ARMENIE

Arménie : des milliers de personnes défilent en soutien au Premier ministre


Des milliers d’Arméniens ont défilé vendredi dans la capitale Erevan en soutien au Premier ministre réformateur Nikol Pachinian à l’occasion du 100e jour au pouvoir de ce leader « anticorruption » qui tacle les anciennes élites prorusses.

Portant un t-shirt bleu et une casquette, son haut-parleur à la main, M. Pachinian a marché à la tête de ce défilé à travers les rues d’Erevan vers la place de la République, au cœur de la ville. « Je voudrais vous informer de ce qui a été fait depuis que j’ai été élu Premier ministre il y a cent jours », a lancé M. Pachinian devant les manifestants.
<span class="caps">JPEG</span> - 83.8 ko
En avril dernier, cet ancien député d’opposition a mobilisé des dizaines de milliers de personnes pendant une vingtaine de jours contre l’ex-président Serge Sarkissian et contre son Parti républicain au pouvoir, accusés de n’avoir rien fait pour éradiquer la corruption et la pauvreté.
Le 23 avril, Serge Sarkissian a démissionné à la surprise générale, et le 8 mai, Nikol Pachinian a été élu à la tête du gouvernement par le Parlement.

« Aujourd’hui, il n’y a pas de corruption en Arménie », a assuré vendredi M. Pachinian. Il a par ailleurs affirmé que son « objectif est d’élever les relations russo-arméniennes à un nouveau niveau, sans précédent dans l’histoire ».

La vaste campagne anticorruption lancée par les nouvelles autorités arméniennes contre les anciennes élites prorusses a notamment abouti à l’arrestation en juillet de l’ancien président Robert Kotcharian (1998-2008), ensuite relâché.
<span class="caps">JPEG</span> - 233.4 ko
Les poursuites engagées contre des responsables prorusses ont provoqué une vive critique de Moscou qui a rappelé au nouveau pouvoir arménien ses promesses de ne pas poursuivre « ses prédécesseurs sur des motifs politiques ». L’Arménie a alors défendu ses affaires « intérieures » et assuré que la campagne anticorruption n’affecterait pas ses liens avec la Russie.

« Nous voulons que notre partenaire stratégique et les autres pays respectent notre nouveau gouvernement et ne se mêlent pas de nos affaires intérieures », a déclaré vendredi l’un des manifestants, Aram Amarian, un étudiant de 24 ans.
« Le Parlement, les juges corrompus, les oligarques, ils agissent tous contre le gouvernement de Nikol Pachinian », a affirmé un autre manifestant, Garnik Melikian, 41 ans. « Et je suis venu ici aujourd’hui pour montrer à toutes ces forces que leur temps est passé », a-t-il souligné.

AFP

Les grands moment de son discours

Des centaines de milliers de personnes se sont rassemblées sur la place de la République d’Erevan et dans les rues adjacentes vendredi pour entendre l’évaluation du Premier ministre Nikol Pashinyan sur les 100 premiers jours au pouvoir de son gouvernement. Dans un discours enflammé qui a duré plus d’une heure, M. Pashinyan a défendu son bilan et celui de son gouvernement et a prononcé un discours global qui couvrait l’économie de l’Arménie, la résolution du conflit du Karabakh de l’Artsakh , la lutte contre la corruption et les relations avec la Russie. Extraits :

Dans son allocution d’ouverture, il a une fois de plus déclaré une «  gouvernance populaire  », attribuant au peuple arménien les succès de son gouvernement et du pays.

« Il y a cent jours, votre volonté a prévalu et la communauté internationale ne comprend toujours pas ce qui s’est passé en Arménie, pourquoi et comment cela s’est passé  », a déclaré M. Pashinyan, se qualifiant lui-même de «  représentant direct de la volonté du peuple arménien  ».

« En Arménie, il n’y a pas de gouvernement de coalition. En Arménie, il n’y a pas de majorité parlementaire. En Arménie, le pouvoir ultime appartient directement au peuple et le peuple exerce le pouvoir direct. C’est la signification clé de la révolution qui a eu lieu en Arménie  », a-t-il déclaré en montrant du doigt la foule et en disant qu’elle devrait se considérer comme «  l’organe suprême du pouvoir populaire  ».

« Cela signifie qu’à partir de maintenant, ce gouvernement sera responsable devant cette place, obéira à cette place, et toutes les décisions clés doivent être prises ici, sur cette place », a déclaré Pashinyan sous un tonnerre d’applaudissements.

Artsakh
Se concentrant spécifiquement sur son rôle dans le processus de négociation du conflit du Karabakh et dans une tentative de démystifier les critiques, en particulier de l’ancien président Robert Kocharian, Pashinyan a souligné qu’il est prêt à négocier, au nom de l’Arménie, pour la résolution du conflit. Toutefois, il a réitéré sa position de longue date selon laquelle la République Artsakh doit être représentée à la table des négociations.

« Je suis prêt à négocier pleinement au nom de la République d’Arménie sur la question du Karabakh, mais les autorités de la République d’Artsakh doivent négocier au nom de l’Artsakh », a souligné M. Pashinyan.

Le Premier ministre a été clair en déclarant que l’Arménie ne veut pas de guerre et souhaite résoudre le conflit pacifiquement. Il a toutefois déclaré que si l’Azerbaïdjan poursuit ses attaques, les soldats des forces armées sont prêts à porter un puissant contrecoup à leurs avancées.

« Si, dans le processus de négociation, il existe une option que je pense être bonne et que je soutiens, je ne signerai jamais de document sans votre consentement. Je vous présenterai toute proposition en détail et vous déciderez si nous acceptons ou non cette option de résolution », a ajouté M. Pashinyan.

Russie
Le Premier ministre a discuté spécifiquement des relations de l’Arménie avec la Russie, car ce sujet a été utilisé par Kocharian et d’autres pour tenter de discréditer son administration.

Dans une interview avec Yerkir Media jeudi, Kocharian a déclaré que Pashinyan n’avait pas l’expérience pour traiter avec la Russie, ainsi que les défis géopolitiques complexes auxquels l’Arménie est confrontée.

Soulignant que depuis son entrée en fonction, il a rencontré le président russe Vladimir Poutine à deux reprises et a discuté avec lui par téléphone à trois reprises (la dernière fois jeudi) des questions relatives aux relations entre la Russie et l’Arménie, M. Pashinyan a déclaré que l’objectif de son administration est d’améliorer et de renforcer les relations avec la Russie et de les élever à un nouveau niveau.

En fait, a-t-il dit, dans un proche avenir, un nouveau projet « humanitaire » avec la Russie sera dévoilé, « comme on n’en a pas vu en Arménie » depuis son indépendance.

« Il n’y aura pas de changement de politique étrangère et l’un de nos objectifs est d’approfondir les relations entre l’Arménie et la Russie et d’élever ces relations à un nouveau niveau. Une fois la procédure formelle terminée, vous découvrirez un projet humanitaire conjoint arménien-russe sans précédent dans notre histoire depuis l’indépendance », a expliqué M. Pashinyan.

Pashinyan a indiqué que ses prédécesseurs étaient capables de mettre sur le dos de la Russie leurs propres manquements, justifiant leurs erreurs au nom des pressions russes.

Il a également noté que la politique étrangère de l’Arménie n’a pas d’orientation géopolitique. « La République d’Arménie n’ira nulle part. Elle se tient fermement debout avec ses fiers citoyens. Notre idéologie clé dans les relations extérieures est la protection de nos intérêts nationaux. Nous améliorerons également nos relations avec l’Union européenne », a ajouté M. Pashinyan.

M. Pashinyan a déclaré que ses promesses d’éradiquer la corruption ont déjà vu certains progrès avec le Service de sécurité nationale arménien qui enquête activement sur les cas de pillage de biens et de fonds non seulement de l’État, mais aussi de l’armée.

« L’argent volé à la population sera entièrement récupéré », a-t-il dit, citant les récentes vérifications de certaines entreprises qui ont entraîné des dizaines de millions de dollars de recettes fiscales supplémentaires.

Il a également discuté de l’enquête en cours sur les incidents du 1er mars 2008, lorsque les forces de l’opposition se sont heurtées à la police lors d’une manifestation postélectorale qui a entraîné la mort de huit civils et de deux policiers.

L’ancien président Kocharian est accusé d’avoir violé l’ordre constitutionnel arménien en relation avec ces événements et, après avoir été libéré de sa détention provisoire lundi, il a critiqué le bureau du procureur général l’accusant d’avoir monté un dossier sur des mensonges.

Dans une référence claire à Kocharian, Pashinyan a déclaré : "Je tiens à préciser que personne n’échappera à la responsabilité d’avoir tué 10 personnes et d’avoir organisé un coup d’État en Arménie le 1er mars 2008... Tous les meurtriers iront en prison.

Il a illustré la différence entre son administration et les régimes précédents en soulignant qu’il n’exerce aucune pression sur le pouvoir judiciaire. Cependant, il a critiqué certains juges qui, selon lui, continuent de recevoir « des ordres de représentants des anciennes autorités corrompues ».

« Reprenez vos esprits », leur a-t-il lancé. « Et ne jouez pas avec les gens. » (source Asbarez).

par Stéphane le samedi 18 août 2018
© armenews.com 2018


 

CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...

 
Thèmes abordés