ARTSAKH Rubrique

Les mères de victimes du conflit se joignent à l’appel à la paix d’Anna Hakobian


Les mères d’une cinquantaine de militaires tués au combat au cours du conflit du Haut-Karabagh, notamment lors des affrontements d’avril 2016, ont déclaré samedi qu’elles allaient rejoindre l’appel à la paix adressé par Anna Hakobian, épouse du Premier ministre Nikol Pachinian.

Lors d’une réception donnée par Hakobian au bureau du Premier ministre à Erevan, les mères des soldats arméniens tués ont exhorté les femmes en Azerbaïdjan à se joindre à elles pour mettre un terme au conflit arméno-azerbaïdjanais.

« Que toutes les mères du monde se lèvent. Nous adressons particulièrement notre appel aux mères en Azerbaïdjan. Récemment, sur Internet, ils ont également lancé un appel pour mettre fin à la guerre. Nous ne voulons pas la guerre, nous ne voulons pas perdre nos fils », a confié Hamest Nersisian, mère du capitaine Armenak Urfanian, tué lors de la guerre de quatre jours au Haut-Karabagh en avril 2016.

« [Nous voulons] que la paix soit enfin établie aux frontières. De sorte qu’après avoir envoyé leurs fils à l’armée, les mères ne soient pas obligées de subir une attente insoutenable pour qu’ils reviennent sains et saufs. Nous ne voulons plus de mères comme nous dans la nouvelle Arménie », a déclaré une autre femme qui a perdu son fils lors du conflit.

Une autre femme a ajouté : « Je me bats pour les droits de toutes ces femmes, les droits des familles qui ont perdu leurs fils, leur père et leurs frères. Je me bats pour qu’ils ne perdent plus leurs enfants".

Hakobian a déclaré dans son discours qu’elle poursuivra sa campagne « Women for Peace » avec plus de confiance, en particulier en bénéficiant du soutien des mères qui ont perdu leurs fils lors des affrontements de 2016 au Haut-Karabagh. Elle a souligné qu’en Arménie, les appels à la paix adressés aux Azerbaïdjanais suscitaient généralement des réactions mitigées et, après le lancement de cette campagne, qu’elle avait été critiquée.

“Ce qui rend également très important votre message adressé aux mères azerbaïdjanaises, c’est que notre société ne l’accepte pas sans ambiguïté. Après mon discours, j’ai entendu des accusations selon lesquelles je ne devais pas comparer [les mères arméniennes et azerbaïdjanaises]. Mais je veux vous demander si le fait d’être une mère a une origine ethnique, une nationalité ou une religion », a interrogé Hakobian.

L’épouse du Premier ministre arménien a exhorté les femmes azerbaïdjanaises à se joindre à cette campagne de paix. « J’espère que votre voix et notre voix atteindront également les mères azerbaïdjanaises et qu’elles se prononceront contre la guerre et pour la paix. Et si cela se produit, si nos rangs sont de plus en plus fournis, nous transmettrons notre message aux hommes qui émettent des ordres et qui déclenchent la guerre », a expliqué Hakobian.

L’épouse du Premier ministre arménien, Anna Hakobian, a appelé les épouses d’anciens hauts fonctionnaires et d’hommes d’affaires fortunés à contribuer aux activités d’une fondation créée par Hamest Nersisian et portant le nom de son fils, le capitaine Armenak Urfanian. « Je pense qu’il y aura des femmes qui réfléchiront et arriveront à la conclusion que les objets de valeur qu’elles ont achetés pendant que leurs maris étaient en poste ne sont pas toujours aussi équitables. Et ils penseront qu’en donnant au moins certains d’entre eux à la fondation de Hamest Nersisian, ils pourront trouver la tranquillité d’esprit », a affirmé Hakobian.

Selon un journaliste, pendant qu’avait lieu un rassemblement pour cette campagne pour la paix, les forces armées azerbaïdjanaises auraient tiré sur un village arménien à la frontière vendredi soir.

Hakobian a précisé qu’elles faisaient campagne pour la paix en tant que femmes et mères et non pour le compte de l’Etat. Elle a souligné que, parallèlement à leur appel à la paix, l’Arménie organisait également des exercices militaires.

« L’avenir nous montrera qui sera victorieux. Soit nous gagnerons et nous leur demanderons de déposer les armes et de s’asseoir à une table de négociation pour essayer de se comprendre et de résoudre ce problème ; soit nous perdrons et ils continueront à se tirer dessus sur les frontières. Je veux exclure l’option de notre défaite et je veux exprimer notre confiance dans le fait qu’un jour nous avancerons », a conclu l’épouse du Premier ministre arménien.

par Claire le lundi 17 septembre 2018
© armenews.com 2019


 

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...

 
Thèmes abordés