TURQUIE Rubrique

Cour constitutionnelle. La démolition du Monument de l’humanité constitue une violation à part entière


Le monument près de la frontière arménienne a été démoli en 2011 après qu’Erdoğan l’ait qualifié de « monstre ». Le sculpteur Aksoy a déclaré qu’il reconstruirait le monument au même endroit.

La Cour constitutionnelle turque a jugé que la démolition du « Monument de l’humanité » violait la liberté d’expression et d’art du sculpteur Mehmet Aksoy et qu’il serait indemnisé. Six des quatorze membres du tribunal suprême ont voté contre le verdict.

S’exprimant devant le tribunal après le verdict, Aksoy a déclaré : « Les gens, qui comptent sur le pouvoir politique, se voient au-dessus de la loi. Ce verdict indique que la loi est au-dessus des individus. Ce verdict témoigne des libertés de l’art et de l’expression. Mon art, appelé »monstre« , a été acquitté en tant que monument de l’humanité. »

Mehmet Aksoy a ajouté qu’il espérait que le président réviserait « ses pensées du fait accompli » après le verdict.

« La démolition de ma statue a porté atteinte à l’image de la Turquie dans l’opinion publique mondiale. Je crois au pouvoir de mon art et n’ai pas renoncé à le faire. Je remettrai le Monument de l’humanité à sa place. Cette fois, je construirai la statue, enregistrant également ce qu’elle a vécu », a-t-il déclaré.
<span class="caps">JPEG</span> - 19.7 ko
Lors d’une visite dans la ville de Kars, dans le nord-est du pays, le 8 janvier 2011, le Premier ministre de l’époque, Recep Tayyip Erdoğan, a qualifié le monument de « monstre ». Il souhaitait qu’elle soit démolie.

Un tribunal administratif a rendu un verdict de sursis à l’exécution concernant la démolition du munument mais le tribunal administratif régional a annulé cette décision.

Le maire de Kars, Naif Alibeyoğlu, a déclaré à l’époque que le monument avait été construit comme un geste « en réponse au Monument du génocide en Arménie ».

La municipalité de Kars a ensuite ouvert un appel d’offres pour la démolition du monument. Une entreprise a remporté l’appel d’offres pour 272 000 lires turques et a commencé la démolition le 26 avril 2011.

Mehmet Aksoy a intenté une action en réparation contre Erdoğan pour avoir qualifié le monument de « monstre ». Erdoğan a été condamné à payer 10 000 lires à Aksoy pour dommages non pécuniaires. Mais un tribunal local a annulé ce verdict.

par Stéphane le dimanche 14 juillet 2019
© armenews.com 2019


 

CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...