Soutenez Armenews !
ARMENIE Rubrique

Revue de la presse arménienne du 18 au 20 août 2018


Les retombées sur le rassemblement du Premier ministre du 17 août dominent dans la presse.

Retour sur le rassemblement du Premier ministre/ Tous les medias reviennent sur le rassemblement convoqué par le Premier ministre le 17 août à l’occasion duquel il a fait le bilan de ses 100 premiers jours et a prononcé un discours sur l’économie arménienne, la résolution du conflit du Haut Karabakh, la lutte contre la corruption et les relations avec la Russie. Les medias indiquent que des dizaines de milliers de personnes s’étaient rassemblées sur la Place de la République d’Erevan. Dans son discours de plus d’une heure, le Premier ministre a déclaré avoir pratiquement éradiqué la corruption en Arménie, assuré la croissance économique et établi une « gouvernance directe de la population » sur le modèle de la Grèce antique. Se qualifiant de « représentant direct de la volonté du peuple arménien », Nikol Pachinian a déclaré qu’« en Arménie, il n’y a pas de gouvernement de coalition, il n’y a pas de majorité parlementaire. En Arménie, le pouvoir suprême appartient directement au peuple et le peuple exerce son autorité directe. Telle est la signification de la révolution qui a eu lieu en Arménie ». Selon le Premier ministre « l’organe suprême du pouvoir populaire » dorénavant serait les foules se rassemblant sur la place et c’est devant ces foules que son gouvernement serait désormais responsable. « Les décisions clés doivent être prises ici sur cette place » a déclaré Nikol Pachnian. Nikol Pachinian a indiqué que « la communauté internationale ne comprend toujours pas ce qui s’est passé en Arménie, pourquoi et comment cela s’est passé ».

Sur le conflit du Haut Karabakh

Nikol Pachinian a indiqué qu’il était prêt à négocier au nom de l’Arménie. Toutefois, il a réaffirmé que les autorités du Haut Karabakh devraient être représentées à la table des négociations. Le Premier ministre a clairement dit que l’Arménie ne veut pas la guerre et souhaite régler le conflit de manière pacifique. Il a toutefois déclaré que si l’Azerbaïdjan continuait ses attaques, les soldats des forces armées arméniennes seraient prêts à mettre un coup d’arrêt à leur avancée. Le Premier ministre a déclaré que si dans le processus de négociation, une option lui paraissait être la bonne, il ne signerait jamais de document sans le consentement du peuple.

Sur les relations arméno-russes

En commentant les relations entre l’Arménie et la Russie, Nikol Pachinian a indiqué qu’il n’y aurait pas de changement de politique étrangère et que l’un des objectifs de la politique étrangère de l’Arménie est d’approfondir les relations arméno-russes et de porter ces relations à un nouveau niveau. Il a également noté que la politique étrangère de l’Arménie n’a pas d’orientation géopolitique. « Notre idéologie dans les relations extérieures est la protection de nos intérêts nationaux. Nous améliorerons également nos relations avec l’Union européenne », a ajouté le Premier ministre. Le Premier ministre a rappelé que depuis son entrée en fonction, il a rencontré à deux reprises le Président russe Vladimir Poutine et a discuté à trois reprises de questions relatives aux relations arméno-russes. Le Premier ministre a annoncé un projet humanitaire commun arméno-russe « sans précédent dans notre histoire depuis l’indépendance ». Selon Nikol Pachinian les détails de ce nouveau « projet humanitaire » avec la Russie seront dévoilés prochainement. Nikol Pachinian a déclaré que ses prédécesseurs justifiaient leurs erreurs par des pressions russes. Rappelons que dans un entretien accordé à Yerkir Media, le deuxième Président Robert Kocharian a déclaré que Nikol Pachinian n’avait pas l’expérience nécessaire pour traiter avec la Russie, ni pour faire face aux défis géopolitiques complexes auxquels l’Arménie était confrontée.

Sur la corruption / économie

Nikol Pachinian a déclaré que ses engagements pour éradiquer la corruption progressent avec le Service de sécurité nationale de l’Arménie qui enquête activement sur les cas de biens pillés et de fonds non seulement de l’Etat mais aussi de l’armée. « L’argent volé à la population sera entièrement récupéré », a-t-il déclaré, citant des audits récents de certaines entreprises qui ont généré des recettes fiscales supplémentaires de plusieurs dizaines de millions de dollars. Selon Nikol Pachinian, malgré les récentes turbulences politiques, l’économie arménienne a non seulement évité un ralentissement, mais continue de se développer grâce aux efforts de son gouvernement pour améliorer le climat des affaires. Le Premier ministre a déclaré avoir déjà réussi à briser les monopoles économiques qui avaient longtemps entravé une croissance plus rapide. Le premier ministre a rejeté les critiques selon lesquelles les nouvelles autorités effrayaient les investisseurs lors de ces audits et compromettaient les relations stratégiques de l’Arménie avec la Russie.

Selon le Premier ministre, de nombreuses organisations internationales et pays partenaires se sont déclarés prêts à aider à divulguer, à geler et à restituer à la République d’Arménie les actifs des hauts fonctionnaires arméniens dans des pays étrangers et des zones offshores.

Sur l’affaire du 1er mars 2008

Commentant l’enquête en cours sur les incidents du 1er mars 2008 (émeutes post électorales ayant causé la mort de huit civils et de deux policiers) le Premier ministre a déclaré : « Je tiens à préciser que personne n’évitera la responsabilité de tuer 10 personnes et d’organiser un coup d’Etat en Arménie le 1er mars [2008] ... Tous les meurtriers iront en prison ». Rappelons que le deuxième Président Robert Kotcharian est accusé d’avoir violé l’ordre constitutionnel arménien en relation avec ces événements et après avoir été libéré de sa détention provisoire lundi, il a critiqué le bureau du procureur général pour avoir monté une affaire de mensonges contre lui.

Sur le système judiciaire

En soulignant qu’il n’exerçait aucune pression sur le système judiciaire, le Premier ministre a cependant critiqué certains juges qui, selon lui, continuent à prendre « des ordres de représentants des anciennes autorités corrompues ». N. Pachinian a déclaré que la mise en place d’une justice transitionnelle pourrait avoir lieu. « Nous pourrions avoir besoin d’organismes de justice transitionnelle, non seulement parce que certains « personnages » corrompus de notre système judiciaire continuent de ne pas saisir la révolution populaire, mais parce que notre législation comporte de nombreux problèmes », at-il expliqué.

Les medias indiquent que le chef de la Chambre arménienne des avocats a averti les autorités en place que s’ils organisent la justice transitionnelle en violation des clauses pertinentes de la Constitution et sans motifs sérieux, les opposants politiques peuvent alors accuser le gouvernement de ne pas avoir respecté l’article 300.1 du Code pénal de la République d’Arménie à savoir l’article sur le renversement de l’ordre constitutionnel. Rappelons que le 18 juillet Nikol Pachinian a reçu des experts du Centre international pour la justice transitionnelle (ICTJ) et de the Justice Initiative of the Open Society Foundations. Les experts se sont déclarés prêts à collaborer étroitement avec leurs partenaires arméniens pour tenter de moderniser le système judiciaire arménien.

Sur les élections législatives

En commentant la possibilité de nomination après sa démission d’un autre Premier ministre par les Républicains ou d’autres forces parlementaires afin d’empêcher les élections anticipées, Nikol Pachinian a déclaré que pour ce scenario son équipe politique proposerait des amendements constitutionnels qui permettraient au parlement de se dissoudre. Ainsi, Nikol Pachinian a averti ses partisans qu’il fallait qu’ils se tiennent prêts à obliger les législateurs à adopter ces amendements. Rappelons que selon la législation, l’organisation d’élections parlementaires extraordinaires nécessite la démission du Premier ministre qui doit être suivie par deux échecs d’élection d’un nouveau Premier ministre par le parlement. Ainsi la société s’inquiéterait qu’après la démission de Nikol Pachinian, les Républicains désignent un nouveau Premier ministre en empêchant les élections législatives.

Le chef du groupe « Sasna Tsrer/ Enragés de Sassoun » libéré / Les medias indiquent que le chef du groupe « Sasna Tsrer/ Enragés de Sassoun » (groupe d’opposition armé ayant pris en otage un commissariat de police en juillet 2016) Varoujan Avetissian et le membre phare du groupe Arayik Khandoian ont été libérés sous les garanties personnelles des députés de la fraction « Tsaroukian ». Ainsi, seuls trois membres du groupe restent encore en état d’arrestation car depuis la révolution des velours 29 de 32 accusés de l’affaire « Sasna Tsrer/ Enragés de Sassoun » ont été libérés sous les garanties personnelles des députés de la fraction « Tsaroukian ». Les medias indiquent qu’immédiatement après leur libération, les membres du groupe et leurs soutiens se sont dirigés vers la place de la République d’Erevan pour le rassemblement du Premier Ministre Nikol Pachinian. Varoujan Avetissian a réaffirmé son intention et celle de Jirayr Sefilian de créer un parti politique pour participer aux élections législatives anticipées (cf. revue du 28 juin 2018).

Les élections municipales d’Erevan auront lieu le 23 septembre 2018/ Les medias annoncent que les élections municipales d’Erevan auront lieu le 23 septembre 2018. Les demandes de participation aux élections seront soumises avant le 3 septembre 2018 et les campagnes électorales commenceront le 10 septembre et se termineront le 21 septembre 2018.

Angela Merkel se déplacera en Arménie les 24 et 25 août/ Les medias annoncent la visite officielle de la chancelière allemande Angela Merkel en Arménie les 24 et 25 août.

Retour sur l’interview de Robert Kocharian / Les medias reviennent sur l’interview télévisée du deuxième Président Robert Kocharian. Dans cette interview accordée à la chaine « Yerkir media » (affiliée au parti Dachnak), Robert Kocharian a annoncé son retour sur la scène politique arménienne. Les medias indiquent que cette annonce a été suivie par la déclaration du porte-parole du parti Républicain Eduard Sharmazanov selon laquelle il n’exclut pas la coopération du parti Républicain avec Robert Kocharian après son retour en politique. Le porte-parole a indiqué que cette coopération serait conditionnée par la sécurité de l’Arménie et du Haut-Karabakh et ne serait pas par nature contre la révolution. Rappelons que le lendemain de l’échec de la conférence de presse qu’il avait l’intention de donner après sa libération, Robert Kocharian a donné une interview télévisée à la chaine « Yerkir media » dans laquelle il a vivement critiqué la politique économique et extérieure menée par le gouvernement actuel et s’est dit préoccupé par le sort du pays, raison pour laquelle il se sentait obligé d’intervenir. En commentant les processus en cours, Robert Kocharian s’est félicité des mesures prises par le nouveau gouvernement pour éliminer la corruption, mais a indiqué que la lutte contre la corruption ne construit pas une politique économique solide. D’après Robert Kocharian, il n’y aurait pas de politique économique en Arménie. Selon le deuxième Président, aucun investisseur ne viendra en Arménie et n’investira dans l’économie arménienne tant qu’il ne serait pas convaincu que le pays a un programme économique solide. M. Kocharian a par ailleurs rappelé qu’au cours des années de son mandat (de 1998 à 2008), le PIB du pays a été multiplié par cinq et il a souligné que pendant sa présidence la corruption n’a pas atteint une telle ampleur et que l’économie du pays n’était pas tellement monopolisée. Robert Kocharian a également fait part de ses doutes sur l’efficacité de la lutte anti-corruption en cours. Dans cette interview, l’ancien Président a également démenti les rumeurs sur ses possessions luxueuses : « Ceux qui comprennent l’économie se rendent compte que dans un pays avec un budget annuel de 2,5 milliards, il ne peut pas y avoir une personne qui a 4 milliards de dollars », a déclaré Robert Kocharian.

Le neveu de Serge Sarkissian accusé de tentative d’assassinat/ Les medias indiquent que le neveu de l’ancien Président Serge Sarkissian Hayk Sarkissian a été inculpé pour tentative d’assassinat de Davit Simonian en 2007 et acquisition illégale d’armes à feu. Rappelons que Hayk Sarkissian avait été arrêté le 4 juillet 2018 suite aux perquisitions à son domicile (cf. revue du 5 juillet 2018). Rappelons qu’une affaire pénale est également lancée contre l’autre neveu de Serge Sarkissian, Narek Sarkissian, qui est accusé de kidnapping (cf. revue du 17 juillet 2018).

Rédaction : Lena Gyulkhasyan

Attachée de presse et de communication

Ambassade de France en Arménie

par Stéphane le mercredi 22 août 2018
© armenews.com 2020


 


 
Thèmes abordés