Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Géorgie


SANTE PUBLIQUE
Une loi anti-tabac en cours d’élaboration

Aleksandr Bazarchyan, directeur de l’Institut national de la santé, a annoncé hier qu’un projet de loi du ministère de la Santé introduirait une interdiction complète de fumer dans les cafés, restaurants et autres lieux publics. Une lourde amende sera infligée aux personnes qui enfreindront cette loi.

Selon diverses estimations, environ 60% de la population masculine de l’Arménie est un fumeur régulier. Le taux de tabagisme chez les femmes est de 3%. Cependant, dans la capitale Erevan, environ 10% des femmes âgées de 30 à 40 ans fument.

Le ministère affirme que cette mesure fait partie d’une stratégie visant à réduire le nombre de fumeurs car la dépendance au tabac serait la principale cause de cancer du poumon.

En vertu du projet de loi actuel, les personnes qui fument dans les cafés, les bars, les restaurants, les bureaux du gouvernement et d’autres lieux publics seraient passibles d’une amende de 250 000 drams (520 dollars). Une récidive entraînerait une amende de 500 000 drams (1 040 dollars).

Selon Bazarchyan, toutes les propositions que le ministère a reçues jusqu’à présent seront étudiées dans les prochains mois et la version finale du projet de loi sera soumise au Parlement d’ici la fin de l’année.

Il a expliqué que le tarif proposé des amendes sera étudié, sans donner plus de précision. Il a également déclaré que le projet de loi précisera les structures qui seront investies du pouvoir d’examiner comment la loi éventuelle sera respectée et d’imposer des amendes aux contrevenants.

Akaki Dzoidze, président d’une commission parlementaire géorgienne sur les questions de santé, qui étaient présents à la même conférence de presse, a noté que le prix de l’amende devrait vraiment motiver à arrêter de fumer.

À titre d’exemple, il a expliqué qu’en Géorgie, l’amende pour avoir enfreint la loi pour la première fois est l’équivalent de 50 $, et 100 $ pour une récidive (soit respectivement de 250 et 500 dollars).

posté le 21 mars 2018 par Claire/armenews


SOUMGAÏT-30 ANS
Un député Arménien rappelle au Parlement géorgien les crimes de Soumgaït sans toutefois pointer l’Azerbaïdjan l’auteur de ces tueries

Rouslan Poghosyan l’un des députés Arméniens du Parlement de Géorgie est intervenu en séance afin de réaliser une déclaration à l’occasion du 30ème anniversaires des pogroms anti-Arméniens de Soumgaït (Azerbaïdjan) du 26 au 29 février 1988. « Soumgaït s’inscrit dans le cadre de la dislocation de l’Union soviétique. Des faits sanglants se sont produits à Soumgaït il y a 30 ans coûtant la vie à de nombreux civils innocents. C’était le fait le plus sanglant de la dislocation de l’Union soviétique » dit Rouslan Poghosyan et d’ajouter « la tragédie de Soumgaït a aiguisé et mis sous tension les relations entre Arméniens et Azéris qui demeurent malheureusement encore tendues aujourd’hui. Je tiens à vous faire part de ce souvenir dramatique qui a affecté la population civile et fait le vœu que les sanglants évènements de Soumgaït ne puissent se reproduire nulle part ». Au regard d’un pays - la Géorgie - ami de l’Azerbaïdjan et de la Turquie, le député Arménien du Parlement géorgien a modéré largement ses propos et s’est gardé de pointer du doigt les autorités azéries dans les crimes de Soumgaït dont furent victimes des centaines d’Arméniens.

Krikor Amirzayan

posté le 9 mars 2018 par Krikor Amirzayan/armenews


COOPERATION
Le Premier ministre géorgien en visite en Arménie

Le Premier ministre géorgien Giorgi Kvirikashvili a rencontré les dirigeants arméniens vendredi lors d’une visite officielle à Erevan qui portait sur les questions économiques, y compris l’énergie et les transports.

“Nous avons discuté à la fois de nos relations bilatérales et des questions régionales“, a déclaré le Premier ministre arménien, Karen Karapetian, après des entretiens avec Kvirikashvili.

“Nous avons parlé de domaines possibles de notre coopération“, a précisé Karapetian lors d’une conférence de presse conjointe. “Cela inclut la zone économique libre de Meghri [à la frontière arméno-iranienne.] Nous avons parlé en détail et nous sommes d’accord sur la façon dont nous allons progresser dans les secteurs de l’énergie et des transports.“

“Nous pouvons conclure que nous sommes sortis de la négociation d’assez bonne humeur“, a-t-il ajouté.

Kvirikashvili a également mentionné les deux domaines de la coopération économique arméno-géorgienne mais, comme Karapetian, n’a donné aucun détail. “Nous devrions utiliser notre potentiel économique et je pense que notre réunion d’aujourd’hui contribuera à cela“, a-t-il déclaré dans son discours d’ouverture.

Le Premier ministre géorgien a rencontré le président Serge Sarkisian plus tard dans la journée.

Une déclaration du gouvernement arménien sur les pourparlers de Karapetian avec Kvirikashvili indique que les deux hommes ont souligné l’importance de “développer la coopération énergétique dans les formats bilatéraux et multilatéraux.“ L’Arménie construit actuellement de nouvelles lignes de transport d’électricité reliant la Géorgie et l’Iran. Ils doivent être terminés l’année prochaine.

Kvirikashvili a probablement aussi discuté à Erevan de l’ouverture éventuelle de nouveaux corridors de transport entre la Géorgie et la Russie qui faciliteraient les expéditions de marchandises à destination et en provenance de l’Arménie. La majeure partie du commerce russo-arménien se fait actuellement par le seul passage frontalier russo-géorgien à Upper Lars. La circulation le long de cette route montagneuse est fréquemment bloquée par les blizzards pendant les mois d’hiver.

Les deux autres routes reliant la Géorgie et la Russie traversent les régions sécessionnistes géorgiennes d’Ossétie du Sud et d’Abkhazie. Ils étaient fermés avant même la guerre russo-géorgienne de 2008. En 2011, Moscou et Tbilissi ont accepté d’engager une société suisse chargée d’établir des points de contrôle douaniers spéciaux, à installer sur les limites administratives de l’Ossétie du Sud et de l’Abkhazie.

Malgré leurs désaccords politiques persistants, les deux parties semblent avoir progressé lentement mais régulièrement vers la mise en œuvre de cet accord. Le gouvernement géorgien a signé un contrat avec une société suisse le 19 décembre. Un haut diplomate russe a déclaré en janvier que Moscou suivrait probablement “dans les mois à venir“.

Les dirigeants arméniens ont exprimé à plusieurs reprises l’espoir que l’accord russo-géorgien de 2011 sera mis en œuvre.

posté le 5 mars 2018 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE-GEORGIE
Le Premier ministre géorgien Guiorgui Margvelachvilli est en visite officielle en Arménie

Le Premier ministre géorgien Guiorgui Margvelachvilli est arrivé vendredi 2 mars à Erévan pour une visite officielle en Arménie. A l’aéroport international « Zvartnots » d’Erévan il fut accueilli par son homologue arménien Karen Karapetyan. Cette visite devait se tenir en décembre dernier mais à cause de la visite du président arménien à Tbilissi le même mois, cette visite du chef du gouvernement géorgien en Arménie fut reportée. Cette visite du Premier ministre géorgien en Arménie prouve le renforcement -et le réchauffement observé- des liens entre Erévan et Tbilissi ces dernières années. La Géorgie étant le seul pays chrétien frontalier de l’Arménie chrétienne. Le volume des transactions commerciales entre les deux pays est en hausse très sensible ces dernières années. Une croissance qui se poursuit. La Géorgie qui entretient des liens politiques et économiques très étroits avec la Turquie et l’Azerbaïdjan désire également développer ses relations avec l’Arménie. Erévan table également sur un développement avec son partenaire géorgien. Cette visite du Premier ministre de Géorgie en Arménien s’inscrit dans ce cadre.

Krikor Amirzayan

JPEG - 233.4 ko
JPEG - 179.6 ko
JPEG - 231.6 ko
posté le 3 mars 2018 par Krikor Amirzayan/armenews


REVUE DE PRESSE - CHEESE BY KONBINI
Vidéo : la photographe Lucie Khahoutian parle de son travail

Lucie Khahoutian s’est prêtée au jeu du One Minute Portrait et revient sur son parcours, ses inspirations et son univers bourré de références.

A voir ici : http://cheese.konbini.com/orange/video-la-photographe-lucie-khahoutian-nous-parle-de-son-travail/

posté le 30 janvier 2018 par Claire/armenews
THEMES ABORDES : Culture  Géorgie  Image 450  Photo 


ARMENIE
Une compagnie iranienne va construire un nouveau pont sur la frontière entre l’Arménie et la Géorgie
Tout un symbole ! Une compagnie iranienne a remporté l’appel d’offres pour le contrat portant sur la construction d’un nouveau pont franchissant la frontière entre l’Arménie et la Géorgie, illustrant ainsi la volonté de l’Iran de renforcer la dimension de pays de transit de l’Arménie en vue de développer ses relations commerciales, facilitées depuis l’accord de juillet 2015 sur le programme nucléaire iranien qui a permis la levée des sanctions internationales pesant sur Téhéran. Le “Pont de l’amitié” enjambera la rivière Debed qui marque la frontière entre l’Arménie et la Géorgie au niveau de Bagratashen-Sadakhlo, le poste-frontière le plus important entre les deux pays. Seul un pont étroit, datant de l’époque soviétique, relie actuellement les deux pays. Les gouvernements arménien et géorgien avaient signé un accord relative à ce nouveau pont en décembre 2014, soit deux ans après que la Banque européenne pour la reconstruction et développement (BERD) avait donné son accord en vue de financer sa construction par un prêt accordé à Erevan. L’Arménie avait lancé un appel d’offres international pour la construction de ce pont. Le ministère arménien des transports et communications a annoncé lundi 15 janvier qu’une compagnie iranienne de travaux publics, Ariana Tunnel Dam, avait remporté l’appel en proposant un projet de construction d’un montant de 7,4 millions d’euros. Le ministre arménien Vahan Martirosian et le dirigeant d’Ariana, Ali Musavi, avaient signé peu avant le contrat portant sur la construction du pont, en vertu d’une déclaration commune dans laquelle V. Martirosian exprimait l’espoir que les Iraniens construiront un pont “de grande qualité et dans les délais”. Le texte ne fait pourtant aucune mention des délais de construction, et ne précise pas même la date du début de ce grand chantier. Le nouveau pont a vocation à améliorer le transit commercial de l’Arménie vers la Géorgie, et au-delà la Russie et l’Europe. Une grande partie du commerce entre l’Arménie et la Russie, dont le volume atteignait un montant de plus d’1,5 milliard de dollars entre janvier et novembre 2017, est acheminé par des poids lourds franchissant le vieux pont sur le fleuve Debed au poste frontière de Bagratashen-Sadakhlo. Côté arménien, le poste frontière de Bagratashen avait été modernisé, ainsi que les formalités douanières, en 2016, dans le cadre d’un programme de 54 millions d’euros financé en grande part par l’Union européenne.
posté le 16 janvier 2018 par Gari/armenews


GEORGIE
Les villages aux noms turco-azéris de Géorgie rebaptisés par des noms géorgiens ?

Le gouvernement géorgien continue de changer en géorgien les noms turcs de lieux ou villages de Géorgie. Une politique d’Etat en cours à Tbilissi depuis 70 ans déjà selon l’azéri Elbrous Mamedov le représentant du centre caucasien des Droits de l’homme en Géorgie. Selon E. Mamedov seuls les noms de lieux turco-azéris sont visés par cette démarche, les autres lieux des autres minorités nationales ne sont pas concernés. E. Mamedov affirme également que cette politique géorgienne est dirigée contre la communauté azérie de Géorgie. « En 2010 des représentants de l’Etat de la région de Marneouli ont changé les noms de 19 villages (...) et aucun changement de noms de villages de la région de Samtskhé Djavakhi » dit E. Mamedov. Le Djavakhi étant une région de Géorgie à forte population arménienne.

Krikor Amirzayan

posté le 10 janvier 2018 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Géorgie  Image 450 


GEORGIE-TOURISME
Les citoyens d’Arménie en tête du nombre de touristes en Géorgie

Alors que l’Arménie atteint le chiffre de 2 millions de touristes ayant séjourné en Arménie en 2017, la Géorgie annonce le chiffre de plus de 7,5 millions de touristes ayant séjourné en Géorgie quelques heures ou davantage en 2017 en augmentation de 18,8% par rapport à 2016. De ces 7,5 millions de touristes ayant séjourné en Géorgie l’an dernier, 1,7 million sont des citoyens arméniens. L’Arménie arrivant en tête du tourisme en Géorgie avec 1,71 million en augmentation de 14% en un an. Ces chiffres sont néanmoins sont ceux d’un séjour d’un jour et plus. Après l’Arménie, l’Azerbaïdjan est en deuxième position avec 1,69 million (11% d’augmentation), la Russie est troisième avec 1,39 million (augmentation de 34%). La Turquie est quatrième avec 1,24 million. Viennent ensuite l’Iran (322 000), l’Ukraine (193 000), Israël (125 000), l’Inde (59 000), le Kazakhstan (56 000) à égalité avec l’Arabie Saoudite (56 000). Les touristes qui ont séjourné un jour ou plus en Géorgie en 2017 furent au nombre de 3,478 millions en hausse de 27,9% en un an.

Krikor Amirzayan

posté le 9 janvier 2018 par Krikor Amirzayan/armenews


GEORGIE-ECONOMIE
En 2018 la Géorgie importera uniquement du gaz en provenance d’Azerbaïdjan

En 2018 la Géorgie a cessera d’importer le gaz naturel russe a confirmé Dimitri Koumsichviki le ministre géorgien de l’Economie selon le site apsny.ge. La Géorgie importera 2,689 milliards de mètres cubes de gaz en provenance d’Azerbaïdjan ce qui représente 99,65% de sa consommation pour 2018. De ces 2,689 milliards, 1,866 milliards de mètres cubes de gaz seront en provenance de la compagnie d’Etat Socar et le reste, les 813 millions parviendront du site de Chahdeniz en mer Caspienne. Le reste, soit 9,41 millions de mètres cubes (0,35% de la consommation géorgienne) proviendra de Géorgie. En 2017 la Géorgie avait reçu de la Russie 100 millions de mètres cubes de gaz naturel.

Krikor Amirzayan

posté le 4 janvier 2018 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Economie  Géorgie  Image 450