Soutenez Armenews !
Soutenez Armenews !
ARMÉNIE Rubrique

Robert Kotcharian annonce son retour en politique


L’ancien président Robert Kocharian a annoncé jeudi son retour à la politique active à la suite des accusations criminelles qui ont été portées contre lui dans le cadre du récent changement de régime en Arménie.

Dans une interview accordée à la chaîne de télévision Yerkir Media TV, Kocharian a une nouvelle fois rejeté comme politiquement motivé les accusations relatives à la répression meurtrière des manifestations du 1er mars 2008.

Il a également attaqué le nouveau gouvernement arménien, estimant qu’il était dominé par des individus inexpérimentés et incompétents qui mettent en danger la sécurité nationale du pays, sapent ses relations avec la Russie et ne propose aucun programme économique.

« Disons que je suis revenu [dans l’arène politique], c’est certain », a déclaré Kocharian. Mais il a refusé de préciser quels seraient ses plans politiques ou ses alliés. Il a seulement indiqué vaguement qu’il établirait « un contact différent avec des différentes personnes ».

Cet homme de 63 ans attribue son retour aux défis géopolitiques croissants auxquels l’Arménie est confrontée, plutôt qu’au risque d’emprisonnement. « Ils n’évaluent pas correctement ce qui se passe en dehors de l’Arménie ", a-t-il déclaré au sujet du nouveau gouvernement dirigé par le Premier ministre Nikol Pashinian. « Ils n’ont aucune expérience. Mais je ne les blâme pas.

« Comment de telles personnes pourraient-elles acquérir cette expérience si elle n’on travaillé [jusqu’à maintenant] que pour des organisations non gouvernementales grâce à des subventions fournies par [le philanthrope américain George] Soros. Peut-être que ce financement provenait-il d’ailleurs de l’Azerbaïdjan ou de la Turquie par le biais de divers fonds ».

Il s’est dit particulièrement préoccupé par l’aggravation des relations entre la Russie et l’Arménie à la suite de l’ouverture récente de poursuites pénales contre lui et deux autres anciens hauts fonctionnaires accusés d’avoir utilisé les forces armées contre des manifestants de l’opposition en février et mars 2008.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergey Lavrov, a dénoncé ces accusations comme étant politiquement motivées à la fin du mois dernier. Pashinian a minimisé ces critiques la semaine dernière, en disant que Moscou devrait « s’adapter » aux nouvelles réalités politiques en Arménie.

« La Russie n’est pas le genre de pays avec lequel on peut parler de la sorte », a déclaré M. Kocharian. « La Russie est notre partenaire stratégique. Sans ce partenariat stratégique, notre défense nationale serait en grand danger. »

« J’ai l’impression qu’ils ne réalisent pas le danger réel, la situation géopolitique [dans la région,] », a-t-il dit, se référant au nouveau gouvernement. « Le prix habituellement payé pour de telles erreurs est très lourd. »

Kocharian a également affirmé que Pashinian, qui a pris le pouvoir en mai lors d’une vague de protestations de masse, n’est pas soutenu par l’écrasante majorité des Arméniens. « Aujourd’hui, il y a un segment très actif [pro-pashinian], mais cela ne signifie pas qu’il s’agit d’une majorité ", a-t-il dit. « Il est si actif et agressif qu’il ne laisse pas les autres s’exprimer. J’en appelle à ces autres personnes pour qu’elles soient plus audacieuses. Elles ont le droit de participer à la vie politique. »

Pashinian, ses loyalistes et autres critiques disent que Kocharian a systématiquement étouffé la dissidence, toléré la corruption du gouvernement et truqué les élections lorsqu’il a dirigé le pays de 1998 à 2008. Ils affirment qu’il a délibérément ordonné aux forces de sécurité d’utiliser la force meurtrière contre les partisans de l’opposition qui ont protesté contre une élection présidentielle contestée qui s’est tenue en février 2008.

M. Kocharian a toutefois défendu avec force son bilan, niant que la corruption était répandue pendant sa présidence. Il a fait valoir que l’économie arménienne a quintuplé et que le niveau de vie s’est considérablement amélioré au cours de la période de dix ans durant laquelle il était à la tête du pays. « L’argent est réapparu dans les poches des gens », a-t-il dit.

Il a également tourné en dérision des allégations de longue date selon lesquelles il se serait construit une fortune personnelle énorme alors qu’il était en fonction, défiant les autorités actuelles de prouver son prétendu enrichissement.

M. Kocharian a poursuivi en accusant le gouvernement de Pachinian de ne pas avoir de stratégie économique et de faire fuir les investisseurs avec des contrôles fiscaux arbitraires. « Je n’ai vu aucun document qui puisse nous dire ce que ce gouvernement veut faire au sujet de l’économie », a déclaré l’ex-président, qui avait également critiqué les politiques économiques de Serzh Sarkisian, son successeur.

Kocharian a été arrêté le 27 juillet un jour après avoir été officiellement accusé par le Service spécial d’enquête (SIS) d’avoir utilisé les forces armées contre des manifestants en février et mars 2008 en violation de la constitution arménienne. La Cour d’appel d’Arménie l’a libéré le 13 août, déclarant que la constitution garantit son immunité. Les procureurs de la République intenter un pourvoi en cassation contre cette décision.

Kocharian a déclaré que même s’il était renvoyé en prison, il est convaincu que la Cour européenne des droits de l’homme le disculpera de tout acte répréhensible. « J’ai eu, je n’ai, et je n’aurai pas peur ", a-t-il dit.

par Ara Toranian le vendredi 17 août 2018
© armenews.com 2019


 

P.S Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200




 
Thèmes abordés