Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Géorgie


GENOCIDE DES ARMENIENS
Des centaines d’Arméniens manifestent devant l’Ambassade de Turquie à Tbilissi (Géorgie) à l’occasion du 102ème anniversaire du génocide

Le 24 avril à Tbilissi (Géorgie) des centaines d’Arméniens ont manifesté devant l’Ambassade de Turquie à l’occasion du 102ème anniversaire du génocide des Arméniens. Les manifestants demandaient de la Turquie la reconnaissance du génocide des Arméniens organisé dans l’Empire ottoman en 1915. Les manifestants ont également appelé les autorités géorgiennes à « respecter les droits de la population arménienne du pays et reconnaître également le génocide de 2 millions d’Arméniens réalisé entre 1915 et 1923 dans l’Empire ottoman et occupé la grande partie du territoire de l’Arménie ».

La Géorgie entretient d’étroites relations diplomatiques et économiques avec la Turquie et l’Azerbaïdjan. Tbilissi reste sourde aux appels répétés des Arméniens de reconnaître le génocide. De son côté, Erévan observe une neutralité envers Tbilissi, sans soutenir la revendication territoriale ou l’autonomie de l’Akhakhalak (Djavakh) région à forte population arménienne de Géorgie. Ces derniers mois les relations entre Erévan et Tbilissi ont connu un sensible réchauffement.

Krikor Amirzayan

posté le 27 avril 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Génocide  Géorgie  Image 450 


GEORGIE
Commémoration du 102ème anniversaire du génocide Arménien à Tblissi
posté le 27 avril 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Géorgie  Image 450 


GEORGIE
La BERD octroie un prêt souverain à la Géorgie pour le cofinancement de la construction du poste frontalier de Sadakhlo-Bagratashen

La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) a accordé un prêt souverain de 6 millions d’euros à la Géorgie pour cofinancer des travaux visant à améliorer le pont transfrontalier reliant la Géorgie à l’Arménie.

Situé à 60 kilomètres de Tbilissi, le pont au point de contrôle de Sadakhlo-Bagratashen est le principal croisement entre la Géorgie et l’Arménie. Une modernisation de l’infrastructure existante qui permet le transit des personnes et des marchandises à travers la frontière est essentielle pour soutenir le commerce régional et la coopération entre les deux pays.

Le projet s’inscrit dans le cadre de l’initiative régionale de gestion intégrée des frontières de l’Union européenne. Il représente un autre pas en avant dans la mise en œuvre des plans de la Géorgie pour moderniser et améliorer son infrastructure aux normes de l’UE. Les coûts totaux du projet s’élèvent à 10,3 millions d’euros, dont le reste a déjà été financé par la BERD en Arménie dans le cadre du projet de modernisation du Corridor Nord.

Bruno Balvanera, Directeur de la BERD pour le Caucase, la Moldavie et la Biélorussie, a déclaré : « Cet investissement s’intègre parfaitement à la dernière stratégie de la BERD pour la Géorgie, qui vise à soutenir la modernisation des infrastructures et à accroître la connectivité régionale. Nous sommes impatients de poursuivre notre coopération fructueuse avec les autorités du pays et d’autres organisations internationales afin de soutenir le développement de la Géorgie. En travaillant en collaboration avec nos partenaires, nous pouvons faire la différence. “

Sue Barrett, directrice des transports de la BERD, a ajouté : « Nous sommes ravis de participer à cet effort conjoint. L’amélioration des infrastructures de passage des frontières créera un couloir de transport économique plus efficace facilitant le commerce régional et les flux de voyageurs. “

Dimitry Kumsishvili, Premier Vice-Premier Ministre et Ministre des Finances de la Géorgie, a déclaré : “Nous sommes ravis que la coopération fructueuse entre la Géorgie et la BERD se poursuive. La BERD est un partenaire fiable en matière de coopération financière, d’interaction renforcée avec l’Europe et d’attraction des investissements directs étrangers en provenance d’Europe. J’espère que notre partenariat fructueux se poursuivra et que des projets importants seront mis en œuvre pour l’avancement des systèmes d’approvisionnement en eau et d’égouts, de l’énergie, des transports, de l’agriculture et du tourisme.

La BERD est le premier investisseur institutionnel en Géorgie. Depuis le début de ses opérations dans le pays, la Banque a investi plus de 3 milliards d’euros dans 197 projets dans les secteurs financier, des entreprises, des infrastructures et de l’énergie, dont 91% dans le secteur privé.

posté le 20 avril 2017 par Stéphane/armenews


DIPLOMATIE
La Géorgie félicite l’Arménie et l’Union européenne pour leur accord

Le ministre des Affaires étrangères de Géorgie, Mikheil Janelidze, a vanté hier le nouvel accord sur l’approfondissement des relations entre l’Arménie et l’Union européenne lors d’une visite officielle à Erevan.

“Nous avons discuté du processus d’intégration et de coopération européenne de la Géorgie dans le cadre du programme de partenariat oriental de l’UE“, a-t-il révélé après des pourparlers avec son homologue arménien Edouard Nalbandian. “Nous avons noté avec satisfaction la conclusion des négociations entre l’Arménie et l’UE sur un nouvel accord-cadre“.

Janelidze s’est référé à l’Accord de partenariat global et amélioré qui a été finalisé à Erevan le mois dernier et qui devrait être signé plus tard cette année. L’accord est une alternative moins ambitieuse à un accord d’association que l’Arménie devait signer avec l’UE, avant de changer d’avis au dernier moment en 2013 pour adhérer à un bloc commercial dirigé par la Russie.

Contrairement à l’Arménie, la Géorgie a signé un accord d’association similaire avec l’UE en 2014. L’accord, qui implique d’importantes dispositions commerciales, est entré en vigueur en juillet 2016.

Les dirigeants arméniens et géorgiens ont déclaré à maintes reprises que l’adhésion de l’Arménie à l’Union économique eurasienne (UEE) et l’intégration européenne de la Géorgie n’empêcheraient pas les deux États voisins de renforcer leurs relations. Selon les statistiques arméniennes officielles, le commerce arméno-géorgien a augmenté de près de 28%, pour s’établir à 245 millions de dollars l’année dernière.

Nalbandian a expliqué qu’il y a eu des progrès majeurs dans les relations politiques et économiques bilatérales au cours des dernières années. “Les deux parties réitèrent souvent qu’il n’y a pas de vrais problèmes entre l’Arménie et la Géorgie“, a-t-il affirmé lors d’une conférence conjointe avec Janelidze. “Il n’y a que des problèmes qui sont résolus avec des efforts conjoints. Notre réunion d’aujourd’hui en est une preuve supplémentaire. “

“Nous avons souligné notre désir d’intensifier davantage notre dialogue politique“, a indiqué pour sa part Janelidze. Il a ajouté qu’ils avaient également discuté des moyens de renforcer la coopération entre les deux pays dans les domaines des transports, de l’énergie et du tourisme. Il a parlé de « grand potentiel inexploité » dans ces domaines.

Le ministre géorgien a également eu des entretiens séparés avec le président Serge Sarkissian et le Premier ministre Karen Karapetian. Une déclaration du bureau de presse présidentielle d’Arménie a souligné que Sarkissian et Janelidze “ont noté avec satisfaction que les relations entre les deux pays se développaient dynamiquement“.

posté le 12 avril 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



DIPLOMATIE
Les relations entre Erévan et Tbilissi se développent selon Edouard Nalbandian le ministre arménien des Affaires étrangères

Hier lors de la conférence de presse à l’issue de la rencontre à Erévan entre Edouard Nalbandian le ministre arménien des Affaires étrangères et son homologue géorgien Mikhail Janelidzé le chef de la diplomatie arménienne s’est déclaré satisfait du développement sensible des relations entre Erévan et Tbilissi. Mikhail Janelidzé était en visite officielle en Arménie, invité par le ministre arménien des Affaires étrangères. Il y a un an, le chef de la diplomatie géorgienne était déjà venu en visite officielle en Arménie. Depuis, de nombreuses rencontres diplomatiques arméno-géorgiennes tant à Erévan qu’à Tbilissi s’étaient déroulées, démontrant le développement de ces relations. L’Arménie et la Géorgie déclarent leur satisfaction du développement de ces relations. Lors de cette dernière visite Edouard Nalbandian et Mikhail Janelidzé ont évoqué le développement des transactions commerciales entre les deux pays, l’énergie, les transports, ainsi que la stabilité dans la région. Le règlement pacifique du conflit de l’Artsakh (Haut-Karabagh) fut également abordé.

Krikor Amirzayan

posté le 12 avril 2017 par Krikor Amirzayan/armenews


ARMENIE-ABKHAZIE
Au nom des 42 000 Arméniens vivant en Abkhazie, un député Arménien au parlement abkhaze demande à l’Arménie de reconnaitre cette République

Les Arméniens d’Abkhazie comprennent la difficile situation géostratégique de l’Arménie, mais ils demandent que l’Arménie fasse des pas plus décisifs dans la reconnaissance de l’Abkhazie. Déclaration effectuée par Levon Galestyan député au parlement d’Abkhazie lors d’une interview télévisée sur « l’avenir des relations arméno-abkhazes ». « Nous comprenons quelle est la situation de l’Arménie (...) mais les 42 000 Arméniens d’Abkhazie attendent des autorités arméniennes des gestes concrets » dit le député et d’ajouter « Les questions humanitaires doivent rester en dehors de la politique. Nous désirons que l’Arménie maintienne ses relations avec la Géorgie et installe des relations officielles avec l’Abkhazie ».

Située sur les bords de la mer Noire, l’Abkhazie peuplée de 240 000 habitants -les Arméniens étant après les Abkhazes et les Russes la troisième entité nationale- a déclaré son indépendance de la Géorgie en tant que République d’Abkhazie en 1992. Elle est soutenue par Moscou et reconnue par la Russie et trois autres Etats.

Krikor Amirzayan

posté le 5 avril 2017 par Krikor Amirzayan/armenews


GEORGIE
La Géorgie salue le premier jour d’exemption de visas vers l’UE

Les autorités géorgiennes ont salué l’entrée en vigueur “historique“ de la procédure d’exemption de visas pour les voyages de courte durée des citoyens de ce petit pays du Caucase dans l’Union européenne.

Les Géorgiens détenteurs d’un passeport biométrique n’ont plus besoin de visas pour des séjours de 90 jours maximum dans l’UE (sauf en Irlande et au Royaume-Uni), ainsi qu’en Islande, au Liechtenstein, en Norvège et en Suisse.

“C’est un jour historique pour la Géorgie de profiter d’un régime d’exemption de visa avec l’UE ! Merci à nos amis ! Que la Géorgie continue son intégration européenne“, s’est félicité sur Twitter le président géorgien, Guiorgui Margvelachvili.

Le Premier ministre Guiorgui Kvirikachvili, accompagné de membres de son cabinet, de députés et d’étudiants, a pris un vol pour Athènes pour célébrer l’entrée en vigueur de cette mesure.

“Aujourd’hui, avec ces étudiants, nous voyageons vers la plus vieille capitale culturelle de l’Europe, Athènes. A midi, nous allons voyager vers la capitale politique de l’Europe, Bruxelles, pour célébrer ce grand succès“, a déclaré M. Kvirikachvili.

L’Ukraine, le Kosovo et la Turquie espèrent aussi obtenir rapidement des dispenses pour leurs citoyens. L’entrée en vigueur de la procédure d’exemption de visas pour les Ukrainiens est attendue dans l’été.

Pour répondre aux craintes des Européens, une clause de suspension rapide a été intégrée qui pourra être déclenchée en cas de forte pression migratoire en provenance d’un pays exempté de visas, ou de hausse sensible du nombre de ressortissants d’un pays tiers restant dans l’UE après l’expiration de la durée autorisée de leur séjour sans visa.

L’exemption pourrait aussi être suspendue en cas de manque de coopération du pays tiers en matière de “réadmission“ de ses ressortissants ou de migrants irréguliers ayant transité par son territoire avant de rejoindre l’UE par exemple.

posté le 3 avril 2017 par Stéphane/armenews


JUSTICE
L’homme détenu en Géorgie pour « contrebande arménienne »

La police géorgienne a arrêté un citoyen arménien recherché par les forces de l’ordre à Erevan dans le cadre de leur procès pénal contre Samvel Babayan, un membre arménien de l’opposition arrêté la semaine dernière.

Le ministère géorgien de l’Intérieur a déclaré que l’homme de 40 ans, identifié comme Robert A., a été emprisonné lundi à Tbilissi sur un mandat d’arrêt arménien relatif à la contrebande d’un système de missiles à l’épaule.

Le Service National de Sécurité de l’Arménie (SNS) a prétendu avoir confisqué un missile de surface russe Igla quelques heures avant d’annoncer l’arrestation de Babayan le 22 mars. Il a déclaré que Babayan, ancien commandant de l’armée du Haut-Karabagh, aurait payé deux autres suspects, aux aussi arrêtés, pour passer en contrebande l’arme depuis ou via la Géorgie.

Les trois hommes ont été accusés en vertu des articles correspondants du Code Pénal arménien la semaine dernière. Les procureurs arméniens ont déclaré qu’ils ont nié les accusations, mais « ont admis leur lien avec le trafic illégal ».

L’avocat de Babayan, Avetis Kalashian, a rejeté cette dernière revendication comme une « interprétation étrange » du témoignage de son client. Kalashian a poursuivi en déclarant lundi que le général, autrefois puissant, ne se considérait pas comme un prisonnier politique malgré son rejet des accusations.

Babayan est largement considéré comme un leader non officiel de l’Alliance ORO, l’un des principaux opposants lors des élections législatives arméniennes du 2 avril. Les dirigeants de l’ORO ont condamné son arrestation pour des motifs politiques, affirmant que les autorités tentent ainsi d’affaiblir leur bloc.

Certains médias arméniens ont cité des sources gouvernementales anonymes comme alléguant que Babayan aurait planifié des assassinats politiques ou une rébellion armée contre le gouvernement à la veille des élections. Les représentants d’ORO ont écarté ces revendications.

Le ministère de l’Intérieur de la Géorgie n’a pas précisé immédiatement quand l’homme arrêté sera extradé vers l’Arménie. Le ministre géorgien de l’Intérieur, Giorgi Mghebrishvili, a déclaré plus tôt que son ministère coopérait avec les autorités arméniennes chargées de l’application de la loi dans leur enquête sur la contrebande présumée.

posté le 29 mars 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE-GEORGIE
Arrestation en Géorgie du « cerveau » de la fourniture des lance-missiles « Igla », un citoyen arménien

Les hommes du Service de sécurité du ministère de l’Intérieur de Géorgie viennent d’arrêter le vendeur supposé des lance-missiles « Igla » commandés -selon les accusations en Arménie-par Samvel Babayan. L’homme arrêté à Tbilissi, accusé d’avoir fourni ce matériel est un citoyen arménien d’une quarantaine d’années, Robert A. Quelques heures plus tôt, le ministre géorgien de l’Intérieur, Georgui Mghebrichvilli avait déclaré que suite à l’arrestation de trois citoyens arméniens à la frontière arméno-géorgienne, en lien avec leurs collègues d’Arménie, une recherche était lancée contre un homme soupçonné d’être le cerveau de ces fournitures des lance-missiles « Igla ».

Krikor Amirzayan

posté le 28 mars 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Géorgie  Image 450