ARMENIE

Le gouvernement va sévir contre les achats de vote


La législation arménienne en vigueur interdit aux candidats de partis ou sans étiquettes de donner ou promettre de l’argent, ou quelque autre avantage ou services aux électeurs durant la campagne électorale.

Mais cette pratique d’achat de votes, qui reste très répandue comme l’ont montré les dernières législatives d’avril 2017, d’où est issu l’actuel Parlement, dont l’ancien parti républicain (HHK) au pouvoir reste la première formation, n’est punie à ce jour que par de simples amendes.

Le nouveau gouvernement de Nikol Pachinian, dont le parti n’est représenté que par une poignée de députés dans ce Parlement, est décidé à sévir contre cette pratique à qui le HHK aurait dû sa victoire électorale en 2017 selon N. Pachinian.

Ce dernier a approuvé une série de projets d’amendements au code pénal arménien menaçant de peines de prison quiconque se risquerait à se livrer à la pratique d’achats de votes aux prochaines élections anticipées, que ce soit à la mairie d’Erevan en septembre ou aux législatives au printemps 2019.

Lors des précédentes élections, l’HHK n’avait pas été le seul parti à avoir été accusé d’acheter des votes ; l’alliance Tsaroukian, qui s’est ralliée à N. Pachinian, avait elle aussi été suspectée de pots de vin.

En vertu des projets de loi approuvés par N. Pachinian, la loi sera dure aussi pour les électeurs tentés de vendre leurs voix, qui risqueraient la prison, sauf s’ils reconnaissent avoir commis ce délit dans un délai de 3 jours après les élections.

Ce texte présenté par le gouvernement devrait être débattu par le Parlement arménien la semaine prochaine.

par Garo Ulubeyan le vendredi 31 août 2018
© armenews.com 2018


 

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...

 
Thèmes abordés