PARIS

Le Quatuor Capriccio joue pour le Réseau Education Sans Frontières


Le Quatuor Capriccio est formé de musiciens des grands orchestres français, lauréats de concours internationaux, ayant une passion commune : le quatuor à cordes. C’est une rencontre marquante et décisive, lors d’un festival, qui engage ces quatre musiciens, Cécile Agator, Laurence Del Vescovo, Flore-Anne Brosseau et Samuel Etienne (fils de Martin Melkonian), à fonder le Quatuor Capriccio en 2012. Après des études musicales au CRR de Boulogne-Billancourt dans les classes de M. Strauss et X. Gagnepain pour le violoncelle et de D. Bellick Zbar pour la musique de chambre où il obtient deux premiers prix, Samuel Étienne se perfectionne auprès de E. Pelard au Crr de Bordeaux. Il rejoint le Quatuor Caprioccio en 2014, qui est l’un des premiers ensembles à se produire dans la nouvelle salle de la Philarmonie de Paris. Depuis son passage à France musique dans l’émission Plaisir du quatuor, en 2015, le Quatuor Capriccio est régulièrement l’invité de nombreux festivals. L’ensemble revendique le concert classique comme un spectacle vivant, accessible, pensé et chaleureux.

Le 18 septembre à 20h, le Quatuor se produira à la salle des mariages de la Mairie du 14e, pour RESF et la ligue des droits de l’homme. Au programme : Félix Mendelssohn (quatre pièces pour quatuor à cordes Opus 81), Ludwig van Beethoven (quatuor à cordes Opus 59 n°2 Razumovsky), Paul Hindemitch (minimax).

Réseau Education Sans Frontières (RESF) est un réseau national de soutien, né le 26 juin 2004, dont les membres sont réunis par une préoccupation commune : la protection des enfants scolarisés des familles sans-papiers (de la maternelle à l’université).

RESF Paris Sud Ouest (RESF PSO), un des collectifs locaux du Réseau, a été créé dans le 14e en 2006 par des membres d’associations dont la Cimade, la Ligue des droits de l’homme du 14e/6e, des profs, des citoyens, avec le soutien de la mairie.

RESF PSO, présent tous les samedis matins à la mairie du 14e, conseille et accompagne des familles, des jeunes majeurs lycéens et des étudiants, venant demander de l’aide dans leurs démarches administratives de régularisation, rendues de plus en plus difficiles par les lois qui visent à expulser rapidement un maximum de personnes sans tenir compte des raisons pour lesquelles elles ont dû quitter leur pays, leur famille, leurs amis et sans apprécier les efforts déployés en France pour aller à l’école, travailler et fonder une famille.

RESF PSO doit aujourd’hui trouver des moyens de financements alternatifs afin de pouvoir continuer son action et compte sur un soutien solidaire. Le concert du 18 septembre s’inscrit dans cette démarche.

par Claire le vendredi 7 septembre 2018
© armenews.com 2018


 

CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...

 
Thèmes abordés