LAC SEVAN Rubrique

Le gouvernement critiqué car il veut hausser la quantité d’eau prélevée pour l’irrigation


Les groupes de protection de l’environnement ont dénoncé vendredi le gouvernement pour avoir entrepris d’augmenter la quantité d’eau du lac Sevan pouvant être utilisée pour l’irrigation cette année.

Le vaste lac montagneux, qui est vital pour l’ensemble de l’écosystème arménien, est une source essentielle d’eau d’irrigation fournie à la vallée d’Ararat, à l’ouest et au sud d’Erevan, par la rivière Hrazdan.

Une loi arménienne permet au gouvernement d’utiliser chaque année au maximum 170 millions de mètres cubes d’eau de Sevan à des fins d’irrigation et de production d’électricité. Un projet de loi approuvé jeudi par le gouvernement augmenterait ce plafond de 40 millions de mètres cubes pour la saison d’irrigation actuelle.

La mesure a été proposée par le ministère de l’Agriculture. Ce dernier, Artur Khachatrian, a mis en garde le fait qu’il pourrait y avoir des pénuries d’eau aux conséquences « dévastatrices » pour des dizaines de milliers d’agriculteurs. « Cette solution trouvée n’est peut-être pas idéale, mais il n’y a pas d’autres alternatives », a commenté Khachatrian lors d’une réunion du gouvernement présidée par le Premier ministre Nikol Pachinian. « Nous sommes arrivés à cela après de longues discussions conjointes. »

M. Pachinian a déclaré que le gouvernement était d’accord avec la proposition, même si c’était « avec le cœur lourd ». Il n’a pas d’autre choix que de répondre aux besoins urgents des agriculteurs, a-t-il dit.

Le projet de loi, dont le Parlement débattra cette semaine, a été approuvé quelques semaines à peine après qu’une coalition de groupes de protection de l’environnement appelée SOS Sevan a exhorté Pachinian à bloquer toute utilisation supplémentaire de l’eau de Sevan. Ils affirment que la majeure partie de cette eau ne profiterait qu’aux centrales hydroélectriques et aux exploitations piscicoles opérant dans la vallée de l’Ararat. En conséquence, SOS Arménie a exhorté le Parlement à bloquer les mesures.

Inga Zarafian, une représentante du groupement, a déclaré que le niveau de Sevan avait baissé l’année dernière et que ce processus se poursuivrait si le projet de loi était adopté par l’Assemblée nationale. Cela ne ferait qu’empirer la qualité de l’eau du lac, a-t-elle déploré.

Zarafian s’est plaint que, contrairement aux anciennes autorités d’Erevan, le gouvernement de Pachinian n’avait pas consulté les écologistes avant de prendre cette décision controversée. Il y a un an, Pachinian et ses alliés politiques s’opposaient à une mesure similaire qui émanait du gouvernement précédent.

Evelina Ghukasian, directrice de l’Institut d’hydroécologie et d’élevage du poisson, financé par l’État, a fait écho aux préoccupations des environnementalistes. « Les ressources en eau sont mal gérées », a-t-elle convenu. « Nous nous opposons à l’utilisation constante du lac Sevan comme réservoir d’eau. »

par Claire le lundi 27 août 2018
© armenews.com 2019


 

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...

 
Thèmes abordés