Nouvelles d'Armenie    
DINER DU CCAF
François Hollande : « Vous êtes le meilleur de la France »

jeudi9 février 2017, par Claire/armenews


JPEG - 1.2 Mo

Rendez-vous annuel devenu incontournable : le dîner du CCAF (Conseil de coordination des organisations arméniennes de France) a eu lieu hier, mercredi 8 février 2017, à l’hôtel des collectionneurs à Paris. N’ont pas manqué à l’appel de nombreux élus - dont le président de la République François Hollande, le candidat à la présidentielle Benoît Hamon, le secrétaire d’État chargé des Affaires européennes Harlem Désir, le secrétaire d’État chargé des Anciens combattants et de la mémoire Jean-Marc Todeschini, la maire de Paris Anne Higalgo, la présidente du Conseil régional d’Ile-de-France Valérie Pécresse et son vice-président Patrick Karam, les parlementaires Patrick Devedjian, Luc Carvounas, Philippe Kaltenbach, François Rochebloine, George Pau-Langevin, Valérie Boyer, René Rouquet - mais également des artistes (Charles Aznavour, André Manoukian, Robert Kéchichian, Liz Sarian, ...), journalistes (Patrick Poivre d’Arvor, Valérie Toranian, Franz-Olivier Giesbert, Georges Malbrunot, Ariane Bonzon, ...), hommes de télévision (Gorune et Ara Aprikian), et représentants d’associations arméniennes.

JPEG - 719.3 ko

C’est Audrey Pulvar, journaliste à ITélé, qui a endossé cette année le rôle de maîtresse de cérémonie avec beaucoup d’humour. “Non, je ne travaille pas ! Je suis là à titre amical“ : c’est ainsi qu’elle a pris la parole à 21h pour lancer ce dîner riche en événements et discours - avec deux thèmes au centre des prises de parole et des pensées : les Chrétiens d’Orient, notamment les Arméniens de Syrie, et la reconnaissance du génocide.

JPEG - 1.3 Mo

C’est tout d’abord Anne Hidalgo qui s’est exprimé : “C’est toujours avec autant de joie que je vous retrouve“. Elle a évoqué son récent séjour, en octobre dernier, à Erevan, lors duquel elle a été étonnée de la place centrale de la culture : “J’ai rarement ressenti dans ma vie avec autant d’acuité ce que pouvait être une véritable culture partagée, populaire“, a-t-elle confié. Mais c’est aussi la modernité de cette ville qui l’a frappée, notamment lors de sa visite du centre TUMO : “Alors que j’étais partie en me demandant ce que Paris pouvait apporter à Erevan, je suis revenue persuadée que c’est Erevan qui pouvait apporter des idées innovantes et un dynamisme nouveau à Paris“. Elle a poursuivi en assurant de son soutien les amis de l’Arménie menacés dans le monde : c’est pour cette raison qu’elle a annoncé que, prochainement, Paris allait attribuer la médaille de la ville à Garo Paylan. Avant de conclure par les derniers mots que la légende prête à Komitas : “Prenez soin des enfants de la tradition arménienne, aimez vous beaucoup les uns les autres“. “Que cette exhortation à la paix se prolonge ici, avec vous, à Paris !“

JPEG - 1 Mo

Valérie Pécresse, elle, a tenu à parler de son voyage entrepris en Arménie il y a 27 ans. Elle a ensuite voulu signifier qu’avec Patrick Devedjian et l’ambassadeur d’Arménie en France, Viguen Tchitetchian, elle travaillait actuellement pour développer un partenariat avec une région d’Arménie. Elle a également rappelé son engagement concernant les Chrétiens d’Orient, assurant qu’elle continuerait à aider Elise Boghossian (fondatrice d’EliseCare, présente dans la salle). Avant de conclure sur la question du génocide arménien : “Je souhaite que la reconnaissance du génocide, la France la porte et continue de la porter partout, que ces questions soient portées au plus haut niveau.“

PNG - 1 Mo

Les deux coprésidents du CCAF se sont ensuite succédé à la tribune. Ara Toranian a débuté : “Un peu plus d’an s’est écoulé depuis notre dernier dîner. Et même si nous voulons à chaque fois faire de cet événement une parenthèse positive, un espace de convivialité et d’amitié, un lieu sanctuarisé, comment ne pas se sentir rattrapé, cette année encore, par l’actualité brûlante du monde ?“. Il a ainsi fait référence aux attaques terroristes en France, mais aussi à la situation des Arméniens d’Alep ou encore au Haut-Karabagh. “Dans cette région, ou du moins dans ses zones qui demeurent sous la sphère d’influence d’Ankara, la mort continue de rôder autour du peuple arménien“, a-t-il regretté. Avant de parler de la décision du Conseil constitutionnel qui a invalidé en janvier la loi pénalisant la négation des génocides, et notamment celui des Arméniens : “Ainsi le négationnisme, qui constitue un délit pour le génocide de la 2e guerre mondiale, n’en serait plus un pour celui de la 1ere. Comme si cet outrage aux morts, qu’il concerne un génocide ayant fait ou non l’objet d’un jugement par un tribunal international (en 1915 le TPI n’existait pas), n’était pas en lui-même porteur d’une même charge de haine ?!“. Avant de conclure, sous les applaudissements : “Faut-il le rappeler ? Le génocide est un racisme qui va jusqu’au bout de sa logique, et le négationnisme en est le stade suprême. Il ne s’agit pas là d’un combat arménien, mais d’une cause universelle, qui concerne l’ensemble de l’humanité. Et je vous remercie, Monsieur le président, de l’avoir portée avec nous. Car avec le juste traitement des crimes contre l’humanité, se construit aussi, l’avenir de l’humanité“.

JPEG - 1.1 Mo

C’est ensuite Mourad Papazian qui s’est exprimé, arguant le fait que “le combat contre les injustices est notre moteur“, parlant tour à tour de la situation au Karabagh, du blogueur russo-israëlien extradé en Azerbaïdjan, des trois militantes kurdes assassinées à Paris en janvier 2013 ou encore de Garo Paylan.

JPEG - 413 ko

Les deux coprésidents du CCAF ont ensuite remis quatre médailles du Courage. Tout d’abord, deux ont été remises à Pascal Hector, ministre plénipotentiaire à l’ambassade d’Allemagne, au nom des deux hommes politiques allemands à l’origine de la reconnaissance du génocide par le Bundestag, Cem Ozdemir et Norbert Lammert. Après avoir assuré qu’ils regrettaient de ne pas pouvoir être présents ce soir-là, Pascal Hector a souhaité à la salle tous ses “voeux de réussite dans la poursuite de vos activités“.

JPEG - 1.1 Mo
JPEG - 230.5 ko

Cela a ensuite été au tour de Chahan Sarkissian de recevoir une médaille du Courage amplement méritée. A travers le primat des Arméniens d’Alep, c’est avant tout un peuple que le CCAF a voulu honorer. Après la diffusion d’une courte vidéo en hommage à la résilience de la communauté arménienne d’Alep, Chahan Sarkissian a tenu à dédier - en français - ce “témoignage de solidarité à chaque Arménien de Syrie, à la mémoire des victimes innocentes de cette barbarie et aux blessés qui en souffrent. Aux acteurs de la communauté qui, parfois au prix de leur vie, ont continué leur travail éducatif, humanitaire, culturel et politique. A nos jeunes qui, jours et nuits, ont défendu nos quartiers dans un climat d’insécurité généralisée“. C’est un véritable message de paix que l’ecclésiastique a transmis devant une salle très silencieuse et respectueuse - “une qualité de silence“ du public qu’a soulignée Audrey Pulvar.

JPEG - 1.2 Mo

Enfin, une surprise a été faite à l’historien Yves Ternon, qui a reçu avec étonnement et ravissement cette médaille. S’il n’avait pas préparé de discours, il s’est plongé dans ses souvenirs, expliquant le début de ses recherches sur le génocide arménien : “Mon travail fut une bonne surprise pour vous. C’est comme ça que je suis rentré dans votre famille. Mais je suis rentré dans votre famille pour penser aux morts“. Ce passeur de mémoire a déploré que ce XXIe siècle s’ouvre sur un génocide, celui des Yézidis - “Pensons aux morts des génocides, c’est pour cela que nous sommes ici ce soir“, a-t-il conclut.

JPEG - 513.6 ko

Alors qu’il avait l’habitude d’ouvrir cette soirée depuis trois ans, François Hollande a cette année clôturé les discours dans une prise de parole forte et pleine de dérision. Pour son dernier passage au dîner du CCAF en temps que président de la République, le chef de l’Etat a mis en avant ce “rendez-vous de la mémoire“, mais aussi ce “rendez-vous de la fidélité, à ce qu’est cette terre d’Orient, ces chrétiens d’Orient. Mais aussi volonté d’être fidèles à la France“. Attendu sur sa réaction suite à l’échec de la loi de pénalisation du négationnisme retoquée par le Conseil constitutionnel, François Hollande a maintenu que : “Nier les massacres d’hier, c’est autoriser les massacres d’aujourd’hui“. “Je salue la qualité du travail de Jean-Paul Costa qui a servi de base à un amendement lors du débat sur la loi égalité et citoyenneté“, a déclaré François Hollande pour qui il faut “continuer à agir“ car il s’agit d’un “combat non pas pour une cause qui vous serait particulière, mais un combat pour la vérité“. Il a ensuite annoncé que la mission lancée en octobre dernier par la ministre de l’Education Najat Vallaud-Belkacem et présidée par Vincent Duclert allait, en plus de son travail de recherche sur les crimes de masse, chercherait des mesures pour “instituer une journée nationale de commémoration de tous les génocides, les crimes de guerre et donc le génocide arménien“. Avant de poursuivre par une autre annonce, celle de la visite prochaine de Serge Sarkissian à Paris : “2017 marque le 25 anniversaire des relations diplomatiques entre la France et l’Arménie. (...) J’ai invité le président Sarkissian à venir en visite officielle à Paris. Elle aura lieu le 8 mars prochain, journée des femmes. L’occasion d’évoquer les relations sur le plan économique, sur le plan culturel, sur la coopération universitaire. Mais aussi une discussion sur le conflit du Haut-Karabagh, car la France a une responsabilité particulière. L’urgence, car il y a urgence, c’est de trouver une résolution à ce conflit“. Il a enfin souligné l’apport des Français d’origine arménienne à la République, arguant : “Nous sommes là pour parler du meilleur de la France. Car vous êtes le meilleur de la France“. C’est ainsi, a-t-il conclu, qu’“au-delà du mois de mai, je serai toujours à vos côtés. Parce que je l’ai toujours été. Je n’aurai pas la même responsabilité, mais j’aurai la même conviction“. Un discours longuement applaudi.

Diaporama photos de la soirée :


Claire Barbuti


LES DERNIERS REPORTAGES...



11:41

09:10



LES AUTRES REPORTAGES...