Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Santé


ECONOMIE
La Russie pourrait restreindre les importations de légumes arméniens

Citant des préoccupations de sécurité alimentaire, une agence gouvernementale russe a averti qu’elle pourrait imposer des restrictions temporaires sur les importations croissantes de tomates et de concombres en provenance d’Arménie.

Rosselkhoznadzor, chien de garde de la sécurité agricole, a déclaré jeudi dernier avoir trouvé des « organismes de quarantaine » dans sept envois de tomates et de concombres que les exportateurs arméniens ont tenté d’expédier en Russie via la Géorgie du 3 au 9 mai. En conséquence, les produits agricoles ont été renvoyés en Arménie, selon un communiqué.

La déclaration a exigé que le ministère arménien de l’Agriculture lance une enquête et “prenne des mesures pour empêcher de tels cas“. Sinon, la Russie sera contrainte de restreindre les importations agricoles arméniennes, a-t-il prévenu.

Le Service d’Etat pour la sécurité alimentaire du ministère arménien a répondu vendredi qu’il “clarifie maintenant les détails de l’incident“. “Le Service a déjà pris les mesures nécessaires pour renforcer les contrôles sur la sécurité des fruits et légumes exportés“.

Au cours des dernières années, Rosselkhoznadzor a invoqué des préoccupations de sécurité similaires pour interdire ou restreindre les importations de produits alimentaires en provenance de pays en désaccord avec la Russie, notamment l’Ukraine, la Moldavie et la Géorgie. Son dernier geste a donc alimenté la spéculation que Moscou envoie un avertissement à la nouvelle direction politique de l’Arménie qui a pris le pouvoir à la suite des manifestations massives qui ont renversé le Premier ministre Serge Sarkissian le 23 avril.

La représentante commerciale de l’Arménie à Moscou, Karen Asoyan, a rejeté ces allégations. “Il n’y a rien d’extraordinaire, a-t-il dit. Ceci est juste un avertissement, pas une restriction.“

Selon Asoyan, les inspecteurs de la sécurité alimentaire russes ont signalé des problèmes similaires avec les importations agricoles arméniennes à plusieurs reprises l’année dernière et les deux parties ont « coopéré » pour les régler.

Le président russe Vladimir Poutine a félicité le leader de la protestation, Nikol Pashinian, d’être devenu le Premier ministre arménien le 8 mai. Les deux hommes doivent se rencontrer aujourd’hui en marge du sommet de l’Union économique eurasiatique qui se tiend dans la ville russe de Sotchi.

Les exportations arméniennes vers la Russie ont augmenté rapidement au cours des dernières années. Les produits agricoles représentent une grande partie de ces exportations.

posté le 14 mai 2018 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



Santé
Charles Aznavour brièvement hospitalisé après une mauvaise chute

Le chanteur français Charles Aznavour, 93 ans, s’est brisé l’humérus après une chute à son domicile à Mouriès près d’ Arles (Bouches-du-Rhône), a-t-on appris samedi auprès de son attachée de presse. « Il n’y a rien de grave. Charles Aznavour s’est fracturé l’humérus », a confié l’attachée de presse contactée par l’AFP après des informations de BFMTV indiquant que le chanteur avait été hospitalisé à Nîmes.

La suite, voir lien plus bas

posté le 12 mai 2018 par Jean Eckian/armenews
THEMES ABORDES : Aznavour  Image 450  Santé 


Russie
Charles Aznavour brièvement hospitalisé à Saint-Petersbourg

L’agence TASS a lancé une dépêche mercredi selon laquelle Charles Aznavour, 93 ans, a été emmené à l’hôpital après une répétition avant le concert qu’il devait donner à Saint-Pétersbourg.

C’est Emma Lavrinovich, directrice du Oktyabrsky Concert Hall, qui en a informé TASS. « Charles Aznavour s’est senti mal pendant une répétition. Il a été emmené à l’hôpital. Le concert a été reporté jusqu’à la saison prochaine“, a déclaré Emma Lavrinovich. Selon son attaché de presse, Charles s’est « fait un tour de reins » pendant les répétitions. Brièvement hospitalisé, il rentrera jeudi en France. Il s’agirait d’un “simple spasme musculaire“ ont indiqué les médecins.

Le chanteur avait déjà eu un coup de fatigue avant son concert à Barcelone le 20 avril.

Depuis quelques années il a entrepris de chanter aux quatre coins de la planète sans discontinuer. Nous lui souhaitons un très prompt rétablissement.

Photo : après son concert de 2016 au Palais des Sports à Paris

posté le 26 avril 2018 par Jean Eckian/armenews
THEMES ABORDES : Aznavour  Chanson  Santé 


SOCIETE
« Arménie & Autisme » : le projet de l’association Mélissa, l’Union de tous

En Arménie, bien que bénéficiant d’une réelle ouverture d’esprit face au handicap, il semble que la situation des autistes sur place soit proche de la déshérence “ : c’est le constat auquel a abouti l’association Mélissa, l’Union de tous, créée en 2009 par Jacqueline Donmez aidée de ses deux soeurs.

En tant que franco-arménienne et maman d’une enfant avec autisme, cette situation m’a motivé et encouragé à mobiliser notre association à monter notre projet “Arménie & Autisme“ en faveur des autistes sur le sol arménien, et, ainsi porter haut et fort les couleurs du drapeau arménien “, explique Jacqueline Donmez.

JPEG - 136.6 ko

Lors d’un entretien avec l’ambassadeur en France d’alors Viguen Tchitetchian le 21 mars 2018, Jacqueline Donmez a parlé de cette problématique et expliqué quel était précisément son projet : tout d’abord recenser (si possible via le ministère de la Santé) le pourcentage de personnes concernées par l’autisme (avec diagnostic) et, le cas échéant, voir comment proposer des actions adéquates en Arménie en collaboration avec l’ambassade. Une visite sur place est prévue pour mieux se rendre compte des besoins, et permettre par la suite de développer un centre en Arménie, prendre en charge les soins somatiques des personnes autistes, proposer des formations par des professionnels formées aux méthodes cognitives et comportementales, développer l’inclusion scolaire, ... Une belle initiative à suivre.

posté le 4 avril 2018 par Claire/armenews


SANTE PUBLIQUE
Une loi anti-tabac en cours d’élaboration

Aleksandr Bazarchyan, directeur de l’Institut national de la santé, a annoncé hier qu’un projet de loi du ministère de la Santé introduirait une interdiction complète de fumer dans les cafés, restaurants et autres lieux publics. Une lourde amende sera infligée aux personnes qui enfreindront cette loi.

Selon diverses estimations, environ 60% de la population masculine de l’Arménie est un fumeur régulier. Le taux de tabagisme chez les femmes est de 3%. Cependant, dans la capitale Erevan, environ 10% des femmes âgées de 30 à 40 ans fument.

Le ministère affirme que cette mesure fait partie d’une stratégie visant à réduire le nombre de fumeurs car la dépendance au tabac serait la principale cause de cancer du poumon.

En vertu du projet de loi actuel, les personnes qui fument dans les cafés, les bars, les restaurants, les bureaux du gouvernement et d’autres lieux publics seraient passibles d’une amende de 250 000 drams (520 dollars). Une récidive entraînerait une amende de 500 000 drams (1 040 dollars).

Selon Bazarchyan, toutes les propositions que le ministère a reçues jusqu’à présent seront étudiées dans les prochains mois et la version finale du projet de loi sera soumise au Parlement d’ici la fin de l’année.

Il a expliqué que le tarif proposé des amendes sera étudié, sans donner plus de précision. Il a également déclaré que le projet de loi précisera les structures qui seront investies du pouvoir d’examiner comment la loi éventuelle sera respectée et d’imposer des amendes aux contrevenants.

Akaki Dzoidze, président d’une commission parlementaire géorgienne sur les questions de santé, qui étaient présents à la même conférence de presse, a noté que le prix de l’amende devrait vraiment motiver à arrêter de fumer.

À titre d’exemple, il a expliqué qu’en Géorgie, l’amende pour avoir enfreint la loi pour la première fois est l’équivalent de 50 $, et 100 $ pour une récidive (soit respectivement de 250 et 500 dollars).

posté le 21 mars 2018 par Claire/armenews


EDUCATION ET SANTE
L’opposition veut interdire toute campagne pour les professionnels des deux secteurs

Un député de l’opposition a prétendu que la nouvelle modification législative proposée par le gouvernement limitant la capacité des travailleurs de l’éducation et des services médicaux à faire campagne pour un candidat pendant les élections laissait encore la place à des actes criminels et anti-démocratiques.

Pendant des années, les travailleurs des écoles publiques, des jardins d’enfants et des institutions de santé publiques en Arménie ont été considérés comme des agents d’influence clés du gouvernement pendant les élections.

A l’approche des élections parlementaires de l’année dernière, un groupe civique local a déclaré que ses militants se présentant comme des représentants du Parti républicain (HHK) avaient téléphoné à 136 écoles et directeurs de jardins d’enfants en Arménie.

L’Union des Citoyens informés (UIC) a déclaré que des listes ont été soumises à des organismes gouvernementaux locaux ou à des bureaux de campagne du HHK. Ils ont également diffusé des enregistrements audio de ces conversations téléphoniques.

Le HHK a admis que de nombreux directeurs d’école ont participé à sa campagne électorale. Mais ils ont affirmé qu’ils l’ont fait « hors de leurs heures de travail et de leurs tâches ». Le parti dirigé par le président Serge Sarkissian a également nié avoir illégalement fait pression sur leurs états-majors et leurs proches.

Alors que les autorités n’ont pas donné suite aux informations communiquées par le groupe civique, 30 directeurs d’école ont intenté une poursuite en diffamation contre l’UIT et l’un de ses dirigeants, Daniel Ioannisian, demande des excuses officielles et 125 000 $ de dommages et intérêts pour leur « honneur et dignité ». Finalement, ils ont abandonné le procès et ont été fortement critiqués par l’opposition arménienne et la société civile, mais défendus par le HHK.

La loi électorale arménienne interdit totalement aux juges, aux employés des forces de l’ordre et aux militaires de faire campagne pendant les élections. Les amendements demandés par le gouvernement interdisent également aux professionnels de la santé, aux enseignants des universités, des écoles et des jardins d’enfants, ainsi qu’aux fonctionnaires, de faire campagne pendant leurs heures de travail ou à titre professionnel.

Lors d’un débat sur les amendements du Code électoral au comité parlementaire permanent sur les questions d’Etat et de droit jeudi, le député Gevork Petrosian de la faction d’opposition Tsarukian a exprimé sa préoccupation sur le fait que la mesure ne résoudra pas le problème, appelant à une interdiction totale des campagnes électorales pour les directeurs d’école, les enseignants et les travailleurs de la santé.

“S’il est adopté dans sa forme actuelle, le Code électoral laissera la place à l’utilisation généralisée du personnel enseignant dans les processus électoraux prétendument en dehors des heures de travail“, a prévenu M. Petrosian.

Le vice-ministre de la Justice Artur Hovannisian, qui a participé au débat, a expliqué que le fait d’empêcher totalement les enseignants et les médecins de faire campagne pendant les élections restreindra leurs droits constitutionnels. “Cela limiterait leurs droits fondamentaux, et nous ne pouvons pas le faire“, a tranché le responsable.

Gevork Kostanian, le chef du comité, a ajouté que l’interdiction faite aux enseignants et aux médecins de faire campagne pour les candidats dans le cadre de leur travail devrait dissiper les inquiétudes de l’opposition. “En d’autres termes, les enseignants ou les agents de santé ne peuvent pas téléphoner aux parents des enfants ou à leurs patients et leur demander quelque chose [lié aux élections] parce qu’ils n’auront aucun motif pour cela. Ils ne peuvent le faire que s’ils sont, par exemple, des amis “, a-t-il précisé.

Les amendements ont finalement été approuvés par le comité dominé par le HHK et ont été inclus dans l’ordre du jour du Parlement. Le projet de loi en question suggère également de criminaliser l’utilisation des ressources administratives pendant les élections : tout auteur de cela sera passible d’une peine d’emprisonnement de trois à cinq ans. Les amendements au Code électoral prévoient également une responsabilité pénale pour la médiation dans l’achat de voix, avec un risque de peine d’emprisonnement allant de 1 à 5 ans.

posté le 19 mars 2018 par Claire/armenews


SANTE
Un officiel concède des problèmes avec les restrictions de ventes pharmaceutiques

Un haut responsable du ministère de la Santé à Erevan a reconnu certaines difficultés rencontrées par les professionnels du domaine de la santé publique liés à l’introduction d’un système controversé de restriction des ventes de médicaments après que le gouvernement arménien a suspendu le processus en début de semaine.

Des queues de clients sont apparues dans les pharmacies d’Erevan et d’autres villes d’Arménie le 28 février, la veille de l’entrée en vigueur progressive d’une interdiction par le gouvernement de vendre sans ordonnance des antibiotiques et d’autres types de médicaments. La confusion a persisté également les jours suivants, car de nombreux clients n’étaient pas au courant des restrictions ou avaient des problèmes avec les médecins pour qu’ils leur écrivent les prescriptions appropriées.

Depuis le 1er mars, les pharmacies ne pouvaient plus vendre, sans prescription, des antibiotiques, des médicaments hormonaux et des analgésiques contenant de la codéine notamment, soit environ 2 700 des 4 700 médicaments légalement achetés en Arménie. Les fonctionnaires du ministère ont déclaré que la mesure est nécessaire pour freiner l’auto-traitement, qui peut causer des dommages graves sur la santé des gens.

Répondant à un mécontentement généralisé parmi la population, le gouvernement arménien a décidé hier d’assouplir l’interdiction. L’interdiction actuelle ne concerne que les antibiotiques, les psychotropes et les antiviraux. Les interdictions de vente de médicaments en vente libre et de médicaments hormonaux en vente libre n’entreront en vigueur respectivement qu’en juillet et en octobre.

Le vice-ministre de la Santé, Sergey Khachatrian, a admis avoir eu certaines préoccupations avant même l’introduction du nouveau système. Et ces préoccupations, a t-il ajouté, se sont confirmées le tout premier jour. “Bien que beaucoup de travail préparatoire ait été fait, dans la pratique, un certain nombre de problèmes ont commencé à se poser en ce qui concerne le remplissage des ordonnances, les visites médicales des patients, les listes de médicaments en vente libre et de vente sur ordonnance. Mais maintenant, nous surveillons ces problèmes et trouvons des solutions “, a assuré le responsable.

posté le 8 mars 2018 par Claire/armenews


SANTE PUBLIQUE
Des substances toxiques retrouvées dans les fruits et légumes

Des chercheurs de l’Académie nationale des sciences d’Arménie ont affirmé hier avoir trouvé des concentrations élevées de substances toxiques dans les fruits et légumes vendus à Erevan.

Un centre de recherche de l’académie financée par l’Etat a affirmé que les tomates, les pommes, les poivrons, les carottes et les légumes examinés étaient dangereusement riches en métaux lourds toxiques tels que le cuivre, le mercure et le plomb.

Davit Pipoyan, responsable du centre de sécurité alimentaire, a averti que ces risques menaçaient gravement la vie des consommateurs. Les métaux lourds sont spécifiquement connus pour causer le cancer, a-t-il précisé.

Pipoyan a déclaré que les chercheurs de son centre ne pouvaient pas déterminer dans quelles parties de l’Arménie les produits agricoles contaminés étaient cultivés. Il a également noté à ce propos qu’une autre étude menée récemment dans un village arménien du sud-est près d’une mine de cuivre a révélé des concentrations encore plus élevées de métaux toxiques dans les cultures des agriculteurs locaux.

Le Service d’État pour la sécurité sanitaire des aliments de l’Arménie a déclaré qu’il ne pouvait pas commenter les allégations des scientifiques avant de procéder à un examen plus approfondi et à plus grande échelle des produits agricoles vendus dans les marchés et les épiceries. Une telle recherche devrait être lancée dans les prochains mois, a ajouté une porte-parole de l’agence gouvernementale, Nvard Arakelian.

“Le problème n’est pas nouveau“, a expliqué Arakelian au service arménien de RFE / RL. “Le problème nécessite une solution systémique et globale. “

Pour sa part, le ministère arménien de la Santé a déclaré qu’il commentera la question ultérieurement.

posté le 7 décembre 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



HAUT-KARABAGH
3 soldats arméniens tués et un blessé dans l’explosion d’une mine antichar

Trois militaires de l’armée arménienne du Haut-Karabagh ont été tués et un autre a été grièvement blessé dans une explosion de mine signalée à l’une des unités militaires stationnées au nord-est de la ligne de contact avec les forces armées azerbaïdjanaises.

Le ministère de la Défense du Haut-Karabagh a indiqué que l’incident s’était produit mardi soir. Il a identifié les militaires tués comme étant Gegham Zakarian, un lieutenant de 22 ans, Sargis Abrahamian, un soldat de 19 ans, et Sargis Melikian, un soldat de 20 ans.

Narek Hoveyan, un jeune homme de 19 ans, est actuellement soigné par des médecins, son état est jugé très sérieux, selon la même source.

“L’enquête est en cours pour établir les circonstances exactes de l’incident“, a commenté l’armée du Haut-Karabagh.

Le Comité d’enquête arménien a déclaré, pour sa part, que l’une de ses unités enquêtait sur les circonstances de la mort des militaires au Karabagh.

Il a ajouté que les militaires ont été tués par une mine antichar pendant qu’ils effectuaient des travaux d’ingénierie.

Le comité d’enquête a précisé qu’une affaire criminelle a été ouverte sur les bases d’un article du code pénal traitant de « violation des règles de manipulation d’armes et de munitions, qui ont causé la mort de plus de deux personnes ».

Le dernier incident mortel au Nagorno-Karabakh intervient peu après une tournée régionale du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov qui s’est rendu à Bakou et Erevan les 19 et 21 novembre pour discuter avec les dirigeants politiques de l’Azerbaïdjan et de l’Arménie du dossier du Haut-Karabagh.

posté le 23 novembre 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200