THEATRE Rubrique

Christine Khandjian : une woman sans pause


Christine Khandjian, Dominique Magloire, Marion Posta, Marianne Viguès entourent Alex Goude © Emilie Brouchon.

Une cheffe d’entreprise surmenée, une actrice en mal de rôles, une mère de famille nombreuse et une baba cool désabusée se rencontrent dans un grand magasin et se rendent vite compte que, malgré leurs styles de vie diamétralement opposés, elles ont un point commun auquel elles ne peuvent pas échapper : la « méno... ». Euh non, la « féminité ». Car si la comédie adaptée et mise en scène par Alex Goude porte le titre de Ménopause, c’est parce qu’il reste dur d’utiliser le mot dans notre société, et encore plus d’en parler clairement.

<span class="caps">JPEG</span> - 99.9 ko

« La méno… chut ! » : attention, mot tabou, coupent les quatre femmes en plein chamboulement hormonal. La pièce s’amuse à prendre le contre pied de ce tabou, en alternant les échanges débridés sur l’âge et ses ravages, les jeux de mots, chansons et chorés sur des tubes revisités, dont For me, Formidable de Charles Aznavour. Les paroles du Lion est mort ce soir deviennent par exemple dans la bouche de Christine Khandjian « dans la chambre, ou sur le sofa, mon mari dort ce soir ».

<span class="caps">JPEG</span> - 110.2 ko

Fidèle des comédies musicales, elle est la coauteure du livret Brassens ou les chansons d’abord pour le groupe Génération, ou encore à l’initiative de L’histoire de Sally Mac Laureen sur la musique celtique, qui a reçu le prix Découverte 2007 du festival Les Musicals de Paris. Au Théâtre de la Madeleine, elle joue Roselyne, qui « plus perchée qu’un perroquet », est adepte du sexe tantrique, c’est-à-dire « le sexe sans la trique ». Crus, les dialogues le sont pendant les presque 2h de spectacle, mais sans jamais basculer dans le vulgaire. Le tout dans le but de faire passer un bon moment à tout type de public, et peut-être encore plus pour les femmes qui ne pourront plus dire, à l’instar d’une des protagonistes de Ménopause : « Pourquoi personne ne nous a prévenu quand nous étions encore fraiches et fringantes ? On aurait alors beaucoup plus profité de la vie ! ».

Claire Barbuti

<span class="caps">JPEG</span> - 121.9 ko

Ménopause, jusqu’au 15 septembre
Théâtre de la Madeleine - 19 rue de Surène - 75008 Paris
Mise en scène d’Alex Goude
Avec Christine Khandjian, Dominique Magloire, Marion Posta, Marianne Viguès ou Patricia Samuel

par Claire le samedi 17 août 2019
© armenews.com 2019