Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
France


MARSEILLE
La conférence du professeur Auron à l’école Hamazkayin

Après Paris le 16/11 et Décines le 17/11, Yaïr Auron accompagné de Varoujan Sirapian (Institut Tchobanian) et Harout Mardirossian (CDCA) est arrivé à Marseille le samedi 18 novembre pour la présentation/dédicace de son livre “Israël et le génocide des Arméniens“. Profitant de son passage à Marseille Yaïr Auron a visité l’association ARAM, une véritable ruche où sont conservés, archivés, numérisés nombreux documents, journaux, livres, revues... concernant la mémoire collective de la communauté arménienne de France et d’ailleurs. Fondée par Garbis Artin, aujourd’hui disparu, l’association est actuellement présidée par Jacques Ouloussian.

JPEG - 32.9 ko

Dans la soirée une quarantaine de personnes ont assisté à la conférence du professeur Auron, animée par Harout Mardirossian, poser des questions et faire dédicacer le livre.

JPEG - 30 ko

La tournée du professeur Auron continuera jusqu’au 22 novembre ; lundi 20 à la MCA de Paris, mardi 21 chez Medem et mercredi 22 au Centre culturel A. Manoogian.

Plus d’informations sur le lien plus bas

posté le 20 novembre 2017 par Ara/armenews
THEMES ABORDES : France  Israël  Israël 


FRANCE
Jean Eckian à l’écran

Notre ami et collaborateur, Jean Eckian, se fait doucement une place artistique, tant au cinéma qu’à la télévision et au théâtre. Ainsi, après l’incarnation de Jules Ferry, le voici ce dimanche dans l’émission de TF1 Reportages à 13h30, dans un docu-fiction retraçant l’affaire Georges Courtois, en président de tribunal (1). Il s’agit d’une silhouette muette, tout comme dans le film de Yvan Attal « Le Brio », duquel Camélia Jordana est d’ailleurs pressentie dans la présélection des César. Un film dans lequel la réplique de Jean en tant que bâtonnier, fut malheureusement coupée au montage.

Au théâtre il prépare une pièce écrite par Cyril Necker « La famille Scott », une comédie dans laquelle il sera un ancien malfrat d’origine italienne qui retrouve sa famille après une très longue absence.

On le verra également en 2018, en député de la Constituante, dans le film de Pierre Schoeller, au casting impressionnant « Un peuple et son roi », et dans le second long-métrage de Avénarius d’Ardronville, comme maire d’une petite ville de province dans « Le Grand perdu ». Son père, Parsegh, originaire de Yozgat, rescapé du génocide, était comédien et poète. Il jouait pour le théâtre Arménien, notamment au côté de madame Knarig, mère de Charles Aznavour.

Cette incursion à l’écran n’est pas nouvelle pour Jean Eckian, puisque dès son jeune âge, avant de devenir Directeur artistique chez CBS, il est apparu dans plusieurs longs-métrages, parmi lesquels : Cherchez l’Idole, de Michel Boisrond - Cent mille dollars au soleil, de Henri Verneuil - Paris brûle-t-il ?, de René Clément - Monnaie de singe , d’Yves Robert - Paris au mois d’août, de Pierre Granier-Deferre - Marie Tudor, d’Abel Gance (TV) - Angelique et le Roy, de Bernard Borderie - Pierrot le Fou, de Jean-Luc Godard...

(1) après le Journal de 13h, Tony Comiti Productions propose de revenir sur les affaires du serial killer des vieilles dames,Thierry Paulin, et sur la prise d’otages perpétrée par Georges Courtois et ses complices au Palais de justice de Nantes le 19 décembre 1985.

Quelques prestations

JPEG - 99.6 ko

L’Affaire Georges Courtois, de Alexandra Colineau

JPEG - 110.5 ko

Cinq hommes dangereux, de Samy Leroy

JPEG - 118 ko

êMe, de Déborah Levi

JPEG - 122.4 ko

Ferry et Clémenceau, de Joël Calmettes

JPEG - 85.8 ko

Johnny boy, de Marc-Eliel Chouraki

JPEG - 75.4 ko

Le Brio, de Yvan Attal

JPEG - 102.2 ko

Le Grand perdu, de Avénarius d’Ardonville

JPEG - 103.4 ko

Lune amie (clip), de Avénarius d’Ardonville

JPEG - 127.8 ko

Paris 1969, de Alexander Graeff

JPEG - 83.9 ko

Sonatine, de Valentin O’quin

JPEG - 141.8 ko

Un peuple et son Roi, de Pierre Schoeller

JPEG - 725.8 ko

Paris brûle-t-il ?, de René Clément

JPEG - 92 ko

Britannicus (théâtre)

JPEG - 109.2 ko

Passion (théâtre)

JPEG - 102.2 ko

Parsegh, le père de Jean (second rang au centre), théâtre Arménien

Jean nous apprend également qu’un nouveau film américain sur fond du génocide des Arméniens, tiré du bestseller de Chris Bohjalian « The Sandcastle Girls », est en cours de préparation dans des décors naturels authentiques. Il sera réalisé par Eric Nazarian. On attend une guest star d’Hollywood au générique.

posté le 19 novembre 2017 par Stéphane/armenews


PARIS
La devanture de l’immeuble du Centre culturel de l’UGAB a été vandalisée

La devanture de l’immeuble du Centre culturel de l’UGAB a été vandalisée samedi après-midi pendant les cours d’arménien lors des manifestations organisées à Paris.

L’UGAB condamne les auteurs de ces actes, une plainte sera déposée.

posté le 19 novembre 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  France  Image 450 


Télévision
RT France bientôt à l’antenne

La nouvelle chaîne d’infos RT France (Russia Today) devrait prendre l’antenne dans les semaines qui suivent après la finalisation des travaux de construction des plateaux et l’aménagement des bureaux localisés à Boulogne-Billancourt.

JPEG - 177.6 ko

La rédactrice en chef pour le monde, Margarita Simonyan, de passage à Paris, en a profité pour visiter la nouvelle création française qu’elle qualifie de “la plus branchée de Paris“. Environ 80 collaborateurs seront engagés plus 50 journalistes d’ores et déjà choisis. La rédactrice en chef France est Ksenia Fedorova. Il ne manquerait que des têtes d’affiche du journalisme.

RT détient déjà une rédaction à Londres, une aux USA, ainsi que deux chaînes en arabe et en espagnol gérées depuis Moscou pour une centaine de pays impactés.

JPEG - 295.8 ko

Margarita Simonyan (Simonian) est née le 6 avril 1980 dans la ville russe de Krasnodar, au sein d’une famille arménienne. Ses parents, propriétaires d’un restaurant dans la banlieue de Sotchi, sont des descendants de réfugiés arméniens de l’Empire ottoman. La famille de son père, originaire de Trebizonde, s’est installée en Crimée pendant le génocide arménien de 1915. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, cette famille a été déportée en Oural avec des milliers d’autres Arméniens de Hemsin. Son père est né à Iekaterinburg. Sa mère est née à Sotchi dans une famille arménienne qui a fui les massacres d’Arméniens à la fin du 19e siècle. Elle a décidé très tôt de devenir journaliste. Elle a d’abord travaillé pour le journal local, et ensuite pour une station de télévision locale, avec des études de journalisme à l’université d’État du Kouban.

Elle est mariée à un journaliste et réalisateur Andrey Blagodyrenko. Elle a donné naissance à leur fille, Mariana, en août 2013, puis en septembre 2014, à un fils, Bagrat, dont le père est le réalisateur de films Tigran Keosayan.

Margarita Simonyan parle couramment le russe et l’anglais, mais pas l’arménien : elle a expliqué que cette langue n’était pas parlée durant son enfance au domicile familial.

posté le 17 novembre 2017 par Jean Eckian/armenews
THEMES ABORDES : France  Télévision 


ARTE
Série de trois documentaires sur l’Arménie

Eddy Vicken, auteur et réalisateur de films documentaires, à tourné cet été trois films documentaires de 13’ consacrés à l’Arménie pour la chaîne Arte dans le cadre de l’émission Invitation au voyage diffusée tous les jours à 16h30.

Le premier film de cette série sur l’Arménie sera diffusé ce vendredi 17 novembre et s’intitule Les Vignes de Noé. Il est consacré à la tradition antique de viticulture en Arménie et nous mène au pays de l’Ararat, là où Noé planta la vigne après le Déluge. Nous découvrons également le monastère de Noravank où le père Sahag nous évoque l’importance du raisin dans le culte chrétien, ou encore le domaine viticole de Karas fondé au pied de l’Ararat par le bienfaiteur argentin Eduardo Eurnekian, sans oublier la grotte d’Areni, là où les plus vieux chais de vin furent découverts en compagnie de l’archéologue Boris Gasparyan.

JPEG - 813.8 ko

Deux autres sujets seront diffusés par la suite. Le premier le 22 novembre est consacré à Etchmiadzine et la tradition religieuse du premier royaume converti au christianisme, nous menant notamment à Khor Virap là où Saint Grégoire l’illuminateur fut enfermé par le roi Tiridate. Puis le troisième, probablement courant décembre, est consacré à Yerevan-Yerebouni, le renouveau d’une des plus vieilles villes du monde puisqu’elle fête l’an prochain son 2800e anniversaire.

JPEG - 8.6 ko

Eddy Vicken a débuté comme auteur et réalisateur d’une série intitulée Ces messieurs de la famille, dédiée aux français de l’âge d’or du cinéma. Pendant le tournage de ces portraits, il a collaboré avec des légendes vivantes telles que Jane Fonda, Claudia Cardinale et Brigitte Bardot.


Le défi de tourner des documentaires dans des lieux souvent hors de portée, interdits ou absolument isolés, sont autant de motivations à entreprendre ce type de films documentaires inédits, comme le fut son premier film consacré au Mont Athos, une république millénaire interdite aux femmes d’où les caméras sont proscrites. En 2017, il effectue plusieurs voyages en Syrie, pays qu’il a parcouru pour les besoins de son dernier film documentaire consacré aux années de guerre dans ce pays. Le film actuellement en cours de montage donne la parole à des personnes issues de toutes confessions en passant par Damas, Alep, Maaloula, Homs ou encore Kessap où vivent de nombreux Arméniens qui furent contraint à l’exil. Il sera achevé au premier trimestre 2018.

Plus d’infos : https://sites.arte.tv/invitation-voyage/fr/video/invitation-au-voyage-128

posté le 16 novembre 2017 par Claire/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  France  Image 450  Médias  Vin 


EXPOSITION-VENTE
Hommage à Jean Vendome « Le père de la joaillerie contemporaine »

UN BIJOU POUR NOEL & MILLON, Maison de Ventes aux Enchères Rendent hommage à Jean Vendome « Le père de la joaillerie contemporaine »

Le salon UN BIJOU POUR NOEL, en partenariat avec la Maison de Ventes aux Enchères MILLON, rendra hommage à Jean Vendome tout au long de la quatrième édition du salon. Dans les salons de la Société d’Encouragement pour l’Industrie Nationale, 4 place Saint-Germain-des-Prés à Paris, du 17 au 20 novembre, vous pourrez découvrir des pièces uniques de sa fabrication, des dessins, des photos, ainsi qu’un impressionnant collier qui sera mis en vente par la Maison MILLON lors de sa vente haute joaillerie début décembre. Plus d’informations sur www.millon.com Thierry Vendome, quant à lui, rendra hommage à son père par une conférence le dimanche 19 novembre à 15h. Nombre de places limitées, réservations via le site internet www.unbijoupournoel.fr

UN BIJOU POUR NOEL est le rendez-vous annuel incontournable de tous les passionnés de bijoux, de pierres précieuses, de pièces uniques, d’originalité et d’artisanat d’art. Dans le cadre intimiste d’un hôtel particulier de la rive gauche, UN BIJOU POUR NOEL réunit pendant 4 jours une sélection de créateurs pour une exposition-vente. Au cours de ces journées, le grand public a la possibilité de pouvoir échanger en direct avec les créateurs, de leur acheter un bijou ou de leur commander une pièce unique. La nouvelle édition du salon UN BIJOU POUR NOEL, organisé par Myrtille Mousson, aura lieu du vendredi 17 au lundi 20 novembre 2017 (vernissage sur invitation le jeudi 16 novembre). Entrée 5 euros.

posté le 15 novembre 2017 par Ara/armenews
THEMES ABORDES : Economie  France  Image 450 


FRANCE/TURQUIE
La Turquie rouvre ses frontières aux bovins français

Paris, (AFP) - La Turquie a rouvert son marché aux exportations de bovins vifs français, après l’avoir fermé pendant deux ans à la suite de la découverte d’une maladie en France, a indiqué lundi le ministère de l’Agriculture.

“Après deux ans de négociations entre les services vétérinaires français et turcs, la Turquie vient d’accepter de rouvrir son marché aux exportations de bovins français“, indique le ministère dans un communiqué.

La Turquie lève ainsi un embargo en place depuis la détection en France, en septembre 2015, du sérotype 8 du virus de la fièvre catarrhale ovine (FCO). Cependant, les conditions demandées par les autorités turques pour exporter sont strictes, assure le communiqué : “zone d’exclusion autour des foyers de FCO, vaccination et dépistage préalables des bovins exportés, protection des animaux vis-à-vis des insectes vecteurs“.

La FCO est une maladie virale, transmise par des moucherons (culicoides) aux ruminants domestiques (ovins, bovins, caprins) et sauvages. Deux sérotypes du virus (le numéro 8 et, tout récemment, le numéro 4) sévissent en France continentale.

Cette maladie est strictement animale et n’a aucune incidence sur la sécurité sanitaire des denrées (viande, lait, etc), assure le communiqué. Difficile d’accès pendant de longues années, le marché turc s’était fermé après la reconnaissance par la France du génocide arménien en décembre 2011. Il avait rouvert en 2015.

De janvier à septembre 2015, la France avait expédié 70.000 animaux en Turquie et les éleveurs français espéraient alors pouvoir exporter dans ce pays au carrefour de l’Orient et de l’Occident jusqu’à 200.000 bovins (vifs) annuellement.

posté le 14 novembre 2017 par Ara/armenews
THEMES ABORDES : Economie  France  Image 450  Turquie 


PHOTOGRAPHIE
Double exposition pour Rajak Ohanian

Double première pour la galerie Michel Descours en cet automne 2017 ! Pour la première fois, elle présence simultanément deux expositions dans ses locaux : la sixième édition de Varia, qui rassemble une trentaine de peintures et dessins du XVIe aux XXe siècles récemment acquis, ainsi qu’une exposition contemporaine de l’artiste lyonnais Rajak Ohanian (né en 1933), premier événement que la galerie dédie au médium photographique.

Seront montrées consécutivement deux séries de Rajak Ohanian inspirées par le récit de la création des éléments narré par Ovide : Métamorphoses I, réalisée de 1991 à 1993 en Bretagne, dont le thème principal est la rencontre du minéral et de l’eau (du 23 novembre 2017 au 13 janvier 2018) ; puis Métamorphoses II, réalisée entre 2007 et 2009 dans les Cévennes, où apparait le végétal, les prémices de la vie (du 17 janvier au 3 mars 2018). Cet événement coïncide avec le 2000e anniversaire de la mort d’Ovide et avec la publication cet automne, aux éditions de L’Ogre, d’une nouvelle traduction des Métamorphoses entreprise il y a une dizaine d’années par Marie Cosnay.

JPEG - 280.3 ko

Pour créer un ensemble d’images, Rajak Ohanian part pendant près de deux ans, s’installe durablement dans un lieu, multiplie les rencontres, les lectures, les expériences sur un territoire particulier. Ainsi, le travail s’inscrit dans une temporalité relativement longue. Se sédimente progressivement. Puis se densifie encore au moment de tirer les photographies au retour à l’atelier. Les écrivains Annie Le Brun et Bernard Noël, qui ont écrit respectivement sur Métamorphoses I et sur Métamorphoses II au moment de leurs réalisations, disent comment Rajak Ohanian fait émerger le monde dans l’invisible, fixant ce qui se dérobe entre l’apparition et la disparition. David Collin offre pour sa part une lecture littéraire de l’oeuvre en convoquant Georges Perros, Gaston Bachelard - souvent cité par Ohanian - ainsi que le poète breton Eugène Guillevic dont il retient quelques mots pour tenter de définir la recherche de Rajak Ohanian : « Je m’aménage un lieu / Avec ce paysage / Qui tournait au chaos. / Dans ce qu’il deviendra / Je suis pour quelque chose. Peut-être j’y jouerai / [...] J’y règnerai jusqu’à la nuit ». La galerie Michel Descours édite un fascicule de 28 pages rassemblant des textes d’Annie Le Brun, Bernard Noël et David Collin (disponible dès le 23 novembre).

Galerie Michel Descours - 44 rue Auguste-Comte - 69002 Lyon

- Métamorphoses I, réalisée sur le littoral breton entre 1991 et 1993 (16 photographies)
Du 23 novembre 2017 au 13 janvier 2018
- Métamorphoses II, réalisée dans les Cévènes entre 2007 et 2009 (21 photographies)
Du 17 janvier au 3 mars 2018

posté le 13 novembre 2017 par Claire/armenews
THEMES ABORDES : Culture  France  Lyon  Photo 


SEINE-SAINT-DENIS
Ordre du Mérite National pour Michel Hairabédian

Le 11 novembre à la Préfecture de la Seine-Saint-Denis, l’Ordre du Mérite National a été remis à Monsieur Michel Hairabédian.
En présence d’une foule nombreuse qui était présente malgré une pluie fournie.

JPEG - 718.3 ko

C’est le Préfet Pierre-André DURAND qui personnellement agrafé cette décoration.

JPEG - 765.2 ko

Ancien combattant dans de très nombreuses campagnes c’est une récompense bien méritée.
Photos Edouard Vartanian

posté le 13 novembre 2017 par Ara/armenews
THEMES ABORDES : France  Image 450