ARMENIE Rubrique

#Metoo en Arménie veut briser le silence sur les violences sexuelles


La campagne a également suscité des réactions hostiles contre certains qui pensent qu’il s’agit d’un effort soutenu par l’Europe visant à amener l’Arménie à adhérer aux conventions internationales sur la prévention de la violence sexuelle.

Des centaines de femmes arméniennes ont partagé et publié des récits de violences sexuelles, portant pour la première fois cette question sensible au niveau d’un large débat public.

Le mouvement a débuté avec le site d’informations d’enquête Hetq qui a publié le récit d’une femme tchèque vivant en Arménie qui a survécu à une tentative d’agression sexuelle. L’article publié le 29 juin, a relaté de manière douloureuse le refus des tiers de l’aider et l’insensibilité du système de justice pénale à l’égard des victimes d’agression sexuelle.

Une journaliste, Lucy Kocharyan, a posté l’histoire sur sa page Facebook. « Peu de temps après, j’ai reçu un message sur Facebook d’un utilisateur actif de ma liste d’amis qui m’a raconté son histoire et m’a demandé de la publier anonymement pour que tout le monde sache que les touristes ne sont pas les seuls victimes de maltraitance en Arménie », a déclaré Lucy Kocharyan à la télévision publique arménienne.

Cela a inspiré des centaines de femmes arméniennes (et une poignée d’hommes) à écrire, et Lucy Kocharyan a rassemblé les histoires sur une nouvelle page Facebook, « Voix de la Violence ».

La question a rapidement suscité une importante couverture médiatique et est devenue le sujet de discussion le plus discuté en Arménie. La campagne « a montré que nous avons commencé à parler, même si elle reste anonyme et furtive, mais nous imaginons déjà que chaque histoire individuelle constitue un lien vers un problème plus vaste », a écrit Nune Hakhverdyan sur le site media.am.

Mais la campagne a également engendré un retour de bâton. Certains Arméniens ont déclaré que les articles publiés anonymement étaient des faux, ou que la campagne visait à amener l’Arménie à ratifier la Convention d’Istanbul, un accord du Conseil de l’Europe qui oblige les signataires à prendre des mesures spécifiques pour lutter contre les violences sexuelles. L’Arménie a signé la convention en 2018 mais ne l’a pas ratifiée. (Parmi les autres pays de la région, la Géorgie et la Turquie ont ratifié la convention, tandis que l’Azerbaïdjan et la Russie ne l’ont même pas signée.)

Les questions relatives à la violence domestique et sexuelle sont très controversées en Arménie. Les conservateurs sociaux affirment que les tentatives de règlement du problème visent à imposer des valeurs étrangères au modèle familial traditionnel de l’Arménie. La campagne « Voix de la Violence » a ravivé ces arguments.

« Ce mouvement est utilisé comme un outil pour promouvoir la Convention d’Istanbul, qui n’est pas adapaté au peuple arménien », a déclaré Arman Abovyan, membre du parlement du Parti Arménie prospère. « Pourquoi copier-coller quelque chose comme ceci lorsqu’un État peut créer ses propres mécanismes pour lutter contre cela ? », a-t-il déclaré au site Web d’actualités 24news.am. « La convention ouvrira la porte à des développements non-arméniens. »

Mme Kocharyan a déclaré qu’elle n’avait même pas entendu parler de la Convention d’Istanbul, mais que cela s’est passé juste après le début de la campagne quand le ministère arménien des Affaires étrangères a annoncé le lancement d’un programme commun avec le Conseil de l’Europe pour "Prévenir et combattre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique en Arménie : Poursuivre sur la voie de la ratification de la Convention d’Istanbul. ”

Certains en Arménie y ont vu une connexion. Sofya Hovsepyan, membre du parlement de l’alliance au pouvoir « Mon Pas », a déclaré que cette campagne était une tentative de noircir le nom de l’Arménie. « Depuis deux jours, j’essaie de comprendre pourquoi certaines personnes ont commencé à se souvenir de leurs histoires », a-t-elle écrit le 4 juillet sur sa page Facebook. « Il en ressort que nous serions un pays« violent » et que nous ne le savions pas. Arrêtez de raconter ces histoires comme si elles décrivaient la nation dans le seul but de promouvoir vos thèses. « Le message a lancé un débat animé, l’un de ses collègues député de « Mon Pas », étant tout à fait en désaccord. « Si vous voulez comprendre, faites un petit effort pour comprendre, à la fin, vous êtes une députée de l’Assemblée nationale et une femme », a commenté Grigor Yeritsyan. »Ayez un peu de respect pour la tragédie personnelle des gens« , a-t-il déclaré, ajoutant : »Votre opinion ne reflète pas l’opinion de« Mon Pas »sur la question.« Dans une interview ultérieure, Mme Hovsepyan a déclaré qu’elle pensait que la campagne pourrait être un moyen de pousser l’Arménie à ratifier la Convention d’Istanbul. »C’est posssible, pourquoi pas ?", a-t-elle déclaré au site Web d’actualités tert.am.

Le ministre de la Santé, Arsen Torosyan, a exprimé son soutien à la campagne et a déclaré que le gouvernement devait faire davantage pour prévenir la violence domestique et sexuelle et protéger ses victimes. Il a discuté avec des critiques qui se sont appuyés sur des statistiques officielles pour affirmer que le problème n’était pas aussi important que le prétendaient les militants. « Dans ces cas, les statistiques ne peuvent pas être valides parce que dans la plupart des cas, les personnes [victimes] ne portent pas plainte », a-t-il déclaré dans un entretien avec 24news.am « Par exemple, nous voyons 50 cas enregistrés dans les statistiques et nous pensons que nous n’avons pas de problème et que nous pouvons nous détendre, mais en réalité ce n’est pas 50, mais 500 ».

Ani Mejlumyan est une journaliste basée à Erevan.

Eurasianet.org

par Stéphane le dimanche 14 juillet 2019
© armenews.com 2019


 

CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...

 
Thèmes abordés