ARMENIE Rubrique

Revue de la presse arménienne du 28 août 2018


Les articles de la presse du jour sont essentiellement consacrés aux débats sur l’avenir de l’Arménie au sein de l’Organisation du traité de sécurité collective.

L’Arménie a lancé le processus de remplacement du Secrétaire général de l’OTSC / Les medias indiquent que le Ministère arménien des Affaires étrangères a annoncé le lancement du processus de remplacement du Secrétaire général de l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) et qu’une phase de consultations dans différentes plateformes de l’organisation est en cours. A cet égard, les quotidiens rendent compte de la déclaration du Président du Comité des relations extérieures de l’Assemblée nationale M. Armen Achotian selon laquelle « les nouvelles autorités arméniennes font tout ce qu’elles peuvent pour que l’Arménie garde le poste de Secrétaire général de l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) après le scandale ». Rappelons que dans le cadre de l’enquête sur les évènements du 1er mars 2008 (manifestations post-électorales ayant provoqué dix morts et deux cents blessés) le Secrétaire général de l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) Yuri Khachatourov, qui en 2008 occupait le poste de chef de la garnison d’Erevan, avait était accusé sur la base de l’article 300.1 du Code Pénal de « renversement de l’ordre constitutionnel par consentement préalable avec des tiers ». (cf. revue du 27 juillet 2018), puis avait été relâché contre une caution d’un montant de cinq millions d’AMD (cf. revue du 28 au 30 juillet 2018). Selon les medias, les accusations portées par la partie arménienne contre le Secrétaire général de l’OTSC sans en avoir discuté avec les autres pays membres de l’OTSC auraient fortement déplu à la partie russe. L’affaire avait également provoqué des débats dans la presse sur les conséquences politiques de cette procédure pénale (cf. revue du 31 juillet 2018). Armen Achotian revient sur l’interview du Président biélorusse, Alexandre Loukachenko, dans laquelle ce dernier a déclaré qu’il était dès le début contre la candidature de Youri Khachatourov au poste de secrétaire général de l’Organisation du traité de sécurité collective. Selon A. Achotian, la Biélorussie serait contre la présidence de l’Arménie dans cette organisation dans son ensemble. Le politologue Armen Vardanian indique que l’Arménie a commis une négligence dans cette affaire et devrait d’abord rappeler Y. Khachatourov de son poste avant de porter des accusations. Pourtant, l’expert avance que l’Arménie garderait la présidence au sein de l’OTSC jusqu’à 2020 et nommerait le nouveau secrétaire général. Selon l’expert, l’Arménie nommerait à ce poste l’ancien Ministre de la Défense M. Vagharchak Haroutunian. Les journaux rendent compte des rumeurs sur la possible adhésion de l’Azerbaïdjan à l’OTSC, ce qui pourrait affaiblir la position de l’Arménie au sein de l’organisation. Selon le politologue Suren Sarkissian, cette adhésion ne serait pas sur l’agenda de l’OTSC, mais il n’exclut pas que l’Azerbaïdjan veuille approfondir ses relations avec l’OTSC en demandant le statut d’observateur. L’expert rappelle que l’Azerbaïdjan était membre de l’Organisation et l’avait quittée car elle ne souhaitait pas siéger dans la même structure que l’Arménie. Suren Sarkissian n’exclut pas que les autorités arméniennes bloquent l’obtention par l’Azerbaïdjan du statut d’observateur, mais avance qu’en cas de vote sur l’adhésion en tant que membre, l’Arménie pourrait utiliser son droit de veto.

Une enquête contre le Comité de coordination des services publics et la société Veolia Djur / Les quotidiens rendent compte de l’enquête de la Police arménienne contre le Comité de coordination des services publics et la société Veolia Djur. D’après le communiqué de la police, le Comité de coordination des services publics aurait validé l’augmentation du tarif de l’eau demandée par la société Veolia contre un voyage en France des fonctionnaires du Comité financé par la société. Les journaux indiquent que la société Veolia Djur et le Comité de coordination des services publics ont nié ces accusations et exprimé leur mécontentement face au ton accusateur de la publication de la police alors que l’enquête est en cours. Le Président de l’époque du Comité M. Robert Nazarian a indiqué qu’il s’agissait d’un voyage d’échange d’expérience. Selon Robert Nazarian, le scenario d’augmentation du tarif était déjà prévu dans le contrat signé entre le gouvernement arménien et la société Veolia. Selon le trihebdomadaire Golos Armenii la publication de la police sur les « découvertes sensationnelles de corruption » avait attiré l’attention de toute la société arménienne, pourtant les commentaires du Président de l’époque du Comité M. Robert Nazarian auraient mis en question la crédibilité de la déclaration de la police. Le trihebdomadaire indique que l’organisation de ce voyage était publique et n’avait pas été faite en cachette. Ainsi Golos Armenii ne qualifie pas ce voyage de corruption. Par contre, le media se demande si c’était correct que les fonctionnaires arméniens chargés de contrôler le travail de la société soient partis en voyage d’échange financé par cette société même. Golos Armenii indique que l’avocat Karen Sardarian avait déclaré sur sa page Facebook que les déclarations de la police contredisent la présomption d’innocence. Le trihebdomadaire partage l’opinion de l’avocat et suppose que ces déclarations anticipées seraient conditionnées par « la soif des nouvelles autorités de présenter au public des découvertes sensationnelles de corruption commises par les anciennes autorités/fonctionnaires ». Golos Armenii rappelle que ces derniers mois les autorités avaient présenté au public beaucoup de « découvertes sensationnelles de corruption », alors que ces dernières n’ont eu aucun développement tout en nuisant à la réputation de certaines entreprises ou individus. Le media recommande aux autorités de ne pas faire de déclarations anticipées, car elles pourraient « coûter cher » à l’Etat notamment si les entreprises ou individus concernés s’adressaient à la Cour Européenne. Le quotidien Hraparak critique les accusations anticipées sans preuves définitives et avance que les informations ne devraient pas être présentées avec ce ton affirmatif. Le quotidien Haykakan Jamanak suppose que la décision d’augmentation du tarif de l’eau en 2017 aurait été conditionnée par le voyage offert aux fonctionnaires du Comité dont le coût était 12.5 millions d’AMD. Le quotidien rappelle qu’en 2010 le tarif de l’eau était de 132 AMD pour un mètre cube de l’eau, en 2014 le tarif a augmenté jusqu’à 170 AMD /mètre cube, depuis le 1er janvier 2017 le tarif était de 180 AMD/mètre cube alors qu’aujourd’hui on paie 192 AMD pour un mètre cube. Le quotidien indique que le 9 août 2018 la société Veolia avait déposé une demande auprès du Comité pour la révision du tarif pour l’année 2019. Le Comité devrait publier sa décision dans les 80 jours à compter après le dépôt de la demande.

Le Parti Républicain ne participera pas aux prochaines élections municipales d’Erevan/ Selon le porte-parole du parti Eduard Sharmazanov, la décision des républicains serait conditionnée par l’existence de priorités étrangères et nationales plus importantes dans la situation postrévolutionnaire que les élections locales. Rappelons que pour le moment onze partis ont annoncé leur participation aux élections municipales d’Erevan qui devraient avoir lieu le 23 septembre 2018 (cf. revue du 25 au 27 août 2018). Les medias indiquent également que les Dachnak ont désigné le député Mikael Manukian comme candidat au poste de Maire d’Erevan.

Rédaction : Lena Gyulkhasyan

Attachée de presse et de communication

Ambassade de France en Arménie

par Stéphane le vendredi 31 août 2018
© armenews.com 2019


 

CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...

 
Thèmes abordés