulé ses accords de partage du pouvoir conclus en mai avec les deux partis.

Les représentants du BHK ont insisté mercredi dernier sur le fait que les nouvelles élections devront se tenir en mai ou juin, et non en décembre, comme le souhaite Pachinian. A l’instar des dirigeants du HHK, ils ont fait valoir que les forces politiques avaient besoin de temps pour modifier le Code électoral et pour que chacun puisse se préparer pour le vote.

Dans ses remarques télévisées, Tsaroukian a annoncé un assouplissement de la position du BHK sur la question.

Un haut responsable du BHK, Mikael Melkumian, a précisé plus tard dans la journée que le parti de Tsaroukian ne s’opposerait pas à la tenue des élections en décembre si des « conditions égales » étaient mises en place pour tous les candidats et si des amendements importants au Code électoral étaient adoptés.

« Si tout pouvait être fait à la fin du mois d’octobre ou au début du mois de novembre, nous pourrions organiser des élections en décembre », a mis en lumière Melkumian. « Ce qui compte pour nous, c’est la substance, pas le timing », a-t-il précisé.

En vertu de la Constitution arménienne, des élections anticipées ne peuvent être convoquées que si le Premier ministre se retire et que les députés ne réussissent pas à élire son successeur par deux fois. Pachinian s’est engagé à présenter sa démission ce mois-ci. Il a mis en garde les législateurs contre l’idée de le remplacer par quelqu’un d’autre.

Sur Kentron, Tsaroukian a aussi insisté sur le fait que son parti n’était engagé dans aucune activité « contre-révolutionnaire ». « Le Premier ministre devrait rechercher des individus contre-révolutionnaires au sein de sa propre équipe », a-t-il lâché, sans donner plus de détails.

Dans ce contexte, le magnat a catégoriquement nié toute coopération avec Sarkissian ou un autre ancien président, Robert Kotcharian.

par Claire le lundi 8 octobre 2018
© armenews.com 2018


 

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...

 
Thèmes abordés