Nouvelles d'Armenie    
MOISSAC-MARSEILLE
« Regards croisés vers l’Arménie » : belle initiative entre des lycéens

samedi8 avril 2017, par Claire/armenews


Regards croisés entre Seta Biberian et Christophe Squarcioni.

Les belles histoires commencent par “il était une fois“. Il était une fois, donc, un téléphone qui résonna à Hamaskaïne et au bout une voix, celle de Christophe Squarcioni, empreinte de passion et d’une énergie communicative. Comment ne pas s’engager dans un projet qui parle de rencontre, d’échange autour de l’Arménie, entre Moissac et Marseille, entre lycéens d’un lycée agricole et lycéens de chez nous, qui parle de jardin à planter, de terre et de racines...“ : conquise, Seta Biberian (directrice de l’école Hamaskaïne de Marseille) l’a été par le projet ambitieux de Christophe Squarcioni.

JPEG - 80.3 ko

Ce professeur d’histoire au Lycée agricole de Moissac (Tarn-et-Garonne), lors d’un voyage en Arménie en 2015, tombe sous le charme du pays. A son retour, il décide de mettre en place un projet centré sur l’Arménie au sein du Lycée professionnel agricole de Moissac où il enseigne.

Après la réussite du projet en 2015-2016, Christophe Squarcioni décide de renouveler et d’enrichir l’expérience. Pour prolonger cet « hommage pédagogique » et pour immortaliser les échanges avec la communauté arménienne, sa classe réalise, dans le cadre d’un projet d’avenir (région Occitanie), depuis septembre, un film documentaire, intitulé Regards croisés vers l’Arménie. Les élèves, à partir d’une réflexion sur le devoir de mémoire, et avec l’aide d’une réalisatrice-scénariste et d’un caméraman, mènent une démarche créatrice en lien direct avec le génocide et la culture arménienne (écriture d’un scénario, mise en voix, tournage de séquences à Moissac et à Marseille, blog, ...). Ce travail intègre également le rôle de la Résistance arménienne à Marseille (visite de sites symboliques) et la politique de discrimination menée par le Régime de Vichy, en collaboration avec l’Allemagne nazie (camp des Milles). Il sera projeté le 6 juin à Moissac avant, Christophe Squarcioni l’espère, d’autres projections, notamment à Marseille.

JPEG - 2.9 Mo

Commémoration au monument du génocide arménien (quartier Beaumont-St Julien.)

Dans le cadre de ce projet pédagogique, une quinzaine d’élèves s’est rendue du 6 au 10 mars dernier à Marseille. Visite à l’église apostolique arménienne du Prado, du site du mémorial du camp des Milles, du centre documentaire ARAM, rencontre avec des commerçants emblématiques de la communauté arménienne, ... : le séjour fut riche en émotion pour les élèves de Moissac, avec un accueil émouvant à l’école Hamaskaïne. Une lycéenne marseillaise, Franca-Maria, a commenté : “Nous sommes très touchés par votre curiosité et votre investissement pour notre culture et notre histoire. Nous avons été ravis de vous accueillir et de vous avoir fait découvrir l’environnement dans lequel nous avons grandi qui est rempli de souvenirs“.

JPEG - 707.2 ko

Accueil traditionnel et émouvant des élèves de Moissac à l’entrée du lycée Hamaskaïne.

Un autres des moments forts de ce séjour : le temps d’un après-midi, l’aménagement d’un espace paysager jouxtant la cour de récréation de l’Ecole Hamaskaïne par les lycéens de Moissac, symbole de l’amitié qui existe désormais entre les élèves des deux villes. Louis, lycéen de Moissac, a écrit dans le livre d’or à la fin de ce voyage : “Cette rencontre restera gravée dans ma mémoire à vie, j’ai vécu une expérience unique. Merci mille fois pour nous avoir fait partager ces moments avec une communauté, voire même une famille maintenant unique“.

JPEG - 4.5 Mo

Aménagement du jardin Hamaskaïne.

Cet aménagement fait écho à la création, l’année dernière dans le lycée de Moissac, d’un Jardin du souvenir arménien. Inauguré le 31 mars 2016 en présence du Consul, il vient d’être aménagé avec une nouvelle touche minérale. Il est le symbole de tout le travail entrepris depuis deux ans et comporte un abricotier arménien et un grenadier.

JPEG - 3.9 Mo

Jardin du souvenir arménien du Lycée professionnel agricole de Moissac.

Une belle initiative grâce au professeur passionné et humaniste qu’est Christophe Squarcioni. Avec la certitude que les échanges entre les Arméniens et ses lycéens ne sont pas prêts d’être finis. “Ce que j’ai vécu là-bas, on ne le vit qu’une fois dans une carrière d’enseignant, a commenté Christophe Squarcioni. L’émotion que j’ai ressenti en Arménie, mes élèves ont pu la ressentir au contact des Franco-Arméniens.“ Une belle conclusion pour celui qui, tout au long de son projet, s’est souvent entendu dire que c’était trop ambitieux. Mais, pour lui, “dans l’hommage, il n’y a pas de limite“.

Plus d’infos sur la page Facebook de “Regards croisés vers l’Arménie“ : https://www.facebook.com/christophe2066/ ?fref=ts


Claire Barbuti


LES DERNIERS REPORTAGES...




LES AUTRES REPORTAGES...