EGYPTE

Un cimetière rénové montre l’histoire des Arméniens au Caire


Les travaux de rénovation sont presque terminés dans un cimetière arménien du Caire, dont les tombes reflètent l’histoire de la communauté égyptienne depuis 100 ans. Les travailleurs ont réparé et nettoyé les pierres tombales, les statues et les bustes qui reposent sur les tombes. Le site date de 1924, date à laquelle la communauté arménienne a obtenu un terrain adjacent à l’ancien. Il a fusionné des conceptions architecturales égyptiennes, arméniennes et européennes. « Il y a eu une période où cet endroit a été négligé et le projet de rénovation a été une excellente initiative parce que la zone a été restaurée », a déclaré Nairy Hampikian, archéologue et spécialiste de la conservation qui a supervisé le projet de rénovation.

« La première chose que nous avons faite a été de retirer la poussière de toutes les voies à l’intérieur du cimetière. Après cela, les signes que vous voyez là-bas qui étaient pour la plupart éparpillés sur le sol et couverts de poussière sont apparus lorsque nous avons nettoyé. Les Arméniens ont commencé à s’installer en Égypte à l’époque des Fatimides du 10e au 12e siècle et ont reçu un morceau de terre de Mohamed Ali Pacha en 1844 dans une zone connue sous le nom d’ancien Caire islamique. La taille de la communauté arménienne en Egypte fluctuait en fonction de la situation politique et économique du pays. Mais ce n’est qu’après les événements de la Première Guerre mondiale - lorsque les musulmans ottomans ont massacré 1,5 million d’Arméniens chrétiens en 1915 - qu’un grand nombre d’Arméniens ont fui en Égypte et dans d’autres pays.

Les Arméniens d’Égypte ont prospéré dans des villes cosmopolites telles que le Caire et Alexandrie, qui abritaient également des communautés italiennes et grecques. Aujourd’hui, la communauté arménienne d’Égypte a été réduite à environ 300 000 personnes et, selon le président du club culturel arménien de Gogan, au Caire, Kevork Erzingatzian. Mais le lieu de sépulture rappelle le patrimoine culturel et religieux des Arméniens. « Nous avons trouvé des pierres tombales datant des années 1830, 40 et 50 », a déclaré Hampikian. Les travaux de restauration ont débuté en 2014 et devraient s’achever à la fin de 2018. Le Patriarcat arménien du Caire, avec l’aide de dons de la communauté arménienne, a financé le projet.

par Stéphane le samedi 22 septembre 2018
© armenews.com 2018


 

CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...

 
Thèmes abordés