POLITIQUE

Pachinian : le changement de régime est bon pour l’économie


Le récent changement de régime en Arménie a eu un impact positif sur la situation macroéconomique du pays, a insisté jeudi le Premier ministre Nikol Pachinian.

« La révolution et les changements politiques non seulement n’ont pas conduit à un déclin économique, ce qui se produit habituellement dans de tels cas, mais ont au contraire entraîné une certaine activité économique », a-t-il dit lors de la réunion hebdomadaire de son cabinet à Erevan.

Selon le Comité national des statistiques (CS), l’économie arménienne a connu une croissance de 7,5 % l’année dernière, après avoir stagné en 2016. La croissance économique s’est accélérée pour atteindre 9,6 % au premier trimestre de cette année, peu avant que les manifestations de masse organisées par Pachinian, ne contraignent le leader arménien, Serge Sarkisian, à se retirer.

Les protestations qui ont paralysé une grande partie du pays ont continué jusqu’au début du mois de mai.

Le Comité des statistiques n’a pas encore publié de données sur la croissance du PIB pour le premier semestre de cette année. Il n’a rapporté que des chiffres sur le commerce extérieur et divers secteurs de l’économie, ce qui suggère que la croissance s’est ralentie au deuxième trimestre.

En particulier, la production industrielle au premier semestre et les ventes au détail et en gros ont augmenté respectivement de 3,7% et 9%, contre 8,2% et 13% au premier trimestre. Le secteur de la construction a progressé de 13,5% en glissement annuel en janvier-juin, contre 23% au premier trimestre.

En outre, l’agence gouvernementale a enregistré une hausse de 34 % des exportations de l’Arménie au premier trimestre. La croissance des exportations a atteint 20 % au cours de la période de six mois.

Pachinian s’est emparé d’un autre chiffre officiel, l’« indicateur de l’activité économique », qui a augmenté de près de 9 % au cours du premier semestre. « Cet indicateur est d’autant plus important qu’il est largement reconnu qu’après de tels changements politiques, l’activité économique décline généralement fortement », a-t-il dit.

Le chiffre de l’activité économique, qui diffère de la croissance du PIB, a augmenté de 10,6 % en janvier-mars.

Le premier ministre a également insisté jeudi sur le fait que son gouvernement est «  très intéressé  » à attirer les investissements dont l’économie arménienne a grand besoin et qu’il améliore radicalement l’environnement des affaires nationales à cette fin, mais il a averti que ces investissements doivent être «  des investissements légaux ne comportant aucune trace d’activité illégale  ».

Vahagn Khachatrian, économiste indépendant, estime que le gouvernement Pachinian a déjà réalisé d’importants progrès en créant des conditions de concurrence équitables pour les entreprises et en brisant les monopoles économiques de facto qui ont prospéré sous les gouvernements précédents.

« Mais il y a un problème qui, je crois, sera résolu au fil du temps », a déclaré Khachatrian au service arménien de RFE/RL (Azatutyun.am). « Les anciens stratagèmes corrompus ne fonctionnent plus, mais les nouveaux stratagèmes légaux non plus. »

À cet égard, M. Pachinian a rejeté les critiques selon lesquels les politiques économiques de son gouvernement, notamment un examen plus rigoureux des projets commerciaux, font fuir les investisseurs potentiels et réels. « Je pense qu’au contraire, avec de telles discussions, nous envoyons un message très positif à l’économie, à savoir que notre objectif est de faire fonctionner tous les mécanismes juridiques d’une manière honnête et équitable », a-t-il dit.

Le premier ministre a reconnu en même temps un manque de « climat de coopération et de dialogue entre les entreprises et le gouvernement » en Arménie. « Nous devons admettre que, jusqu’à présent, nous n’avons pas créé et activé totalement les canaux d’un tel dialogue », a-t-il déclaré à ses ministres. « Mais c’est un objectif que nous devons absolument atteindre. »

Beaucoup de riches entrepreneurs arméniens étaient liés d’une manière ou d’une autre à l’ancien gouvernement. Certains d’entre eux ont été accusés d’évasion fiscale et ont été contraints de payer de lourdes amendes au cours des deux derniers mois.

par Ara Toranian le vendredi 10 août 2018
© armenews.com 2018


 

P.S Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...

 
Thèmes abordés