Soutenez Armenews !
Soutenez Armenews !
PARIS Rubrique

« Prismes, Résonances » : une exposition de Chahé Kazan, artiste de la lumière


Chahé Kazan est un artiste de la lumière. Depuis quarante ans, il en explore les facettes, les contrastes et les éclats à travers une peinture aux riches notes chromatiques.

La Galerie Maître Albert invite le visiteur à découvrir aujourd’hui une quarantaine de ses œuvres, des acryliques sur toile comme des gravures exposées pour la première fois.

<span class="caps">JPEG</span> - 94.2 ko

Kazan, artiste de la lumière, artiste du trait

Hier comme aujourd’hui, Kazan reste l’artiste de la lumière. Les mots écrits il y a plus de trente ans par la critique d’art argentine Rosa Faccaro, observant ses premières toiles, n’ont pas vieilli : « L’atmosphère pré-impressionniste se dégage des touches bien élaborées à la manière des grands maîtres européens ».

Walmir Ayala, homme de lettres brésilien, ajoute : « Tout ce que j’ai vu de cet artiste et de son œuvre m’a invariablement laissé l’impression d’un artiste mature et professionnel manipulant un langage sensible avec une maîtrise rare. Sa formation européenne, ses pérégrinations à travers le monde, ses racines orientales entremêlées avec la lumière ressortent dans son œuvre sans conflit, mais plutôt en harmonie par une indispensable perspective d’universalité. »

<span class="caps">JPEG</span> - 93.2 ko

Kazan est aussi un artiste du trait. Le trait, juste le trait. Sans mot, sans commentaire, sans explication.

Les peintures et gravures rassemblées ici invitent le visiteur à voyager en toute liberté à travers les mondes d’un artiste qui se livre à qui veut partir à sa rencontre...

<span class="caps">JPEG</span> - 92 ko

Kazan, en quelques mots...

Chahé Kazan est né à Beyrouth en 1948. Il y a été l’élève de la congrégation des pères mekhitaristes, ordre monastique catholique arménien dont le siège est situé dans l’île Saint- Lazare de la lagune de Venise.

Chahé Kazan vit et travaille à Paris. Son œuvre, écrivait Pascal Tchakmakian en 1989, « nous offre la joie de suivre son voyage vers la source, la lumière même ». Lorsqu’on l’interroge, Kazan avoue qu’il est fasciné par « le percement des mystères de la couleur qu’on ne peut pas voir à l’œil nu ». Egalement passionné de musique, il estime que « les note de musique sont l’équivalent des couleurs et forment des accords » dont il recherche l’écho dans sa peinture.

Diplômé de l’E.N.S.B.A. de Paris, définitivement installé à Paris en 1978, il obtient un D.E.A. d’ethno-esthétique et anthropologie de l’art qui le conduit à se rendre au Brésil. Il a représenté le Liban à des foires internationales : à Sao Paulo, à New-York ainsi qu’au Japon, il participe régulièrement au salon Réalités nouvelles. Il a à son actif une trentaine d’expositions nationales et internationales.

A Barbizon, au printemps 2015, il a été invité par la municipalité à présenter son travail à l’occasion de l’hommage rendu à Jean-François Millet pour le bicentenaire de sa naissance.

<span class="caps">JPEG</span> - 60.2 ko

A Venise, à l’hiver 2015, il a été invité par le monastère San Lazzaro degli Armeni à exposer son œuvre Génocides à l’occasion du centième anniversaire du génocide arménien.

Il est encore l’auteur de fresques, de mosaïques et de vitraux pour des édifices publics et des bâtiments privés.

Des œuvres de Kazan ont été récemment acquises par le département des estampes de la Bibliothèque nationale de France, par le musée des Beaux-Arts de Nîmes et par le musée d’art moderne de Erevan en Arménie.

<span class="caps">JPEG</span> - 63.8 ko

Chahé Kazan, « Prismes, Résonances »
Exposition du 3 au 14 décembre 2019 - Vernissage le mercredi 4 décembre à 18h
Galerie Maître Albert - 6 rue Maître Albert - Paris (5e)
Tel : 01 55 42 73 77

<span class="caps">JPEG</span> - 61.3 ko

par Claire le mardi 19 novembre 2019
© armenews.com 2019


 


 
Thèmes abordés