Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Cinéma


AU CINEMA LE 16 AOUT
Jolies voitures et jolies filles à Marseille : un nouveau film pour Simon Abkarian

L’actualité cinématographique de Simon Abkarian est bien chargée en ce mois d’août ! Une semaine après la sortie au cinéma de Djam, il sera à l’affiche du film d’action Overdrive en salles ce mercredi 16 août, aux côtés notamment de Scott Eastwood.

JPEG - 151.1 ko

Le synopsis promet du grand spectacle comme les blockbuster américain savent en faire : il cumule courses poursuites, bagarres et jolies filles, le tout à Marseille. Les frères Andrew et Garrett Foster sont des pilotes d’exception, mais aussi des voleurs d’exception. Leur spécialité : voler les voitures les plus chères au monde. A Marseille, ils parviennent à dérober une sublime Bugatti 1937, joyau de l’exceptionnelle collection de Jacomo Morier (joué par Simon Abkarian), parrain de la Mafia locale. Ce dernier décide alors d’utiliser leur talent à son profit contre son ennemi juré, Max Klemp. Mais s’ils acceptent de rentrer dans ce jeu, c’est qu’ils ont en réalité conçu un coup d’une audace inégalée...

JPEG - 255.8 ko

A noter que la rappeur Kaaris joue l’homme de mains de Simon Abkarian.

posté le 13 août 2017 par Claire/armenews
THEMES ABORDES : Cinéma  Culture  France  Image 450  Marseille 


ARMENEWS WEB TV
« Passade » : interview de Gorune Aprikian pour la sortie de son premier film très poétique

Sortie ce mercredi 9 août de Passade, premier film de Gorune Aprikian avec Fanny Valette et Amaury de Crayencour. Une comédie romantique qui bouleverse les codes classiques du genre : dans le huis clos d’une chambre d’hôtel, deux inconnus tentent de s’apprivoiser et de se raconter après un rapport sexuel tarifé. Un film poétique, plein d’humour.

JPEG - 1 Mo

Gorune Aprikian espère un bon nombre d’entrées dans les salles obscures - notamment lors de ce mercredi et de ce premier weekend si décisifs - afin de pouvoir réaliser ensuite l’adaptation de sa BD Varto sur le génocide arménien, “le film qui compte“ vraiment pour lui. Interview.

posté le 9 août 2017 par Claire/armenews

Claire Barbuti

THEMES ABORDES : Cinéma  Culture  France  Image 450  Paris 


CINEMA
400 personnes à Kessab (Syrie) pour la projection du film « The Promise »

Au village arménien de Kessab en Syrie -à la frontière avec la Turquie- plus de 400 personnes ont assisté dimanche 6 août à la projection du film « The Promise » de Terry George dont le thème est une histoire d’amour sous fond du génocide des Arméniens. La projection du film « The Promise » à Kessab était organisée par plusieurs associations arméniennes -dont le Hamazkaïne- en association avec l’Eglise catholique Saint Mikaël. Prenant la parole avant la projection, le père Nareg Louizian a dans un court discours expliqué l’objectif de ce film et a donné des informations. Il a également remercié toutes les associations qui se sont investies pour la réussite de cette soirée-projection.

Krikor Amirzayan

posté le 8 août 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Cinéma  Diaspora  Génocide  Image 450  Syrie 


CINEMA
« Passade » de Gorune Aprikian sortira sur les écrans le 9 août

La sortie du film “Passade“ de Gorune a été reporté au 9 août au lieu du 26 juillet comme annoncé dans le Nouvelles d’Arménie. Il sera diffusé par le réseau UGC.

JPEG - 652.1 ko
posté le 7 août 2017 par Ara/armenews
THEMES ABORDES : Cinéma  Culture  France  Image 450 


FRANCE
Simon Abkarian au cinéma

Djam, une jeune femme grecque, est envoyée à Istanbul par son oncle Kakourgos, un ancien marin passionné de Rébétiko, pour trouver la pièce rare qui réparera leur bateau. Elle y rencontre Avril, une française de dix-neuf ans, seule et sans argent, venue en Turquie pour être bénévole auprès des réfugiés. Djam, généreuse, insolente, imprévisible et libre la prend alors sous son aile sur le chemin vers Mytilène. Un voyage fait de rencontres, de musique, de partage et d’espoir.

JPEG - 651.7 ko

L’idée de Djam est venue au réalisateur Tony Gatlif lors de sa découverte de la musique Rebetiko au cours d’un voyage en Turquie en 1983. Il a choisi Simon Abkarian pour interpréter Kakourgos : “Je voulais un acteur qui porte le voyage sur son visage. Même si l’on sait que Simon est Arménien, on ne sait pas exactement d’où il vient, il véhicule l’exil. C’est un copain de longue date et je savais que Simon était un véritable aficionado de la musique Rebetiko. Lorsque je lui ai demandé de faire la scène où il parle de la mère de Djam, exilée et morte à Paris, Simon m’a touché par sa sincérité et son émotion. Il a dû surement aller les chercher sur sa route d’Arménie, du Liban et d’ailleurs. C’est un acteur du coeur et du geste.

Djam, en salles mercredi 9 août
Réalisé par Tony Gatlif - Avec Simon Abkarian, Maryne Cayon, Daphné Patakia , ...

posté le 5 août 2017 par Claire/armenews


REVUE DE PRESSE - LES INROCKS
Première au cinéma pour Sipan Mouradian dans un film de Guillaume Brac

Après les sensibles Tonnerre et Un monde sans femmes, le réalisateur Guillaume Brac est de retour avec Contes de Juillet, itinéraire en deux parties d’une dizaine de jeunes gens lors d’un jour d’été. Le film sera présenté en hors-compétition au festival de Locarno.

Contes de Juillet marquera les premiers pas au cinéma d’une bande de jeunes acteurs dont Milena Csergo, Lucie Grunstein, Jean Joudé, Théo Chedeville, Kenza Lagnaoui, Hanne Mathisen Haga, Andrea Romano, Sipan Mouradian (voir portrait dans les NAM numéro 242), Salomé Dienis Meulien et Roman Jean-Elie.

L’intégralité de l’article : http://www.lesinrocks.com/2017/07/26/cinema/guillaume-brac-le-realisateur-de-tonnerre-est-de-retour-avec-contes-de-juillet-11969737/

posté le 3 août 2017 par Claire/armenews
THEMES ABORDES : Cinéma  Culture  France  Image 450 


Cinéma
La Planète des singes : Le Tour de force d’Andy Serkis (Sarkissian)

Après Gollum, Le Seigneur des anneaux (1999), Une journée exceptionnelle, Le Hobitt, King Kong, Les Aventures de Tintin et l’extraordinaire suprême leader Snoke dans Star Wars : Le Réveil de la force (2015), Andy Serkis s’est spécialisé dans des films et des personnages générés par capture de mouvement.

Plusieurs fois salué pour ses performances d’acteur et nominé à de multiples reprises, la critique unanime salue cette fois l’exceptionnelle incarnation de Serkis (César) dans le film « La Planète des singes : Suprématie », réalisé par Matt Reeves, le qualifiant de « chef d’oeuvre ». Sortie en salles le 2 août 2017.

La métamorphose d’Andy Serkis en César le singe

Serkis a son propre atelier de capture de mouvement, The Imaginarium Studios à Londres, qu’il a utilisé pour Jungle Book . Il a fait ses débuts de réalisateur avec le film Breathe (2017) et obtient le Prix de la Meilleure Superproduction pour son film The jungle book (2017) lors du Festival du Film d’Hollywood.

Andy Serkis (Andrew Clément Sarkissian), né le 20 avril 1964 à Ruislip au Royaume Uni, est le fils de Clément Sarkissian, un gynécologue arménien d’Irak et de Lylie (née Weech), anglaise, enseignante pour enfants handicapés.

Les Singes et César sont sauvagement attaqués par une armée humaine. A la tête de celle-ci, un colonel impitoyable qui prône leur destruction. Déchiré entre ses instincts les plus sombres et sa volonté de protéger les siens, César construit sa vengeance. Le duel entre les deux leaders déterminera le destin de chaque espèce et l’avenir de la planète.

Jean Eckian

posté le 30 juillet 2017 par Jean Eckian/armenews


CINEMA
Alexandre Achdjian dé-colle

Actuellement dans les salles obscures françaises : La Colle, un film d’Alexandre Castagnetti sur les tribulations d’adolescents, dont un joué par Alexandre Achdjian.

JPEG - 206 ko

Benjamin hérite injustement de deux heures de colle un samedi. Il réalise une fois sur place que Leila, la fille dont il est secrètement amoureux, est également collée. Et mieux encore : elle vient s’asseoir à côté de lui. Pourtant, il se rend compte qu’il est bloqué dans une boucle temporelle : s’il s’éloigne de Leila plus de trois minutes, il est renvoyé au début de la colle ! Coller aux basques de Leila jusqu’à la sortie, obtenir un baiser de gré ou de force, Benjamin va tout tenter pour sortir de ce piège, en se coltinant un pion tortionnaire, un gardien libidineux, une infirmière un peu spéciale et la pire bande de cancres du lycée...

Et parmi ses cancres se trouvent LE beau gosse du lycée, celui qui a trop le swag et sur qui Leila craque : Max. Cet ado est interprété par le jeune comédien Alexandre Achdjian, vu dans la série Les Lascars.

JPEG - 285.2 ko

D’origine arménienne par son père et centrafricaine par sa mère, il a passé son enfance à Évry et à Johannesbourg. En 2010, il est découvert par Antoine Carrard, directeur de casting pour Les Lascars, grâce à une vidéo postée sur YouTube dans laquelle il rappait dans le RER. Sa passion pour le cinéma est née grâce à la grande DVDtheque de son père. Passionné de hip-hop et de rap depuis toujours, il compose et écrit des textes et, en plus d’être comédien, envisage de faire carrière dans la musique.

JPEG - 407.4 ko

A noter que la comédie La Colle a été co-produit par Eric Juhérian.

posté le 24 juillet 2017 par Claire/armenews

Claire Barbuti



Emotion
Évocation de Jacky Nercessian à la mémoire d’Isabelle Sadoyan

« -Tante Anna ?... tante Anna ?... elle est pas là tante Anna ? notre tante Anna nous a quitté Azad... Elle nous a quitté ? Mais pour aller où ? »

Elle était stupide ma question, puisque tante Anna ne quittait jamais la maison...

Isabelle Sadoyan, ma grande sœur vient de nous quitter. L’immense chagrin m’oblige à penser qu’elle va retrouver Jean Bouise et aussi un peu Omar.

JPEG - 57.5 ko

Photo Yves Agostini, Directeur de la photo sur le film

Voici la première réunion de la famille Zakarian + Apkar à l’invitation d’Henri Verneuil. Ce sont ce que l’on appelle des “essais lumières“ qui vont permettre à Henri et à toute l’équipe technique, assistants, lumière, effets spéciaux, costumes et maquillage-coiffure d’être prêts quelques semaines plus tard, pour le tournage en studio à Epinay sur Seine, de Mayrig.

C’est une heure avant cette photo que je rencontre pour la première fois Isabelle Sadoyan, Claudia Cardinale, Nathalie Roussel et Omar Sharif. J’ai peur. Je suis heureux, mais j’ai peur. J’ai tort. Car ce moment ouvre la porte à une amitié rare et indéfectible entre nous tous. Quoi qu’on en dise, c’est extrêmement peu courant dans notre monde artistique. Henri Verneuil a réussi cette magnifique alchimie, il voit dans l’oeilleton de la caméra, SA famille. Patrick Malakian et moi, avons des milliers d’anecdotes sur ce tournage intense en émotions. Nous avons ri et pleuré. Les applaudissements debout pendant vingt minutes à l’Opera de Marseille pour la première de Mayrig sont indescriptibles. Il y a quelques mois, quand j’ai montré puis envoyé cette photo à Isabelle, elle m’a dit - “on était jeunes !...“ je lui ai répondu qu’ elle était toujours jeune. Et Dieu sait que je le pensais vraiment !

Mayrig, est sorti sur les écrans le 27 novembre 1991, suivi de 588 rue Paradis, le 15 janvier 1992.

La cérémonie des funérailles d’Isabelle Sadoyan auront lieu à Lyon le lundi 17 juillet en l’église apostolique arménienne Saint-Jacques (Sourp Hagop) : 40 rue d’Arménie.

posté le 12 juillet 2017 par Jean Eckian/armenews