POLICE

Un général refuse les accusations d’abus de pouvoir


Le général Levon Yeranosian, ancien commandant controversé des troupes arméniennes de l’intérieur, a démenti hier les accusations portées contre lui de recours excessif à la force face aux manifestants de l’opposition en avril dernier.

Le Service spécial d’enquête (SIS) a porté des accusations d’abus de pouvoir après avoir interrogé Yeranosian mardi soir.

Ils résultent de deux incidents violents survenus lors de manifestations anti-gouvernementales dirigées par Nikol Pachinian.

Le 16 avril, Pachinian et des centaines de ses partisans ont tenté de percer un cordon de police et se sont approchés du bâtiment du Parlement à Erevan pour empêcher le leader de longue date du pays, Serge Sarkissian, de se maintenir au pouvoir. Les forces de sécurité ont utilisé des grenades assourdissantes et des matraques pour arrêter la foule.

Dans un communiqué, le SIS a déclaré que Yeranosian avait personnellement lancé quatre grenades assourdissantes d’une manière qui violait les normes de sécurité établies pour de tels « moyens spéciaux » de contrôle des foules. En conséquence, plus de 40 personnes, dont six membres de la police, ont été blessées, a indiqué l’agence de police.

Selon le communiqué, M. Yeranosian a de nouveau mal manipulé les grenades assourdissantes le 22 avril lorsque M. Pachinian et ses principaux associés ont été arrêtés alors qu’ils menaient une autre manifestation ailleurs à Erevan. Le SIS a affirmé que le général de police n’était pas qualifié pour utiliser les engins explosifs de fabrication russe.

L’avocat de Yeranosian, Tigran Safarian, a déclaré que son client nie catégoriquement les accusations. Safarian a défendu l’usage de la force contre les manifestants, affirmant que cela avait empêché les affrontements avec les forces de sécurité de dégénérer en « émeutes de masse ». Selon lui, certains manifestants ont attaqué des policiers anti-émeutes.

"M. Yeranosian a brièvement déclaré que la situation était telle qu’il y avait des motifs et des conditions pour utiliser les moyens spéciaux, et ils ont été en conséquene utilisés », a déclaré l’avocat au service arménien de RFE / RL (Azatutyun.am).

Les manifestations à l’échelle nationale n’ont fait que s’intensifier à la suite de l’arrestation de Pachinian, ce qui a forcé Sarkisian à démissionner le 23 avril. Sa démission a été annoncée peu avant la libération de tous les opposants arrêtés.

Pachinian a limogé Yeranosian quelques jours seulement après avoir été élu Premier ministre le 8 mai. Des groupes arméniens de défense des droits humains et des médias accusent depuis des années le général de graves violations des droits humains. En particulier, il a été accusé d’avoir personnellement sanctionné des attaques violentes contre des journalistes ayant couvert des manifestations antigouvernementales en 2015 et 2016.

par Claire le jeudi 27 septembre 2018
© armenews.com 2018


 

CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...

 
Thèmes abordés