ARMENIE Rubrique

Le message de Nikol Pachinian à l’occasion de la Fête de l’Indépendance


Nikol Pachinian a initié vendredi une réception à l’occasion du 27e anniversaire de l’Indépendance de l’Arménie. Le Premier ministre de la République d’Arménie a fait un discours que voici ci-dessous :

"Monsieur le Président de la République d’Arménie
Monsieur le Président de la République d’Artsakh,
Votre Sainteté,
Monsieur le Président de l’Assemblée nationale,
Chers compatriotes,
Chers invités,

Je nous félicite, nous tous, à l’occasion de la Fête de l’Indépendance. Nous célébrons aujourd’hui le 27e anniversaire de l’indépendance de l’a République d’Arménie. Le référendum du 1991, en tant que forme d’expression directe et suprême de la volonté de notre peuple, a clairement démontré ce que notre peuple voulait : l’indépendance politique vers le monde extérieur et la démocratie dans la vie intérieur. Toutes les couches de notre peuple ont choisi à l’unanimité une voie qui, bien sûr, semblent être difficile, mais c’était la seule voie juste et honorable.

Aujourd’hui, nous rendons hommage à tous ceux qui ont rapproché cette journée désirable, nous rendons hommage à tous ceux qui se sont battus pour la protection de ce don précieux - liberté et indépendance. Les 27 dernières années ont été parfois dramatiques, parfois tragiques, parfois héroïques et il y avait souvent des solutions brillantes aux problèmes les plus difficiles. Malheureusement, il y a eu des erreurs sur ce chemin, et parfois même des crimes. Mais une chose est restée inébranlable et indestructible : la volonté de notre peuple. L’aspiration de notre peuple à la liberté, à la démocratie, à la dignité et à l’indépendance restait inébranlable. Pendant ce temps, nos institutions d’État ont été créées et renforcées. Nous y sommes parvenus grâce aux efforts conjoints des autorités, de l’opposition et de tout notre peuple.

Nos réalisations dans la construction de l’État sont indéniables. L’exemple le plus frappant est que, même pendant les événements révolutionnaires, la machine étatique de l’Arménie a fonctionné sans heurts. Les révolutions sont un test sérieux pour tout État, et nos institutions d’État ont passé ce test. Néanmoins, notre système d’État a besoin de réformes sérieuses et ces réformes doivent être à la fois substantives, structurelles et organisationnelles. La poursuite du développement du pays est impossible sans un système de gestion efficace, professionnel et centré sur l’homme.

Chers compatriotes,

Notre pays est entré dans une nouvelle époque historique et, sur nos épaules, se trouve la responsabilité de résoudre les problèmes des 27 années précédentes.
L’un d’eux est que les systèmes de corruption étaient étroitement liés aux structures de l’État et ont endommagé l’ensemble du système de l’État, ce qui entrave sérieusement le développement de notre économie et de notre société.

Notre tâche actuelle est d’éliminer tous les systèmes de corruption, de créer un système judiciaire indépendant et légitime, de garantir la liberté d’expression et d’activité politique et de protéger les droits de l’homme. Notre tâche est de donner un nouvel élan à notre économie, dont le cœur doit être un citoyen libre et créatif qui croit en lui-même, croit qu’il peut changer la réalité, ce qui peut changer le monde, qui estime que même à partir de zéro, avec son travail, avec le talent entrepreneurial, il peut créer de nouvelles marques arméniennes qui iront sur les marchés mondiaux, et changeront le destin de l’Arménie.

Les principaux acteurs de la nouvelle Arménie devraient être des entrepreneurs d’un nouveau style, d’une nouvelle génération, enrichie par leur propre travail et leur sueur et qui, avec le gouvernement, sont chargés de construire un nouveau système économique dans le pays et d’établir de nouvelles relations économiques. Et nous ferons de notre mieux pour soutenir ces personnes. En parlant des entrepreneurs d’un nouveau style, d’une nouvelle génération, je ne parle pas seulement des hommes d’affaires qui devraient encore apparaître, mais aussi de ceux qui ont agi plus tôt ou qui sont prêts à agir dans la logique de la légalité, de la concurrence économique équitable, de l’amour et de la solidarité.

Et nous, dans un dialogue et une coopération constants avec toutes ces personnes, devrions modifier de manière significative la structure économique de notre pays, transformant l’Arménie d’un pays agraire, minier en un pays industriel, numérique et technologique.

Chers compatriotes,

Le problème le plus important de notre politique étrangère est le règlement pacifique du problème de l’Artsakh. Notre position n’a pas changé. Nous sommes favorables à un règlement exclusivement pacifique du problème et ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour résoudre ce problème par le biais de négociations. Les menaces lancées par l’Azerbaïdjan n’ont aucune perspective ; s’ils supposent que nous avons peur de ces menaces et que nous satisferons les ambitions maximalistes de l’Azerbaïdjan, c’est simplement naïf. Oui, nous construisons un État pacifique, démocratique et humaniste, mais cela ne signifie pas que nous ne nous défendrons pas, notre patrie, notre avenir.

Dans le domaine de la politique étrangère, nous veillons à ce que tous nos partenaires internationaux comprennent le contenu réel des événements qui se déroulent en Arménie. Nous avons dit et nous disons maintenant qu’il n’y aura pas de tournant dans la politique étrangère de l’Arménie.

Notre principal allié stratégique est la Fédération de Russie, avec laquelle nous sommes liés par des liens nombreux et séculaires. Nous avons l’intention d’approfondir notre coopération avec la Russie dans les deux formats bilatéraux et multilatéraux. Nous développerons également nos relations avec l’Union européenne, les États-Unis et nos plus proches voisins - la Géorgie et l’Iran.

Chers compatriotes,

Aujourd’hui, en Arménie, c’est vraiment une grande fête. Notre pays fête ses 27 ans. Et cette fête est doublement importante, étant donné qu’en Arménie ces temps-ci, il y a le même enthousiasme et le même optimisme, sinon plus que lors du référendum de 1991. Je souhaite à tous que, plus que jamais dans notre pays, cet enthousiasme et cette joie et populaire ne soient pas remplacés par la déception. Que Dieu nous donne toute la force et la sagesse pour résoudre chaque problème.

Chers participants, je voudrais conclure le discours d’aujourd’hui par une déclaration sur un événement symbolique. Aujourd’hui, à l’occasion du 27e anniversaire de l’indépendance de l’Arménie, les portes de Baghramyan 26 s’ouvriront, comme un signe que les autorités arméniennes ne seront plus jamais isolées et coupées du peuple. Aujourd’hui, les citoyens arméniens peuvent librement entrer dans la résidence du Premier ministre, puis dans la résidence du président, et l’utiliser comme lieu de promenade et de divertissement. Nous espérons que ces portes ne seront plus jamais fermées, symbolisant le fait que le pouvoir en Arménie appartient irréversiblement au peuple, qu’il appartient aux citoyens de la République d’Arménie.

Et, donc,
Vive la liberté,
Vive la République d’Arménie,
Vive la République d’Artsakh,
Vive nos enfants qui vivent et vivront dans un pays libre et heureux.

Chers compatriotes,
Pour finir, je veux envoyer mes félicitations spéciales à tous nos soldats qui se trouvent à la frontière, à tous les officiers et soldats ordinaires des forces armées d’Arménie, à toutes les victimes arméniennes qui ont donné leur vie pour les forces armées, au peuple arménien, et je m’incline devant eux en ce jour solennel et sacré, je m’incline devant eux et déclare que nous sommes conscients de notre haute responsabilité envers leur mémoire.

Gloire à l’armée arménienne. Gloire aux soldats arméniens. Merci aux martyrs arméniens.
Merci. "

par Claire le dimanche 23 septembre 2018
© armenews.com 2019