TURQUIE

Turquie : un étudiant autrichien écroué pour liens avec une organisation terroriste


Un étudiant autrichien, Max Zirngast, arrêté la semaine dernière en Turquie, a été écroué pour appartenance à une « organisation terroriste », a indiqué vendredi à l’AFP son avocat.

Outre ses études, Max Zirngast contribue pour plusieurs médias en Turquie et à l’étranger, notamment la revue d’extrême gauche de langue allemande Re:volt. Reporters Sans Frontières (RSF) a ainsi dénoncé son arrestation et appelé à sa libération.

Cet Autrichien de 29 ans, étudiant en master de Sciences politiques à l’Université technique du Moyen-Orient (ÖDTÜ) d’Ankara, a été écroué jeudi soir pour « appartenance à une organisation terroriste » d’extrême gauche, explique à l’AFP son avocat, Tamer Dogan.

« Max n’a aucun lien avec une organisation terroriste », insiste-t-il.

Interrogé sur des ouvrages et des recherches à propos d’un leader communiste turc trouvés en sa possession, Max Zirngast, qui vit en Turquie depuis trois ans et s’exprimait en turc, a affirmé être « un chercheur », d’après le compte-rendu de l’audience que l’AFP a pu consulter.

C’est un journaliste qui travaille dans le cadre de la loi

« J’ai des livres d’idéologie de gauche, de droite et même des œuvres de littérature », s’est-il défendu.

Quant à ses articles portant sur la question kurde et le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK, classé « terroriste » en Turquie), il a affirmé écrire sur le sujet de façon « objective ».

« C’est un journaliste qui travaille dans le cadre de la loi », insiste son avocat.

M. Zirngast est accusé d’appartenir à un groupuscule de gauche, mais son avocat et lui assurent que l’organisation en question « n’existe pas ».

Lors de son arrestation le 11 septembre, RSF avait appelé à sa libération « immédiate ».

« Des divergences d’opinions politiques ne peuvent justifier des arrestations ou des intimidations, ce qui se produit de plus en plus en Turquie », estimait RSF-Autriche dans un communiqué.

La Turquie est régulièrement épinglée par les ONG pour ses atteintes à la liberté de la presse, surtout depuis la tentative de putsch de juillet 2016.

Deux autres personnes jugées avec M. Zirngast, Hatice Göz, une psychologue, et Mithatcan Turekten, un étudiant, tous deux Turcs, ont également été écrouées jeudi soir, selon le compte-rendu d’audience.

par Stéphane le samedi 22 septembre 2018
© armenews.com 2018


 

CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...

 
Thèmes abordés