Nouvelles d'Armenie    
 
Le combat d’un juste

 
octobre 2017

Je connais Ara Toranian depuis de nombreuses années, il n’est pas simplement pour moi le directeur des nouvelles d’Arménie et le Coprésident du CCAF, il est aussi et d’abord un ami. Comment reconnaît-on un ami ? Lorsque l’on sent l’intérêt qu’il porte pour les causes que vous défendez et lorsqu’il comprend ce que vous êtes. D’ailleurs, devrais-je ajouter... qui... peut-être, mieux qu’un arménien peut comprendre un Juif ?

Les fois où nous nous voyons, nous discutions, nous parlons de ce qui nous touche, de ce qui nous affecte, de ce contre quoi nous nous battons vraiment. Je rappelais (mais il le sait) à Ara que la communauté juive affronte de lourdes menaces que sont l’antisémitisme et la haine, une montée en puissance des actes hostiles, de propos infâmants et révoltants. Une communauté qui compte ses morts. Mais, il est une menace insidieuse et révoltante. Celle qui consiste à nier la Shoah, cette permanence en l’offense et ce... j’irai cracher sur vos tombes.

Ara Toranian connaît bien ce sujet. Parce qu’il doit affronter les négationnistes du génocide arménien. Ceux et celles qui s’escriment à nier l’évidence, ceux et celles qui bafouent votre mémoire.

Le combat d’Ara Toranian ? Il persiste dans la poursuite des propagateurs de haine et il a raison. Il demande en plus une protection réelle des droits de l’homme et du citoyen, lesquels sont l’inscription, dans la vie sociale, de l’harmonie subtile entre la liberté et la responsabilité de chacun vis-à-vis de l’autre, de tous les autres et là encore, il a raison.

Sommes-nous alors des censeurs, nous qui nous battons par exemple, pour que le Net soit régulé de ces scories ? Sommes-nous liberticides, nous qui considérons que le racisme, l’antisémitisme et le négationnisme ne sont pas des opinions, mais une tare, une tache indélébile ? Sommes-nous dangereux, nous qui rêvons d’un Net et d’un monde débarrassé de ces horreurs ? Sommes-nous dangereux, nous qui nous appuyons sur les conventions, chartes et traités internationaux, dûment signés et acceptés par tant de pays et de peuples ? Est-ce nous qui sommes dangereux ou les autres ? Ceux qui se taisent lorsque des pages attisent la haine, discriminent, poussent au meurtre ? Ceux qui se taisent, lorsque les négationnistes mentent avec perfidie et foulent au pied les plus élémentaires des droits : les droits de l’homme.

Ara Toranian mène de lourds combats, dans la durée et le temps. Il doit affronter des courants hostiles. Mais, la reconnaissance du génocide arménien suppose que nous le rejoignions. On ne peut fermer les yeux, il n’est pas possible de taire.

Se taire c’est oublier. Or, je l’affirme ici, il y aura toujours des Juifs et des arméniens, tant qu’ils se souviendront.

Marc Knobel
Historien et essayiste

THEMES ABORDES :




France


Image 450


LES DERNIERES OPINIONS...




LES AUTRES OPINIONS...