Soutenez Armenews !
MARSEILLE Rubrique

Haik, Fedik et Araïk : trois Arméniens sur le ring le 4 mai Octofight au Palais des Sports


« Nouvelles d’Arménie Magazine » était convié ce samedi 27 avril pour assister en privilégier à suivre une séance d’entraînement de Fedik Sargsyan et d’Araïk Margarian, triple champion de France de pancrace qui signe son grand retour sur le ring après son dernier combat victorieux par KO en 2016.
C’est sous la direction du coach Franck Boccant du team « Big Fight » que nos deux champions se préparent intensément (six entraînements hebdomadaires) pour leur combat de samedi prochain au Palais des Sports de Marseille.
C’est avec beaucoup d’élégance et de gentillesse que ces belles personnes nous ont permis de suivre cette séance de préparation en compagnie de Simon, le fils de Franck.
<span class="caps">JPEG</span> - 169.6 ko
AMBIANCE ARMÉNIENNE
Si la musique adoucit les mœurs selon l’adage, dans la grande salle d’entraînement où trônent des haltères de tous poids et toutes formes et autres appareils de « tortures », les lourds sacs de frappes dansent et virevoltent devant la violence des coups de poings et de pieds.Les bruits émis sont étouffés par le son puissant de musiques arméniennes diffusées par une grosse enceinte connectée sur la playlist du smartphone d’Araïk.

Professionnels jusqu’au bout des gants, travailleurs assidus toujours à l’écoute de leur coach, Fedik « le gaucher » et Araïk « le tôlier » sont comme des frères dans la vie, entre ces deux hommes une amitié indéfectible est scellée depuis leur rencontre il y a six ans environ.

« FEDO, C’EST MON PETIT FRÈRE »
« Avec Fedo c’est fusionnel ! Je l’écoute ! Il y’a une grande connexion entre nous, j’ai des frissons quand je parle de lui », déclare Araïk à propos de Fedik.
L’histoire d’Araïk et de sa sœur jumelle commence à Kirovagan, dans la province du Lori, le 8 décembre 1988, date de leur naissance et jour du terrible tremblement de terre en Arménie.
Devant la catastrophe, le manque d’infrastructures et l’urgence de porter les premiers soins aux nouveaux nés, la famille Margarian se rendra à Erevan où les enfants seront déclarés nés officiellement le 11 décembre 1988 avant de retourner vivre dans le Lori jusqu’en 1998. Cette année là toute la famille s’installera à Marseille , accueillie par les grands-parents dans les quartiers sud, à Air Bel avant d’emménager plus tard aux Arnavaux, dans les quartiers nord.
<span class="caps">JPEG</span> - 197.6 ko
Issu d’une fratrie de 5 enfants ( 2 frères aînés et 2 sœurs) c’est en Arménie que très jeune Araïk et son frère aîné Hovhanes ( champion d’Arménie de karaté) prendront goût aux sports de combat grâce à leur papa qui était professeur de karaté.
Mais c’est en France en pratiquant la lutte dans un club où il y avait beaucoup d’Arméniens licenciés que lui est venue la passion du pancrace qui, rappelons-le, est un mélange de tous les sports de combat réunis sous une même appellation.
Véritable école de la vie, Araïk apprendra également les valeurs du sport dans ce club dirigé par un ancien légionnaire et repris plus tard par des Arméniens.
C’est à l’âge de 16 ans que le jeune Araïk se consacre au sambo combat et au pancrace, sa discipline favorite.
<span class="caps">JPEG</span> - 132 ko
« NOUS SOMMES PEU, MAIS ON NOUS APPELLE ARMÉNIENS »
Fière de ses origines arméniennes, Araïk revendique pleinement son devoir de mémoire, en précisant que malgré le génocide et les souffrances endurées, le peuple arménien est toujours vivant et debout.
Il demande également à ce que les jeunes générations mettent l’histoire de l’Arménie dans leurs cœurs et de ne jamais oublier la tragédie subit par son peuple.
Araïk se souvient de l’éducation et des valeurs que ses parents lui ont transmises tout en affirmant qu’en Arménie tout le quartier était nos « parents » et qu’il y avait toujours une personne pour reprendre et disputer les enfants si besoin.
<span class="caps">JPEG</span> - 113.6 ko
« 100% FRANÇAIS ET 100% ARMÉNIEN »
Araïk nous a fait part de sa reconnaissance pour la France, terre d’accueil pour les premiers réfugiés arméniens, seconde patrie pour les Arméniens de France qui apportent leurs savoirs et qui continuent à construire le pays.
Sa fierté de porter les couleurs de son pays d’accueil et de combattre pour la France se traduit lorsqu’il entend résonner « La Marseillaise » sur le ring.
Aujourd’hui c’est grâce à son emploi au sein du Conseil départemental des Bouches-du-Rhône et à la bienveillance de sa Présidente Martine Vassal qu’Araïk vit sa passion de sportif et revient « aux affaires » après une pose de presque trois années.
<span class="caps">JPEG</span> - 129.5 ko

« JE TRAVAILLE AVEC CETTE FEMME, ELLE EST EXTRAORDINAIRE, AVEC DES VRAIES VALEURS »dit-il.

Heureux et épanouie, Araïk rend hommage à sa compagne qui l’assiste et l’encourage fort pour son retour à la haute compétition.
« Derrière chaque grand homme, il y a une grande femme », affirme notre trentenaire avec sa voix douce au parfum du Midi et les yeux noirs chargés d’émotions.
<span class="caps">JPEG</span> - 102.8 ko
« ARAÏK EST APPRÉCIÉ, C’EST UN GRAND COMBATTANT »,
Déclare Franck Boccant.
Si, comme le clame haut et fort son coach qui l’entraîne depuis 2002, le point fort d’Araïk est la gentillesse et le respect d’autrui qui sont des valeurs naturelles chez lui.
Néanmoins il dégage une haine et une violence canalisées. Il a une très bonne droite sur le ring face à l’adversaire, toujours dans le respect des règles de l’art et du combattant adverse.
Seul sur le ring, Araïk Margarian n’oublie pas de remercier son petit « frère » Fedik , Simon et son coach pour leur aide précieuse afin de réussir son retour parmi l’élite. ils sont également ses sparing partner qui encaissent ses coups à l’entraînement.
Il n’oublie pas également de rendre hommage à la grande famille Romeas, organisatrice incontournable des réunions de sports de combat à Marseille qui apporte sa confiance et son soutien au « tôlier » Araïk.
<span class="caps">JPEG</span> - 89.1 ko
l’Arménien de Kirovagan qui compte 25 victoires contre 10 défaites
aura comme adversaire Damien Peltier, un combattant sérieux de 1,80m et de 65kg originaires de Mante la Ville, dans les Yvelines.

Croyant et pratiquant assidu de la Cathédrale arménienne apostolique du Prado et de l’église arménienne de Beaumont, Araïk porte des valeurs de spiritualité et de la foi arménienne chevillées au cœur.
Il entreprend plus tard d’aider de jeunes enfants en Arménie où en Afrique pour leur offrir un beau projet humanitaire grâce à sa notoriété et, nous rajouterons, grâce à sa générosité d’âme.

FEDIK IS BACK !
Rencontrer «  Fedo » dans son atelier de bijouterie ou bien dans une salle de sport est toujours un moment de plaisir tant il dégage une sympathie et une joie de vivre communicative.
Depuis son dernier combat victorieux le 24 novembre dernier pour La Nuits des Champions, notre «  gueule d’ange » à beaucoup travailler avec son coach Franck Boccant.
Sa silhouette et le galbe de ses muscles saillants l’attestent. Affûté avec son poids de forme de 61kg, « Fedo » a préparé son combat avec tout le sérieux des grands champions.
Toujours aussi rapide est précis dans ses coups, son coach Franck parle de « frappes chirurgicales ». Fedik continue brillamment sa carrière dans l’hexagone avec son staff.
Pour « Nouvelles d’Arménie Magazine » Fedik Sargsyan nous annonce qu’il vient juste de signer un contrat professionnel avec Guillaume Peltier, célèbre manager et développeur de carrière, qui va emmener notre champion de 23 ans né à Gumry faire des combats en MMA à l’étranger, là où les gains sont plus importants.
La Russie, l’Ukraine et les Pays-Bas entre autres, sont des pays où cette discipline extrême est reine.
Samedi 4 mai il affrontera Stephan Sergheï, un Moldave puissant qui compte 7 victoires contre 5 défaites.
Le combat sera disputé et Fedik respecte et prend au sérieux son adversaire.
Nul ne doute que devant son public et pour signer le retour de son mentor Araïk, Fedik délivrera une belle prestation.
<span class="caps">JPEG</span> - 132 ko
Lors de cette soirée Octofight au Palais des Sports de Marseille, le jeune pousse et talentueux Haïk Oganessian du Team Sambo St Pierre affrontera en début de réunion dans la catégorie junior des moins de 66kg, Yohan Bernand, champion de France paca en K1 licencié au Team Sorel.
<span class="caps">JPEG</span> - 123.8 ko
Nous vous invitons à venir nombreux rejoindre le public marseillais et la grosse colonie de supporters arméniens qui va assurer le show dans les tribunes chauffées à blanc.
Des surprises sont prévues !
Ambiance arménienne garantie pour un spectacle riche en émotion.
La soirée sera retransmise par RMC Sport et couvert par différents médias nationaux, gage de qualité de l’affiche et du sérieux de l’organisation effectuée par Erick et Anthony Romeas, ainsi que de Gérard Poncier.
« Nouvelles d’Arménie Magazine » sera une fois encore au plus près des combattants arméniens pour suivre la soirée.

Alain Sarkissian

<span class="caps">JPEG</span> - 197.6 ko

par Ara Toranian le lundi 29 avril 2019
© armenews.com 2020


 


 
Thèmes abordés