ARMENIE Rubrique

Revue de la presse arménienne du 15 août 2018


Les manifestants ont poursuivi leurs actions après avoir empêché la tenue de la conférence de presse de l’ex Président / Les manifestants se sont rendus au Parquet général afin de témoigner leur soutien à cet organe judiciaire et d’exiger qu’il présente une requête à la Cour de cassation pour mettre le deuxième Président de nouveau en détention. Après avoir rencontré le représentant du Parquet, qui leur a assuré que son administration attendait la décision de la Cour d’appel pour adresser sa requête à la Cour de cassation, les manifestants se sont dirigés vers le bâtiment du Conseil de la Cour suprême pour demander la démission du juge chargé d’étudier la requête des avocats de Kotcharian. Les manifestants ont organisé une collecte de signature contre le juge, estimant qu’il ne pouvait pas juger objectivement puisqu’il a travaillé pendant cinq ans au cabinet du deuxième Président (cf. la revue du 8 août 2018). Les familles des victimes du 1er mars qui ont rejoint cette manifestation ont déclaré qu’elles avaient perdu l’espoir en la justice après la libération de Kotcharian. RFE/RL reproduit les propos du défenseur des droit de l’homme Arthur Sakounts qui a déclaré que Kotcharian n’avait pas le droit moral de revenir sur le champ politique tant qu’il n’a pas répondu de la terreur qu’il a perpétrée envers les citoyens de la République d’Arménie. Les médias citent la déclaration diffusée par le bureau du deuxième Président, selon laquelle « l’incident d’aujourd’hui vient de prouver que les nouvelles autorités ne tolèrent pas la dissidence. Le boycott de la conférence de presse était une tentative brutale d’empêcher un opposant de se prononcer ». Ils estiment que les proches de Nikol Pachinian craignaient les déclarations politiques que Robert Kotcharian allait faire pendant cette conférence de presse. Le porte-parole n’exclut pas la possibilité d’une nouvelle conférence de presse où le deuxième Président exposera son point de vue et parlera des questions politiques plus actuelles.

Les manifestants de l’action de protestation ont choisi le slogan « Privet Rob » (Salut Rob), pour rappeler que ces mots en 2001 ont coûté la vie d’une personne ayant osé saluer le président Kotcharian pendant que celui-ci écoutait du jazz dans un café avec Charles Aznavour. Les gardes du corps ont battu cette personne à mort dans les toilettes du café. Une seule personne, l’un des gardes corps de Robert Kotchanrian, a comparu devant le tribunal et a été condamnée à deux ans de prison avec sursis.

Toute personne ayant commis un crime sera mise face à ses responsabilités/ C’est ce qu’a déclaré le Premier Ministre lors d’un live sur Facebook juste après cet incident, soulignant que l’établissement de la loyauté en République d’Arménie n’avait pas d’alternative. Le Premier Ministre a par ailleurs invité tous les Arméniens à la Place de la République pour participer au rassemblement du 17 août pour faire le bilan de 100 jours de sa prise de fonction.

Le gouvernement de la République d’Arménie essayera de faire rentrer de l’étranger « les sommes qui ont été illégalement sorties du pays » / Le gouvernement arménien espère récupérer avec l’aide de la Banque mondiale au moins une partie de l’argent qui a été sorti illégalement du pays. Le vice-PM a écrit une lettre à la Banque mondiale lui demandant de commencer le processus du retour de ces argents. Selon Gor Tsaroukian, représentant des relations publiques et de la communication du Premier Ministre, l’outil STAR créé entre la Banque mondiale et l’ONU permettrait de découvrir les sociétés qui ont illégalement exporté de l’argent et de les rendre au pays à l’aide d’un certain nombre de procédures, y compris judiciaires. M. Tsaroukian a évoqué les statistiques de l’ONG Global Financial Integrity, selon lesquelles en 2004-2017, de 6 à 14 milliards de dollars ont été illégalement sortis d’Arménie, tandis que le PIB du pays en 2017 était de 11,5 milliards de dollars. Il a par ailleurs déclaré que ce n’est pas forcément les représentants du pouvoir qui ont fait sortir cet argent du pays, mais c’est avec leur accord que cela a été fait.

La prochaine réunion de l’Etat-major commun de l’OTSC aura lieu à Erevan/ Le ministère de la Défense indique que les 14 et 17 août, Erevan organisera la prochaine réunion des chefs des organes centraux des services de codage des forces armées, avec la participation des représentants des forces armées et de l’Etat-major commun de l’OTSC. Selon le ministère, la consultation se déroulera conformément au plan de travail de 2018 du Conseil des ministres de la défense de l’OTSC.

Rédaction : Sonia Machinian

Ambassade de France en Arménie

par Stéphane le samedi 18 août 2018
© armenews.com 2019


 

CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...

 
Thèmes abordés