Soutenez Armenews !
Soutenez Armenews !
POLITIQUE Rubrique

Pachinian : « Les Dachnags sont libres de quitter le gouvernement »


La Fédération révolutionnaire arménienne (Dachnagtsoutioun) est libre de décider si elle veut continuer à faire partie du gouvernement arménien actuel après avoir critiqué l’arrestation de l’ancien président Robert Kocharian, a déclaré le Premier ministre Nikol Pashinian au cours du week-end.
Le Dachnagtsoutioun avait déclaré à la fin du mois dernier que les accusations de coup d’État portées contre Kocharian " pouvaient être interprétées comme une persécution politique. En conséquence, trois de ses députés s’étaient joint la semaine dernière à plus de 40 autres pour signer une pétition conjointe demandant sa libération. Cette décision avait été approuvée par la direction du parti.
Commentant la critique de Dachnagtsoutioun, Pashinian a déclaré : « Je tiens à préciser qu’il n’y a pas de coalition [gouvernementale] en Arménie. C’est un malentendu ».
« Nous avons essayé de former un gouvernement d’entente nationale » a-t-il déclaré aux journalistes lors d’un voyage en fin de semaine dans la province du Tavush, dans le nord du pays. « Si certain se sentent à l’extérieur de ce gouvernement.... nous ne retenons personne. »
« Je ne pense pas qu’il faille en dire plus. J’ai répondu à votre question », a ajouté le premier ministre. Il a refusé de préciser s’il pensait lui-même que Dachnagtsoutioun devrait quitter son gouvernement.
Jusqu’à présent, le parti n’a donné aucune indication sur une éventuelle intention de renoncer à ses deux postes ministériels au sein du gouvernement de Pachinian. Le cabinet a été formé en mai à la suite des protestations de masse des partisans de Pachinian qui ont forcé Serge Sarkisian, à démissionner.
La FRA avait conclu des accords de partage du pouvoir similaires avec Sarkisian en 2008 et 2016. Il avait également été allié à Kocharian pendant de 1998-2008.
Samedi, l’un des principaux dirigeants du parti dachnak, Hrant Markarian, a qualifié de « terrorisme intellectuel » les réactions de colère des partisans de Pashinian au soutien de son parti à Kocharian.
« Nous voulons que ce mouvement pour une nouvelle Arménie réussisse et nous ne voulons pas qu’il commette des erreurs », a déclaré Markarian aux journalistes à Erevan. « Et parce que nous ne voulons pas qu’il commette des erreurs, nous exprimons notre point de vue ». « Voulons-nous que Nikol Pashinian réussisse ou non ? » poursuit-il. ‘Si la réponse est non, laissons-le tranquille. Tôt ou tard, il se heurtera à un mur. Mais si nous voulons [qu’il réussisse], nous devons lui signaler les erreurs à éviter, les chemins à ne pas suivre et nos motifs de préoccupations. C’est ainsi que l’on peut construire un partenariat, pas sur le silence. »
Markarian a insisté sur le fait que la direction de son parti a toujours une « approche amicale » envers Pachinian. Mais il a aussi prévenu : « Nous ne laisserons personne s’engager dans la terreur intellectuelle parce que la terreur est la terreur, que vous tiriez sur les gens ou que vous les empêchiez de penser. »

par Ara Toranian le mardi 14 août 2018
© armenews.com 2020


 

Reprinted on armenews.com with permission from rfe/rl copiright (c 2002) Radio Free Europe/Radio liberty, inc.1201 connecticut ade, N.W. Washington dc 20 036. www.rferl.org




 
Thèmes abordés