ARMENIE Rubrique

Revue de la presse arménienne du 15 mai 2019


Les articles de la presse du jour sont essentiellement consacrés à l’absence de déclaration commune à l’issue de la session consacrée au 10e anniversaire de la fondation du Partenariat oriental de l’UE et au procès de Robert Kocharian.

L’Azerbaïdjan met un veto sur la déclaration commune à l’issue de la session consacrée au 10e anniversaire de la fondation du Partenariat oriental de l’UE/ A la une des journaux le fait qu’à l’issue de la session consacrée au 10e anniversaire de la fondation du Partenariat oriental de l’UE, les parties n’ont pas pu adopter une déclaration commune en raison du veto de l’Azerbaïdjan qui a voulu inclure dans le document le principe de l’intégrité territoriale. Commentant cette situation, le Ministre des Affaires étrangères, Zohrab Mnatsakanyan, a indiqué que l’Arménie avait son propre agenda avec l’UE et qu’il était satisfait des résultats. Le résumé de la session a été rédigé au nom de Federica Mogherini. « Nous avons un résumé de nos activités sur 10 ans, qui a été exprimé par la déclaration de Mogherini » a déclaré Z. Mnatsakanyan.

L’accord UE-Azerbaïdjan est en cours de négociations/ Hraparak rend compte de la déclaration du Ministère des Affaires étrangères de l’Azerbaïdjan selon laquelle, l’accord UE-Azerbaïdjan est encore dans la phase de négociations. Selon Hraparak, comme dans le cas de la déclaration commune pour le 10e anniversaire de la fondation du Partenariat oriental de l’UE, l’Azerbaïdjan a comme principe d’inclure des dispositions sur l’intégrité territoriale, mais que Bruxelles n’a pas l’intention de faire un pas en avant. Selon des sources diplomatiques d’Hraparak, l’UE soutiendrait les efforts des coprésidents du groupe de Minsk de l’OSCE dans le règlement du conflit du Haut-Karabagh conformément aux principes de l’Acte final d’Helsinki. A la question de savoir si Zohrab Mnatsakanyan était au informé de « choix de mots » pour les dispositions sur le Haut-Karabakh dans l’accord qui est négocié entre l’UE et l’Azerbaïdjan et à quel point les formulations relatives au Karabakh étaient cohérentes avec celles dans l’accord Arménie-UE, le Ministre a indiqué que l’Arménie ne faisait pas partie de ces négociations et avait son propre traité avec l’UE « dans lequel un large éventail de questions, y compris les problèmes de sécurité régionale, y compris la question du Haut-Karabakh, sont exprimés ». Selon le Ministre, la question importante pour l’UE est « dans quelle mesure ont-ils des principes et sont-ils cohérents dans leurs positions ». Le Ministre a exprimé son espoir que l’UE a pour principe de maintenir la cohérence.

Les autorités du Haut- Karabakh demandent à nouveau la libération de Robert Kocharian/ A la une de Joghovourd l’appel à libérer Robert Kocharian sous la garantie personnelle de l’actuel et ancien Présidents du Haut-Karabakh. Le Président actuel, Bako Sahakyan, et le deuxième Président, Arkadi Ghukasyan, comparaîtront devant le tribunal pour confirmer leur recommandation. Joghovourd rappelle que les Présidents avaient déjà adressé un appel au Procureur général d’Arménie demandant de libérer R. Kocharian pour que ce dernier puisse participer aux célébrations du 9 mai (cf. revue du 8 mai 2019). D’après Joghovourd, si le premier appel pourrait être examiné dans le contexte de leur volonté de voir le Premier Président du Haut-Karabakh aux célébrations consacrées à la victoire arménienne dans la guerre de 1991-1994 avec l’Azerbaïdjan (R. Kocharian a dirigé le Haut -Karabakh pendant et après la guerre, était le premier « Président élu » du Haut-Karabakh avant de devenir Président de l’Arménie en 1998), le deuxième appel fait déjà allusion à la confrontation des autorités du Haut-Karabakh avec les nouvelles autorités arméniennes. Joghovourd affirme que cette question ne doit pas avoir un impact sur les relations des « deux républiques arméniennes ». Quant à Kocharian, lors de la première audience au tribunal il a affirmé que cette enquête criminelle était « dirigée » par le gouvernement actuel et l’a qualifié de « délibérée, partiale et préméditée ». D’après Jamanak, le comportement de R. Kocharian et de son équipe démontrerait qu’ils ont comme objectif de politiser l’affaire et de faire en sorte qu’aux yeux des instances internationaux R. Kocharian soit vu comme un prisonnier politique.

Il n’y aura pas d’enquête pénale contre Gagik Tsaroukian/ La presse indique que le Service spécial d’enquêtes a refusé d’engager une action pénale contre le chef du parti parlementaire « Armenie Prospère », Gagik Tsaroukian, sur la base de la demande présentée par le parti extraparlementaire « Décision du citoyen » (cf. revue du 8 mai 2019). La demande a été rejetée en raison de l’absence de toute caractéristique criminelle. Le parti « Décision du citoyen » s’était adressé aux forces de l’ordre, affirmant que Gagik Tsaroukian viole la disposition de la Constitution arménienne qui interdit aux députés d’être engagés dans des activités entrepreneuriales.

La visite de travail de Nikol Pachinian en Chine / La presse rend compte de la visite de travail de Nikol Pachinian en Chine. Le Premier ministre arménien est à Pékin pour participer à la Conférence sur le dialogue des civilisations asiatiques. Nikol Pachinian a rencontré le président chinois Xi Jinping. Le président chinois a réaffirmé le souhait de la Chine d’approfondir ses liens politiques, économiques et culturels avec l’Arménie et a ajouté que son pays continuerait à soutenir les projets qui contribueraient au développement de l’Arménie et amélioreraient le bien-être du peuple arménien. Selon la presse, Xi Jinping a dit à Nikol Pachinian que la Chine était prête à participer à de grands projets d’infrastructures en Arménie, tels que la reconstruction en cours des routes du pays allant de l’Iran à la Géorgie. Nikol Pachinian a déclaré qu’Erevan était intéressé par la mise en œuvre de projets communs dans le cadre du programme ambitieux de la nouvelle Route de la soie de Pékin. Les journaux rappellent qu’en 2017 la Chine a commencé à construire en Arménie un nouveau bâtiment beaucoup plus grand pour son ambassade à Erevan qui serait la deuxième plus grande mission diplomatique chinoise dans l’ex-Union soviétique. Depuis 2012, l’aide chinoise à l’Arménie a totalisé au moins 50 millions de dollars. Le gouvernement chinois a dépensé plus de 12 millions de dollars pour la construction et l’équipement d’une école chinoise gratuite à Erevan où des centaines d’enfants arméniens étudient la langue chinoise. La Chine est le deuxième partenaire commercial de l’Arménie. Selon les statistiques officielles arméniennes, le commerce a augmenté de plus de 29% en 2018, pour atteindre 771 millions de dollars. Les exportations de produits chinois en Arménie représentaient 86% de ce chiffre.

Le groupe des chemins de fer chinois est intéressé par la construction du corridor routier Nord-Sud/ Le Ministre arménien des transports, des technologies de la communication et de l’information, Hakob Arshakyan, qui fait partie de la délégation partie pour la Chine a rencontré le vice-président du groupe des chemins de fer chinois, Ren Hongheng. Ren Hongheng a souligné que le groupe des chemins de fer chinois s’intéressait aux projets de construction de routes en Arménie, en particulier au programme d’investissement dans le corridor routier Nord-Sud. Hakob Arshakyan a fourni des détails sur le projet de construction du corridor routier Nord-Sud, en particulier sur les particularités du secteur Sisyan-Kajaran (Tranche 4) et a souligné la nécessité d’une entreprise hautement spécialisée pour la construction de ce secteur. Le corridor routier Nord-Sud était considéré comme faisant partie du secteur de la nouvelle route de la soie, reliant le golfe Persique à la mer Noire.

Nikol Pachinian n’a pas participé à la session politique consacrée au 10e anniversaire de la fondation du Partenariat oriental de l’UE/ La presse prend note que Nikol Pachinian n’a pas participé à l’intégralité des évènements consacrés au 10e anniversaire de la fondation du Partenariat oriental de l’UE, en raison de son départ pour la Chine. Il a uniquement participé au diner officiel et au concert gala. L’ancien Président de la commission parlementaire sur les Affaires étrangères, Armen Achotyan, a critiqué l’absence de Pachinian de la session politique et n’exclue pas que cela impacterait l’image de l’Arménie aux yeux des partenaires de l’UE. Selon lui, il n’est pas bien de partir tôt d’un évènement organisé par une superpuissance pour se rendre à un évènement d’une autre superpuissance. Les journaux voient un lien entre cette absence et le fait que l’UE a publié une photo de famille où le Premier ministre arménien n’est pas visible derrière son collègue Ukrainien. Commentant le « bruit » autour de la situation, le Président de la Commission parlementaire permanente d’intégration européenne, Arman Eghoyan l’a qualifié d’ « étrange et sans fondement ». Selon lui, cette absence n’aura aucun impact sur les relations Arménie-UE qui sont très positives.

La rencontre entre Nikol Pachinian et l’Ambassadrice américaine ne se serait pas passée sans accroc / Selon les sources de Hraparak, la rencontre du Premier ministre Nikol Pachinyan avec la nouvelle ambassadrice américaine Lynne Tracy ne se serait pas passée sans accroc. D’après le quotidien, les deux dernières déclarations anti-américaines du Premier ministre et son mécontentement constant de soutien financier accordé par les Etats-Unis aurait irrité les Américains. Nikol Pachinian aurait insisté sur le fait que les États-Unis auraient pu fournir une assistance accrue. Selon Hraparak, afin de remédier à la situation, le gouvernement arménien a décidé d’envoyer plusieurs missions à Washington, notamment des visites du Secrétaire du Conseil de sécurité, Armen Grigoryan, du Ministre des Affaires étrangères, Zohrab Mnatsakanyan, sont prochainement attendues. Une délégation du Ministère de la Défense et une délégation économique feront également des missions aux Etats-Unis.

La Russie n’extraderait pas Mihran Poghosian/ Selon les sources du quotidien Jamanak, la partie russe n’a pas l’intention d’extrader l’ancien député Républicain, Mihran Poghosian, recherché par les forces de l’ordre arméniennes pour abus de pouvoir et enrichissement illégal (cf. revue du 17 avril 2019). Rappelons que M. Poghosian a été placé en détention provisoire pendant 40 jours pour discuter de la question de son extradition vers l’Arménie et a demandé l’asile politique en Russie.

Rédaction : Lena Gyulkhasyan

Attachée de presse et de communication

Ambassade de France en Arménie

par Stéphane le vendredi 17 mai 2019
© armenews.com 2019


 

CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...