Soutenez Armenews !
Soutenez Armenews !
DOCUMENTAIRE Rubrique

« Jennig » : le portrait d’une Arménienne irrévérencieuse


Ce mardi 18 juin au soir, la salle du cinéma Les 3 Luxembourg était archi-comble, pour assister à la projection de Jennig, en présence du réalisateur Vasken Toranian. Pour son premier documentaire long, il a choisi de dresser le portrait de la grand-mère de sa compagne, une Arménienne irrévérencieuse au destin marqué par les tragédies mais qui a su toujours avancer.

Montrer cette femme au crépuscule de sa vie, dans tout ce que la vieillesse a marqué sur son corps et ses habitudes. Montrer par de longs plans séquences sa respiration devenue très forte et saccadée, mais également par des jeux de lumière la vie qui continue à l’animer. Souvent crue et parfois cruelle, cette femme de 93 ans l’est. Mais comment ne pas tomber sous le charme de cette arrière-grand-mère au sens de l’humour toujours piquant, ancienne couturière et amie des prostituées de Marseille ? C’est grâce à ces dernières qu’elle a pu oublier la dureté de son mari, et élever son fils René pour qu’il puisse faire de brillantes études.

<span class="caps">PNG</span> - 1.6 Mo

Car derrière le portrait de cette Jennig se cache aussi celui d’une relation fusionnelle avec son fils, René Dzagoyan. Ils se chamaillent, ils se disputent, ils se titillent, mais surtout l’amour transparaît à chaque fois qu’ils sont dans la même pièce. On en oublie lequel est le bébé duquel, tellement la tendresse perle dans chaque geste, chaque mot, chaque attitude.

Depuis son adolescence, Jennig n’a jamais supporté les règles édictées par sa famille : interdiction de sortir, de danser, de se maquiller, de fréquenter des garçons, ... À 17 ans, elle fuyait en passant par la fenêtre les prétendants arméniens de 50 ans que sa mère lui présentait ! Elle choisira elle-même son mari, un docker bagarreur, dont elle n’aura de cesse de se plaindre tout en cultivant pour lui une passion charnelle. De par son histoire, Jennig est devenue un témoin amusé de l’évolution du rapport homme/femme. On le comprend à travers ses anecdotes sur les prostituées, sur son défunt mari, ou encore quand elle commente la vie privée de son infirmière : « Elle a 3 enfants. Elle vient de quitter son mari cette folle. Elle a raison : avant, il fallait les supporter. Maintenant, tu fais ce que tu veux !  ».

Un documentaire où la véracité de Jennig se fond avec son désir de continuer à jouer, à surprendre, à faire réagir. Une proposition artistique qui a convaincu le nombreux public, qui a chaleureusement applaudi le réalisateur au cinéma Les 3 Luxembourg, dont Valérie Toranian, Ara Toranian, Serge Avédikian, Levon Minassian, Antoine Agoudjian, Christina Galstian, Charlie Sansonetti, ... Un film de 52 minutes plein d’émotions, qui sera diffusé sur France 3 en septembre.

<span class="caps">JPEG</span> - 45.5 ko

Claire Barbuti

par Claire le mercredi 19 juin 2019
© armenews.com 2019


 


 
Thèmes abordés