Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Livres


MEDIAS
Le Dauphiné Libéré (édition de Valence) : le livre « Cuisine d’Arménie » présenté à Bourg-Lès-Valence

Le journal « Le Dauphiné Libéré » (édition de Valence) dans son numéro du Dimanche 14 Janvier 2018 consacre un article à la présentation par « Arménia » du livre « Cuisine d’Arménie » de Corinne et Richard Zarzavatdjian à Bourg-Lès-Valence. Avec un nombreux public qui réserva un accueil chaleureux au livre, vendredi 12 janvier.

JPEG - 1 Mo
Le Dauphiné Libéré (édition de Valence) : le livre « Cuisine d’Arménie » présenté à Bourg-Lès-Valence par « Arménia »
posté le 15 janvier 2018 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Livres  Valence 


LIVRE CUISINE D’ARMENIE
Le livre de Corinne et Richard Zarzavatdjian a été présenté à Vienne et Lyon

Après la superbe présentation du livre « Cuisine d’Arménie » de Corinne et Richard Zarzavatdjian à la soirée organisée par « Arménia » vendredi 12 janvier devant près de 80 personnes à Bourg-Lès-Valence (Drôme), le livre était présenté samedi 13 janvier à Vienne (Isère) et Lyon.

Dans le cadre du Mois de l’Arménie organisé par la Ville de Vienne, le livre « Cuisine d’Arménie » de Corinne et Richard Zarzavatdjian fut présenté et dédicacé par les auteurs en fin de matinée à la librairie Luciole. Puis au restaurant « Les Frangins » qui propose des spécialités arméniennes au 13 rue des Clercs à Vienne, Grégory Tchoulfayan le propriétaire des lieux reçu avec chaleur et convivialité les auteurs du livre « Cuisine d’Arménie » et les nombreux invités. Eléna Eychenne la responsable des Relations internationales à la Mairie de Vienne a présenté les nombreuses manifestations liées au mois de l’Arménie à Vienne. Corinne et Richard Zarzavatdjian ont présenté leur livre au public avant de dédicacer. Un public qui a montré un très grand intérêt. Grégory Tchoulfayan a remercié tant la Ville de Vienne que Corinne et Richard Zarzavatdjian pour leur apport à la culture arménienne par la présentation de l’art culinaire arménien. Grégory Tchoulfayan a ensuite invité le public à passer à table et faire « une ballade culinaire » à travers les spécialités arméniennes proposé par son restaurant « Les Frangins ».

Après Vienne, dans l’après-midi, le livre « Cuisine d’Arménie » fut présenté par Corinne et Richard Zarzavatdjian auprès du stand des établissements Bahadourian aux Halles de Lyon. Ils y accordèrent une interview à Radio Arménie (Lyon) avant de dédicacer leur ouvrage aux clients et amateurs de cuisine arménienne. A noter la présence aux côtés des auteurs d’Armand Bahadourian et du célèbre chef de cuisine Alain Alexanian.

Krikor Amirzayan

JPEG - 1.4 Mo
JPEG - 1.6 Mo
JPEG - 1.6 Mo
JPEG - 1.8 Mo
JPEG - 1.6 Mo
JPEG - 1.5 Mo
JPEG - 1.3 Mo
JPEG - 1.3 Mo
JPEG - 1.6 Mo
JPEG - 1.4 Mo
JPEG - 1.6 Mo
JPEG - 1.5 Mo
JPEG - 1.4 Mo
JPEG - 1.5 Mo
posté le 14 janvier 2018 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Image 450  Livres  Lyon 


MEDIAS-LIVRES
Cuisine d’Arménie sur Radio Bleu

Ce matin le livre « Cuisine d’Arménie » de Corinne et Richard Zarzavatdjian (édition Solar) a été présenté ce 1er janvier sur France Bleu par Laurent Petitguillaume en présence de Richard Zarzavatdjian et Corinne Zarzavatdjian.

JPEG - 300 ko
Corinne et Richard Zarzavatdjian avec Laurent Petitguillaume dans les studios de France Bleu présentent le livre "Cuisine d’Arménie"

« L’année 2018 commence bien...et autour de la cuisine arménienne ! Que la Cuisine nous rassemble toujours » écrit Corinne Zarzavatdjian sur son site facebook.

Signalons enfin que le livre “Cuisine d’Arménie“ sera présenté par l’association “Arménia“, vendredi 12 janvier à Bourg-Lès-Valence en compagnie des auteurs à la MJC Jean Moulin (20 avenue Jean Moulin).

K.A.

posté le 1er janvier 2018 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Livres  Médias 


MEDIAS-RADIOS
Ce matin « Cuisine d’Arménie » dans l’émission « On cuisine ensemble » à 10h00 sur France Bleu Paris

Ce lundi 1er Janvier dans l’émission « On cuisine ensemble » de 10h00 à 10h45 sur France Bleu Paris (107.1 FM), la journaliste Corentine Feltz reçoit Corinne Zarzavatdjian pour évoquer la cuisine arménienne et le livre « Cuisine d’Arménie » co-écrit avec son frère Richard Zarzavatdjian, sorti aux éditions Solar. Une occasion de faire connaitre l’un des piliers de la culture arménienne que représente la cuisine arménienne.

Vous pouvez également écouter en direct France Bleu Paris sur le site : https://www.francebleu.fr/107-1

Krikor Amirzayan

posté le 1er janvier 2018 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Livres  Médias  Paris 


LIVRES-BOURG-LES-VALENCE
Pour ceux qui aiment la cuisine arménienne, le livre « Cuisine d’Arménie » de Corinne et Richard Zarzavatdjian présenté le 12 janvier à Valence

Richard Zarzavatdjian le journaliste que nous suivons régulièrement lors de l’émission de télévision Télé Matin sur France 2 et Corinne Zarzavatdjian comédienne, seront présents Vendredi 12 Janvier (20h30) à Bourg-Lès-Valence (salle Cheneviers de la MJC Jean Moulin) pour rencontrer le public et parler de cuisine arménienne, leur passion.

Débat-présentation qui suivra par des dédicaces de leur livre « Cuisine d’Arménie » paru en octobre et qui est un véritable succès. Avec près d’une centaine de recettes présentées, pour tout savoir sur la cuisine arménienne.

JPEG - 454 ko

L’équipe d’« Arménia » qui organise la soirée vous donne rendez-vous. Entrée Libre. Contact : « Arménia », Tél. 04 75 83 80 58

Krikor Amirzayan

posté le 30 décembre 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Image 450  Livres  Valence 


LIVRES
Le livre « Cuisine d’Arménie » de Corinne et Richard Zarzavatdjian présenté à Valence vendredi 12 janvier

« Cuisine d’Arménie » de Corinne et Richard Zarzavatdjian est le livre que tout le monde en parle. « Vu à la télévision » mais également dans de nombreux autres médias, les dédicaces de « Cuisine d’Arménie » et les explications sur la cuisine arménienne données par Corinne et Richard Zarzavatdjian font merveille auprès des lecteurs et amoureux des traditions culinaires arméniennes.

JPEG - 454 ko

- Vendredi 12 Janvier, l’association « Arménia » organise à la MJC Jean Moulin à Bourg-Lès-Valence (Drôme) une rencontre-débat avec les auteurs de « Cuisine d’Arménie » suivie de dédicaces dans une ambiance conviviale.

Renseignements : « Arménia » : tél. 04 75 83 80 58.

posté le 25 décembre 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Image 450  Livres  Valence 


ARMENIE-CULTURE
Une nouvelle librairie sur deux étages ouvrira ses portes à Erévan en 2018

Durant la période soviétique l’Arménie était l’une des républiques les plus studieuses d’Union soviétique, la lecture de livre étant l’un des plus importants loisirs des Arméniens. Le tirage de certaines éditions étant à 100 000 exemplaires. Mais après l’indépendance les livres -non subventionnés désormais par l’Etat- la lecture et l’édition de livres ont connu une baisse très importante. Le tirage moyen des ouvrages étant de 500 à 1000 exemplaires seulement. Internet et le livre numérique ayant marqué sa trace...Mais depuis peu, l’amour de la lecture de livres semble revenu en Arménie et les quelques bibliothèques de la capitale arménienne ont retrouvé semble-t-il un lectorat grandissant. Armen Amiryan, le ministre arménien de la Culture a annoncé qu’une nouvelle librairie sur deux étages ouvrira ses portes en 2018 à Erévan. « Jusqu’en mars ou avril, nous l’annoncerons. Ce sera une librairie moderne avec une partie qui sera consacré à un bar-café ou espace de détente, aménagé également pour les enfants » dit le ministre de la Culture.

Krikor Amirzayan

posté le 23 décembre 2017 par Krikor Amirzayan/armenews


LIVRES-HISTOIRE
Le livre « Djihad 1914-1918 » de Jean-Yves Le Naour évoque également les massacres de 1894-1896 et le génocide des Arméniens de 1915

Le livre « Djihad 1914-1918 » de Jean-Yves Le Naour sorti en novembre aux éditions Perrin, l’auteur fait de nombreuses références aux Arméniens tant les massacres de 1894-1996 que le génocide de 1915.

Dès son introduction Jean-Yves Le Naour écrit « Le 18 octobre 1898 le yacht Hohnenzollern franchit le détroit du Bosphore, pénètre dans la Corne d’Or et s’amarre au port de Constantinople pavoisé pour l’occasion aux couleurs allemandes. Le sultan Abdülhamid II qui ne sort presque jamais de son palais de Yildiz, craignant toujours quelque complot fomenté par on ne sait quel Iznogoud, a pour une fois forcé sa nature paranoïaque et fait le déplacement pour accueillir chaleureusement le Kaiser et sa femme. Embrassades, cadeau somptueux, discours vibrants sur l’amitié germano-ottomane se succèdent. Le sultan est d’autant plus empressé auprès de l’empereur d’Allemagne qu’il est isolé diplomatiquement et traité de pestiféré par les grandes puissances depuis qu’il a laissé se perpétrer des massacres à grande échelle du peuple arménien. Cent mille à trois cent mille Arméniens ont ainsi péri de 1894 à 1897, égorgés, brûlés vifs, pendus, mitraillés ou lynchés, en dépit de la colère des chancelleries européennes qui ont sérieusement envisagé d’intervenir et de déposer Abdülhamid. Celui-ci n’est désormais plus désigné dans la presse française comme un « grand saigneur » ou « sultan rouge », la presse britannique préférant le surnom peu flatteur « Abdul the damned ». Pour Guillaume II, qui, en privé, ne cache pas son mépris pour les Turcs en général et le sultan en particulier, l’occasion est trop belle : il s’agit tout simplement d’apparaître comme l’ami des Ottomans, de rafler au passage quelques contrats juteux, mais surtout de fonder les bases d’une alliance stratégique susceptible de rapporter gros en cas de conflit sur le Vieux Continent. »

Un peu plus loin (page 23) Jean-Yves La Naour poursuit « Dès 1898, le pasteur social-impérialiste Friedrich Naumann, figure de proue du parti progressiste, se frotte les mains : « Il est possible que la guerre mondiale se produise avant la désagrégation de l’Empire ottoman. Alors le calife de Constantinople lèvera une fois de plus l’étendard de la guerre sainte. L’homme malade se redressera à ce appel : guerre contre l’Angleterre ». Cet étrange pasteur, qui se veut tellement l’ami des Turcs qu’il affirme comprendre le massacre des Arméniens, inaugure l’attitude qui sera celle de Berlin durant le génocide de 1915 ; ne pas condamner, ne pas intervenir et regarder ailleurs. »

L’ouvrage évoque bien évidemment très largement le thème de « la France face au panislamisme » en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. Mais nombreux sont également les passages liés à la politique des Jeunes-Turcs face au djihad.

L’éditeur présente l’ouvrage comme « Le premier livre sur la place de l’islam durant la Première Guerre mondiale, durant laquelle 600 000 soldats musulmans servirent la France.

Entre 1914 et 1918, l’Allemagne de Guillaume II cherche par bien des moyens à allumer dans les Empires français et anglais une rébellion massive des musulmans. Pour ce faire, quoi de mieux que de pousser le sultan de Constantinople à proclamer la guerre sainte contre les chrétiens ? Tout est pensé, mûri, réfléchi par les stratèges allemands : le panislamisme et le djihad assureront la victoire du Reich. »

Un livre qui aide à comprendre les rouages de l’histoire.
- « Djihad 1914-1918 » (Perrin) de Jean-Yves Le Naour (300 pages, 20€).

Krikor Amirzayan

posté le 22 décembre 2017 par Krikor Amirzayan/armenews


LIVRES
Rencontre à Valence avec le libraire Raphaël Boyadjian un passionné des livres et de l’Arménie

Raphaël Boyadjian (46 ans) est le gérant de « La Bourquinerie Le Jeu de Paume » à Valence (Drôme). Dans sa librairie installée depuis peu, située au 6 rue du Théâtre à Valence -juste derrière le Théâtre de la Ville- Raphaël Boyadjian présente plus de 10 000 références de livres d’occasion mais également des livres rares et anciens. Il propose également sur Priceminister.com-ValenceLivres une boutique en ligne.

JPEG - 1.5 Mo
Raphaël Boyadjian, bouquiniste à Valence (Drôme), est un passionné des livres et de l’Arménie

Raphaël Boyadjian, fils d’un ex-agent de la police nationale à Valence est un amoureux des livres. Avec une prédilection pour les œuvres littéraires et les sciences sociales. « Tout ce qui est lié à la planète m’intéresse » nous confie-il. Dans la librairie, une musique arménienne avec le duduk rappelle son origine arménienne par son père. Car s’il est né et a grandi à Valence, Raphaël Boyadjian voue également une passion pour l’Arménie. Dans les rayons de sa librairie-bouquinerie « Le Jeu de Paume » il propose quelques livres sur l’Arménie et l’art arménien. Il nous présente le magnifique album « L’Arménie au Moyen Âge » de Jean-Michel Thierry un ouvrage très rare. Le libraire nous montre également les livres « Histoire de l’Arménie » de Hrand Pasdermadjian, l’ouvrage collectif « Les Arméniens, Histoire-Art-Archéologie » publié chez l’Aventurine en 1995 ou « Les Arméniens, histoire d’une chrétienté » publié en 1990 aux éditions Privat sous la direction de Gérard Dédéyan. Des ouvrages qu’il propose pour des sommes modiques.

L’homme aime le contact et très vite, les clients deviennent des habitués des lieux et les liens chaleureux et amicaux se nouent avec le libraire. En plein centre-ville de Valence (Drôme), cette adresse est l’un des lieux les plus prisés des lecteurs de la région.

- La Bouquinerie Le Jeu de Paume, 6 rue du Théâtre, Valence (Drôme). Contact : Tél. 06 95 14 13 40

Krikor Amirzayan

posté le 14 décembre 2017 par Krikor Amirzayan/armenews