Soutenez Armenews !
Soutenez Armenews !
ARMÉNIE Rubrique

L’Eglise Apostolique Arménienne doit être préservée des charlatans internes déguisés en Chefs spirituels


Par Appo Jabarian
Directeur de publication
USA Armenian Life Magazine

Tout au long des siècles, au temps de Gengis Khan comme à celui des Ottomans ou de la dictature soviétique, l’Église arménienne est restée le bastion où la spiritualité chrétienne et l’identité arménienne ont été préservées.

Hélas, en dépit de son riche passé et d’un inestimable héritage, l’Église arménienne traverse une crise interne majeure. Au cours des deux dernières décennies, l’Église a connu des changements radicaux, mais des changements pour le pire. Il semble de plus que cela ne soit qu’un début.

Tandis qu’en Arménie et en Diaspora, parmi les ecclésiastiques et les fidèles, nombreux sont ceux qui semblent ne rien comprendre à la crise traversée par le Saint siège d’Etchmiadzin ou qui s’abstiennent de s’exprimer, plusieurs rapports dignes de foi font état, parmi ses dirigeants, d’importantes dérives.

L’Église n’est pas la seule institution nationale dans ce cas. Dans les récentes décennies, nombreuses sont les institutions nationales du peuple arménien, à caractère religieux ou communautaires, en Arménie comme en Diaspora, qui ont subi une détérioration sous forme de corruption rampante, de népotisme et d’irrégularités de gestion.

Tout au long des années écoulées, comme plusieurs organes de presse arméniens autour du monde, les comités de rédaction des deux parutions hebdomadaires associées – USA Armenian Life Magazine (en anglais) et Hye Kiank Armenian Weekly (en arménien) ont publié plusieurs articles attirant l’attention du public sur des faits affectant la réputation de l’Église apostolique arménienne. Ils sont déterminés à continuer jusqu’à ce que les forces vives, au sein de notre communauté, aient replacé ces inestimables trésors nationaux sous le contrôle direct du peuple arménien.

Un article intitulé « The Temple is Crumbling : the Corruption of the Armenian Apostolic Church (Le Temple s’Effondre : la Corruption de l’Église Apostolique Arménienne) », d’Annie Demirjian, directrice de la Glendon School of Public & International Affairs, New York University on Policy Forum Armenia, paru dans son blog et à la fin de 2006, a gardé toute son actualité.

Le professeur Demirjian écrivait : « Aujourd’hui, apparemment, les fondations de ce temple ancien s’écroulent, attestaient deux ecclésiastiques arméniens au cours de la rencontre que l’Armenian Renaissance Toronto Chapter avait organisée le premier décembre 2016 au Westin Prince Hotel. Quelques cent membres de la communauté s’y étaient retrouvés pour entendre les intervenants, le Révérend Armen Melkonian de Belgique et le Révérend Mardiros Berberian (via Skype) de Moscou. Les deux prêtres avaient été suspendus avant d’être effectivement excommuniés par la hiérarchie d’Etchmiadzine ; ils continuent cependant, de façon officieuse, à prêcher au sein de leur communauté. Dans les deux cas, les fidèles ont décidé de passer outre les ultimatums autoritaires du Saint siège d’Etchmiadzine, et de soutenir au lieu de cela leur prêtre local. Ils ont affirmé tous les deux qu’ils s’étaient abstenus dans leur discours de toute attaque personnelle ou de toute critique envers l’Église en tant qu’institution. Les inquiétudes qu’ils ont exprimées concernent plutôt sa gouvernance, à la suite des preuves nombreuses de refus de donner toute information en retour ou d’envisager des réformes ; une attitude révélatrice de l’engagement du Saint siège dans un processus dangereux. Alors que pendant des siècles, le clergé supérieur et les dirigeants de l’église étaient élus par le Synode Suprême de l’église, aujourd’hui le Catholicos, pour la première fois, a choisi de porter au pouvoir des ecclésiastiques qui n’ont plus aucun compte à rendre à ceux qu’ils sont censés servir ».

Dans une compilation d’éditoriaux d’août 2013 keghart.com, Jiraïr Tutunjian et ses collaborateurs V. Mekhitarian, M. Kojayan, D. Abrahamian écrivaient : "Dans les quelques mois qui viennent de s’écouler, un scandale – énorme, terrifiant et condamnable – entache notre arène publique nationale. Il ne concerne rien de moins que le style de gestion et la réputation du Catholicos de tous les Arméniens, Karékine II.

En tant que Catholicos, il n’est pas seulement le chef spirituel de l’Église apostolique arménienne, il est presque aussi important pour la nation arménienne que le Président arménien. Porter atteinte au Catholicos c’est porter atteinte à la Nation - y compris ses membres du Siège de Cilicie, ceux de confession catholique, protestante… Ou même athées. Ceux qui critiquent le Catholicos Karékine II ont fait circuler des pétitions ; ils ont publié des lettres ouvertes et des articles, organisé des réunions, fait des commentaires sur les media en ligne, certains sont même allés jusqu’à demander la démission du catholicos. Les accusations ont atteint des niveaux de gravité élevés : fraude, turpitude morale, corruption, autocratie, dérive morale et malaise au clergé d’Etchmiadzine, atteinte à son moral… la liste est longue… jusqu’aux Sept pêchés. Diatribe débridée ? Attaque masquée par ses ennemis ou par les ennemis de l’Église ? Allégations difficilement crédibles ? Calomnies empoisonnées ? (Voir une compilation des écarts alléguées du catholicos sur https://keghart.com/Editorial-Catholicos).

Sainte Etchmiadzine, en Arménie, est devenue un centre de loisirs personnel où au lieu de remplir leur mission spirituelle, certains dirigeants et leurs subalternes recherchent renom et succès personnels aux frais de leur administrés.

Apparemment, en 2013, le vicaire du Diocèse d’Ararat Navasard Kchoyan se déplaçait au volant d’une Bentley (évaluée à 180 000-280 000$) en des temps où le taux de pauvreté en Arménie était situé à 34%. Beaucoup parmi les personnes exprimant des critiques, trouvaient l’attitude de mépris et irresponsable de l’archevêque Kchoyan « d’autant moins acceptable qu’il tient la position qui est la sienne au sein de l’église arménienne ».
L’archevêque Kchoyan, pour se justifier, avait déclaré avoir reçu l’automobile Bentley en cadeau des mains d’un Arménien fortuné ; mais n’aurait-il pas dû plutôt la négocier contre un modèle plus modeste et consacrer le surplus d’argent obtenu à aider ceux de ses ouailles qui avaient besoin ?

La corruption, le népotisme et l’abus de pouvoir spirituel et de la position de chef n’ont pas seulement envahi Etchmiadzine ; ils ont contaminé des diocèses éloignés comme ceux de l’ouest des États-Unis, celui de la région de Los Angeles en particulier.

Il semble que nous vivions une époque où sévissent des individus comme le général de l’armée d’Etchmiadzine Manvel Grigoryan qui aurait détourné des programmes d’aide aux soldats arméniens souscrits par le peuple d’Arménie. Il semble que comme à Etchmiadzine, l’Arménie soit devenue un lieu où apparaissent différents types de ’Généraux Manvel’, en particulier dans le domaine religieux. Beaucoup de critiques sont à présent dirigées contre les responsables spirituels de l’Église pour avoir détourné des dons consentis pour venir en aide à des Arméniens dans le besoin, en les gaspillant pour la satisfaction de besoins matériels personnels. Ces dirigeants religieux sont à présent accusés d’être plus attirés par les déplacements en Bentley que par l’accomplissement de leur mission spirituelle.

Ce besoin de piloter des Bentley et d’accéder aux conditions d’une vie confortable qui anime ces soi-disant chefs spirituels s’est emparé du clergé local, de niveau inférieur, à Los Angeles.

Au lieu de se consacrer à la poursuite de leur mission spirituelle, ces parasites anti-église qui se font passer pour des responsables spirituels dans leur communauté, sont en réalité une bande de charlatans qui abusent de leur position à des fins personnelles et exploitent la bonne volonté des fidèles.

Certains parmi ces charlatans (dont on pense heureusement qu’ils sont peu nombreux), déguisés en missionnaires spirituels, méritent d’être dénoncés et chassés de l’Eglise. Il s’agit en réalité d’antéchrists, il s’agit d’êtres, qui comme des vrais parasites, détruisent l’Église arménienne par l’intérieur.
Leur désir de parader au volant d’une Bentley et de vivre une vie de confort, au mépris de leurs devoirs spirituels, pourrait être qualifié de Syndrome du désir de conduire une Bentley et de consommer du caviar, ou plus brièvement Bentley Syndrome, en abrégé BS. Il faut absolument trouver un traitement pour en finir avec cette ’BS’ maladie.

(BS est en langage américain familier, une référence abrégée à ’bull shit’ : creux, vain)

par Jean Eckian le dimanche 23 septembre 2018
© armenews.com 2019


 

Traduction Gilbert Béguian pour Armenews




 
Thèmes abordés