CINEMA Rubrique

La belle Fanny, ardente dans la douce comédie de Nicolas Bedos


La Belle époque est en salles ce mercredi 6 novembre.

Victor (Daniel Auteuil) est largué par notre époque et par sa femme, Marianne (Fanny Ardant). Grâce à une entreprise proposant des reconstructions historiques plus vraie que nature, il décide de se réfugier en 1974, pour revivre le jour où il a rencontré sa femme. Celle-ci est interprétée par la ravissante Doria Tillier, qui ne le laisse pas insensible...

Pas facile de pitcher cette comédie rafraîchissante, présentée hors compétition au dernier Festival de Cannes. Erosion des sentiments, effacement des souvenirs : des sujets nostalgiques traités avec une douce poésie et campés par des acteurs de talent, et notamment Fanny Ardant, qui permet au film de ne pas basculer dans le simpliste « C’était mieux avant ». Plein de fougue, son personnage rappelle en effet qu’il est doux de se replonger dans son passé, mais qu’on n’était pas si libres dans les années 70, que les femmes pouvaient se faire violer et ne pouvaient pas avorter, qu’on écoutait aussi des bêtises à la télé dans des émissions lourdingues...

<span class="caps">JPEG</span> - 147.1 ko

Un rôle fait sur mesure pour la comédienne, comme l’explique le réalisateur, Nicolas Bedos : « Je suis fou de cette femme, dont la poésie, la folie, l’humour et la fragilité m’enthousiasment. Sur le tournage, Fanny n’entretenait pas toujours des rapports pacifiés avec son personnage : elle redoutait la gratuité de sa méchanceté et il m’a fallu sans cesse lui rappeler à quel point la dureté apparente de Marianne prend sa source dans la peur de sombrer, de mourir. Marianne reproche à Victor son refus de l’avenir et de la faire crever à petit feu. La perfidie dont elle fait preuve au début du film est une révolte, un cri de survie. L’avantage du regard inquiet que Fanny posait sur Marianne au début, c’est qu’elle a redoublé d’émotion et de talent pour l’aimer à la fin !".

Claire Barbuti

La belle époque, de N. Bedos, avec D. Auteuil, G. Canet, F. Ardant, D. Tillier, P. Arditi, ...
En salles le 6 novembre

<span class="caps">JPEG</span> - 141.3 ko

par Claire le samedi 2 novembre 2019
© armenews.com 2019