CINEMA Rubrique

Jean Eckian dans « Le Grand Perdu »


Le cinéma Saint-André des Arts*, présente, en avant-première, tous les jours à 13h00, du 12 au 24 septembre (sauf le 18 sept) et les Mardi 2 et 9 octobre, un film d’auteur, signé Avénarius d’Ardronville, où l’histoire attachante et poétique du « Grand perdu », dans lequel Jean Eckian, collaborateur des NAM, campe le maire d’un village.

Poésie et humour vont de pair dans cette histoire qui met en scène un capitaine de navire (Erwan Ribard), qui, revenant au port après une longue absence en mer, apprend la nouvelle selon laquelle le maire a décerné une médaille au meilleur citoyen du village, un médiocre musicien de l’harmonie municipale. Choqué, il entre dans une fureur noire, considérant que cette récompense aurait dû être accordée à un marginal au comportement étrange et qui a sauvé un enfant de la noyade. Une sorte de « fou du village », drôle d’oiseau qui sillonne les bords de la Loire, des plumes accrochées au manteau…Le Grand perdu (Serge Blazevic).

Avec, entre autres, Louise-Emma Morel et Nicolas de Lavergne.

C’est le second long-métrage de Avénarius d’Ardronville ; lequel travaille actuellement à la post-production de son nouveau film « Le Roi d’ici ».

* 30, rue Saint-André des Arts 75006 Paris / réservation 01 43 26 48 18

Et puisque nous évoquons le nom de Jean, rappelons qu’il y a exactement 50 ans, à l’âge de 20 ans, il a produit, pour la CBS, un groupe américain qui a marqué l’année historique 1968 avec le tube interprété par Les Irrésistibles : « My year is a day », Paroles Tom Arena, musique William Sheller.

par Stéphane le dimanche 9 septembre 2018
© armenews.com 2019


 

CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...