RECHERCHE DE FINANCEMENT

Début des répétitions pour une pièce francophone sur la Révolution de velours


Alors que va commencer à Erevan, du 27 septembre au 15 octobre, une première séquence de travail sur la pièce Madame K et la Révolution de velours, celle-ci est en recherche de financement, via le mécénat d’entreprise et le don de particuliers.

Avant-Scène et la Chaise et le grain de sable sont deux associations théâtrales qui ont décidé de s’associer pour créer le spectacle «  Madame K et la Révolution de Velours » sur le texte inédit d’Emanuelle Delle Piane, auteure suisse qui les a fait se rencontrer et qui a écrit cette pièce spécialement pour les comédiennes arméniennes. Avant-Scène est une compagnie théâtrale amateur basée à Erevan ; la chaise et le grain de sable est une compagnie théâtrale devenue professionnelle en 2014 basée à Paris, en France. Ainsi se tisse-t-il une relation singulière entre ces trois parties et les trois pays dont ils sont originaires.

Synopsis de la pièce :
Madame Kanidjian, professeure de français à Erevan, répète avec trois de ses élèves une pièce de théâtre pour les journées annuelles de la francophonie. Printemps 2018, leur spectacle est sélectionné et invité en France par plusieurs festivals universitaires. Les occasions de sortir du pays étant rares, la petite troupe de Mme K se prépare à vivre la grande aventure. Cependant, c’est plutôt une suite de mésaventures qui les attend, alors qu’en Arménie il se passe quelque chose d’inespéré : « La Révolution de Velours », qui met enfin au rancart l’ancien gouvernement au pouvoir. Une comédie inspirée de faits réels, qui confronte la petite et la grande histoire.

Emanuelle Delle Piane, dans cette pièce, a une écriture vive, rapide. C’est une comédie, et l’imaginaire des situations évoquées font rapidement images. Sans renoncer à l’utilisation de la langue française dans sa belle manière, l’auteure invite également à partager certaines expressions en arménien afin de souligner l’importance d’une part de la langue maternelle des protagonistes qui revient naturellement, et d’autre part, la volonté et l’amour de parler un français correct vus par ces personnages arméniens. D’un autre coté, il est question de venir présenter un spectacle en France, le pays pour lequel Madame K est enseignante de la langue. Il y a un léger relâchement langagier lorsque ces femmes entendent les propos de passagers dans les moyens de transport en France. Il y a donc, dans ce texte, un regard précis sur les différents niveaux de langage, qui rendent la pièce très réaliste sur ce point.

Pour tout renseignement : contacter Serco Aghian à serc.o@orange.fr

par Claire le jeudi 20 septembre 2018
© armenews.com 2018


 

CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...

 
Thèmes abordés