Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Ohanian


POLITIQUE
Seyran Ohanian dénonce la « campagne de dénigrement » qu’il subit

L’ancien ministre de la Défense, Seyran Ohanian, a dénoncé hier ce qu’il a appelé la “campagne de dénigrement“ menée contre lui et d’autres dirigeants d’une nouvelle alliance électorale de l’opposition.

Ohanian a assuré qu’il n’était pas intimidé par les médias qui affirme qu’il pourrait être poursuivi pour corruption.

“Je ne suis généralement pas préoccupé par quoi que ce soit parce que je crois que la façon dont j’ai servi mon pays et ma patrie était juste et que s’il y existait des problèmes, ils auraient émergé plus tôt“, a-t-il déclaré.

“Je n’ai pas peur et je pense que ce ne sont que des spéculations“, a t-il ajouté. “La sphère médiatique est maintenant inondée de diverses revendications dont la cible principale est moi.“

Ohanian a affirmé qu’il était visé parce que le bloc d’opposition dirigé par lui et les anciens ministres des Affaires étrangères Vartan Oskanian et Raffi Hovannisian est “la seule force hors contrôle“ des autorités arméniennes.

Lorsqu’on lui a demandé si les autorités pouvaient engager des poursuites pénales contre lui, le général de l’armée à la retraite a répondu : « C’est leur problème, laissez-les réfléchir. » Il a également précisé que lui et ses alliés ne quitteraient pas la campagne électorale.

Ohanian a été licencié en octobre après plus de huit ans au gouvernement. Peu de temps après, il a commené à critiquer le gouvernement et a annoncé son intention de participer aux élections du 2 avril. Son alliance avec Oskanian et Hovannisian a été formellement établie la semaine dernière.

Lors d’une rencontre avec les hauts responsables de l’armée arménienne lundi, le président Serge Sarkissian a mis en garde contre les “discussions interpartites“ dans les rangs de l’armée à l’approche des élections. “En outre, je vous avertis tous que de telles tentatives seraient simplement punis“, a t-il prévenu.

Certains observateurs ont suggéré que l’avertissement était adressé aux officiers de l’armée soutenant Ohanian. L’ancien ministre n’a pas souhaité se prononcer, disant seulement : « Demandez à Serge Sarkissian ».

posté le 23 février 2017 par Claire/armenews


ARMENIE
L’ancien ministre Ohanian renonce à s’allier avec le parti républicain

L’ancien ministre de la Défense, Seyran Ohanian, a déclaré vendredi que l’alliance qu’il a formé avec deux grands partis d’opposition n’entrerait pas dans un gouvernement de coalition avec le président Serge Sarkissian pour les prochaines élections législatives arméniennes.

Ohanian a expliqué qu’il a de sérieuses différences avec Sarkissian et le parti républicain en dépit du fait qu’il ait occupé une position dominante au gouvernement pendant plus de huit années.

“Je n’ai aucun problème avec le président, sauf que nous avons des points de vue différents sur la formation et la gestion de notre système d’Etat“, a t-il déclaré lors d’une conférence de presse conjointe avec Vartan Oskanian, un ancien ministre des Affaires étrangères.

Ohanian, Oskanian et Raffi Hovannisian, le chef d’un autre parti d’opposition, Zharangutyun (Heritage), ont officiellement mis en place leur alliance électorale lundi dernier. Une déclaration conjointe appelle à la formation d’un « nouveau type de gouvernement » dans le pays.

“Notre bloc pense que le gouvernement doit être changé“, a affirmé Ohanian. « Si nous arrivons au pouvoir ou si nous obtenons un vote correspondant, je pense que la coopération avec le Parti républicain sera sans signification parce qu’elle maintiendra intact le système existant“.

Sarkissian a licencié Ohanian en octobre dans le cadre d’un remaniement majeur du gouvernement.

L’ancien chef de la défense a annoncé sa décision de participer aux élections parlementaires du 2 avril prochain en 2016. Il a de plus en plus critiqué l’état des choses dans le pays depuis lors.

Ohanian a réclamé à la fin du mois dernier que l’Arménie risquerait des troubles violents à moins qu’elle ne subisse “des changements systémiques.“ Un représentant du HHK a condamné cette déclaration comme étant un “chantage“.

L’ancien ministre et ancien général de l’armée retraité a de nouveau soutenu les revendications de l’opposition selon lesquelles il y aurait des prisonniers politiques dans le pays, mais a refusé de les nommer. “Nous ferons tout pour nous assurer qu’il n’y a pas de prisonniers politiques en Arménie“, a-t-il promis.

Certains dirigeants de l’opposition ont rejeté ces déclarations comme étant des insultes, affirmant qu’Ohanian était impliqué dans la répression du gouvernement de 2008 contre l’opposition et n’a jamais objecté à l’emprisonnement des opposants politiques de Sarkisian avant son licenciement.

posté le 20 février 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



OPPOSITION
L’ancien ministre Seyran Ohanian continue de critiquer le gouvernement

L’ancien ministre de la Défense Seyran Ohanian a continué de critiquer l’état des choses en Arménie vendredi, affirmant que le pays est assailli par un niveau élevé d’inégalité de revenu et d’injustice sociale.

“La polarisation existant dans la société arménienne a atteint une échelle inacceptable, a dénoncé Ohanian dans sa dernière vidéo publiée sur Facebook. Nous avons vraiment besoin de liberté et de justice. Rompons toutes les barrières qui entravent notre liberté et notre justice“.

“Nous en avons assez de tolérer la concentration de l’ensemble des ressources du pays dans les mains d’un petit nombre de personnes“, a t-il ajouté.

Ohanian, qui a été ministre de la Défense de 2008 à 2016, a également déploré les revenus modestes de la plupart des Arméniens, et des employés du secteur public en particulier. Il a affirmé que l’Etat doit assurer un “avenir digne et prospère“, mais n’a pas proposé de changements concrets dans les politiques socio-économiques du gouvernement.

Ohanian, qui a été renvoyé en octobre, est de plus en plus critique envers le gouvernement depuis qu’il a annoncé en décembre sa décision de participer aux élections législatives prévues pour le 2 avril. Il a parlé de “la méfiance grandissante de la population vis-à-vis des autorités“, qui ne pourrait être contré selon lui que par des “changements systémiques“.

Un membre de premier plan du Parti républicain du président Serge Sarkissian a rejeté l’avertissement comme étant “du chantage“ plus tôt cette semaine.

Des représentants de HHK ont souligné qu’Ohanian attaquait maintenant un gouvernement dont il a été un membre clé pendant plus de huit ans.

Ohanian devrait probablement rejoindre une nouvelle alliance électorale qui a été formée par quatre partis d’opposition. L’un de ces partis est dirigé par l’ancien ministre des Affaires étrangères, Vartan Oskanian.

posté le 6 février 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE
Le vice-président du HHK dénonce le « chantage » de Seyran Ohanian

Un vice-président du parti républicain (HHK) a déploré hier l’affirmation de l’ancien ministre de la Défense, Seyran Ohanian. Ce dernier a dit que le pays risquerait de subir des troubles violents à moins qu’il ne subisse des « changements systémiques ».

Armen Ashotian a expliqué que cette déclaration pouvait être assimilée à un “chantage“.

Ohanian, qui a été renvoyé en octobre, est de plus en plus critique vis-à-vis du gouvernement depuis qu’il a annoncé à la fin de l’année dernière sa décision de participer aux élections législatives prévues pour le 2 avril. Il a notamment parlé de “la méfiance croissante concernant les autorités“.

“Si nous échouons à changer le système vicieux existant, et ce pacifiquement au moyen d’élections, alors nous serons confrontés à un danger de coups d’Etat ou de bouleversements révolutionnaires sanglants“, a averti Ohanian le 26 janvier.

“Je pense qu’utiliser le chantage ne témoigne pas d’une culture politique et d’une grande maturité“, a commenté Ashotian. “S’il a vraiment dit cela, alors c’est du chantage“, a t-il ajouté.

Ashotian a prétendu que l’Arménie ne pouvait pas se permettre de passer à nouveau par ce genre de troubles sanglants, comme en 2008. « Je pense que tout le monde a appris de ces leçons », a t-il témoigné. “Seyran Ohanian aurait dû être le premier à les apprendre.“

Ohanian était le chef de l’état-major de l’armée arménienne pendant la répression de mars 2008 contre les manifestants de l’opposition à Erevan. Il a été nommé ministre de la Défense peu de temps après ces événements dramatiques.

Ohanian devrait maintenant rejoindre une alliance électorale de plusieurs partis d’opposition. L’un de ces partis est dirigé par l’ancien ministre des Affaires étrangères, Vartan Oskanian.

posté le 2 février 2017 par Claire/armenews


POLITIQUE
L’ancien ministre Seyran Ohanian rejoint un bloc d’opposition

L’ancien ministre de la Défense Seyran Ohanian se joindra à une nouvelle alliance formée par l’opposition pour participer aux prochaines élections législatives en Arménie, a déclaré vendredi l’un des dirigeants de l’opposition, Vartan Oskanian.

“Je peux déjà confirmer qu’il sera certainement impliqué dans l’alliance“, a déclaré Oskanian au service arménien de RFE / RL (Azatutyun.am) lors d’une interview.

Hamakhmbum (Consolidation) d’Oskanian et deux autres groupes d’opposition ont annoncé la création de leur bloc mardi. Ils ont expliqué qu’ils chercheront conjointement à former un « nouveau type de gouvernement » à la suite des élections prévus pour le 2 avril. Le bloc est ouvert à de nouveaux membres, ont-ils précisé dans un communiqué.

La déclaration a suivi une nouvelle réunion entre Oskanian et Ohanian. Ce dernier a déclaré peu de temps avant cette réunion qu’il continuait à tenir des consultations avec divers partis et individus dans le but de créer un bloc électoral.

Ohanian a été congédié du poste de ministre de la Défense en octobre dans le cadre d’un remaniement gouvernemental initié par le président Serge Sarkissian. Il a dit en décembre qu’il « participera activement » aux élections parlementaires pour tenter de provoquer des changements politiques et économiques en Arménie.

“La présence conjointe de moi et Seyran Ohanian dans l’arène politique devrait offrir aux gens le genre d’alternative qu’ils veulent voir à la veille des élections“, a déclaré Oskanian.

Le leader du parti Hamakhmbum, qui a été ministre des Affaires étrangères de 1998 à 2008, a également admis qu’Ohanian pourrait figurer en tête de la liste des candidats à l’élection du bloc. “Je n’exclus pas cela, dit-il. C’est possible. Mais cette question n’a pas encore été discutée. “

Le bloc d’Oskanian pourrait également être rejoint par le parti Zharangutyun (héritage), une force d’opposition plus radicale. Le leader de Zharangutyun, Raffi Hovannisian, n’a pas exclu cette possibilité lundi dernier malgré de fortes objections exprimées par certains hauts responsables de son parti.

Ils pensent que Zharangutyun ne doit pas faire équipe avec Oskanian et Ohanian parce que les deux anciens ministres ont été impliqués dans la répression meurtrière contre les manifestants fidèles à l’ancien président Robert Kotcharian en 2008.

posté le 23 janvier 2017 par Claire/armenews


OPPOSITION
Le parti Zharangutyun n’exclut pas la possibilité de s’allier avec deux ex ministres

Un membre du parti Zharangutyun (Heritage) de Raffi Hovannisian n’a pas exclu la possibilité de former une alliance électorale avec l’ancien ministre des Affaires étrangères, Vartan Oskanian, et l’ancien ministre de la Défense, Seyran Ohanian.

Armen Martirosian, vice-président de Zharangutyun, a déclaré que lui-même et Hovannisian croient que leur parti aura une meilleure chance de parvenir à un changement de régime s’il s’associe avec d’autres groupes d’opposition avant les élections législatives du 2 avril. Il a précisé avoir déjà tenu des consultations avec des alliés potentiels.

Martirosian n’a pas exclu que le parti Zharangutyun s’associera avec Oskanian et Ohanian. Oskanian a affirmé le mois dernier qu’il avait rencontré Hovannisian et Ohanian récemment.

Selon Martirosian, le conseil d’administration du parti Zharangutyun prendra une décision définitive sur cette alliance électorale possible dans les prochains jours.

Au moins un membre du conseil d’administration, Zaruhi Postanjian, s’est exprimée publiquement contre un rapprochement avec Oskanian et Ohanian.

Mercredi, Postanjian a déclaré que les deux hommes étaient impliqués dans la répression mortelle post-électorale de 2008. Elle a précisé que Zharangutyun devrait coopérer avec eux seulement s’ils admettent leur responsabilité et acceptent de « comparaître devant une cour après les élections ».

Oskanian était ministre des Affaires étrangères, tandis qu’Ohianian était le chef de l’état-major de l’armée arménienne à l’époque. Ohanian a été chargé de faire respecter un état d’urgence qui a été décrété à Erevan suite à des affrontements entre les forces de sécurité et les manifestants de l’opposition.

Oskanian a fait une déclaration télévisée spéciale en direct du palais présidentiel à Erevan le 1 mars 2008, quelques heures seulement avant que huit partisans du leader de l’opposition Levon Ter-Petrosian et deux policiers aient été tués dans les violences. Il a averti Ter-Petrosian qu’il devait mettre fin aux manifestations.

Martirosian a soutenu qu’Oskanian n’a pas personnellement ordonné l’utilisation de forces létales contre les milliers de manifestants qui se sont barricadés dans le centre-ville d’Erevan. Il a également défendu Ohanian en rappelant que l’ancien ministre de la Défense est un vétéran décoré de la guerre du Haut-Karabagh. Ce fait lui fait espérer le fait que “Ohanian soit préoccupé par la situation dans le pays.“

Ohanian a été licencié en octobre dans le cadre d’un remaniement gouvernemental initié par le président Serge Sarkissian. Il a annoncé en décembre qu’il « participera » activement aux prochaines élections dans le but de provoquer des changements politiques et économiques en Arménie.

posté le 16 janvier 2017 par Claire/armenews


ELECTIONS LEGISLATIVES
Le parti d’Oskanian intensifie ses efforts en vue d’un bloc de l’opposition

Le parti Hamakhamm (Consolidation) de Vartan Oskanian, ancien ministre des Affaires étrangères, intensifie ses efforts dans le but de former une alliance avec d’autres forces de l’opposition en vue des prochaines élections législatives en Arménie.

“ Il ne reste plus beaucoup de temps. Je pense que nous aurons bientôt un résultat d’une manière ou d’une autre “, a déclaré hier Stepan Markarian, vice-président du parti.

Markarian est l’un des trois membres de l’« équipe de négociations » qui a été formée par le conseil d’administration du parti Hamakhmbum lundi. Selon une déclaration publiée par ce CA, l’équipe intensifiera des « discussions préliminaires » avec d’autres groupes et individus non spécifiés opposés au gouvernement arménien. Il a qualifié de “satisfaisantes“ les discussions qui ont eu lieu jusqu’à présent.

“La formation d’alliances a toujours été un processus difficile en Arménie, et pas seulement à cause des ambitions partisanes“, a commenté Markarian. « Notre tâche est de déterminer la limite des concessions que peuvent faire les différentes forces politiques ».

Le processus entre maintenant dans une « phase beaucoup plus concrète », a ajouté Markarian. Il a confirmé que le parti Zharangutyun (Patrimoine) de Raffi Hovannisian et l’ancien ministre de la Défense Seyran Ohanian sont parmi les alliés potentiels de Hamakhmbum.

“Nous avons un accord mutuel de ne rien divulguer jusqu’à ce qu’un accord définitif avec toutes les forces possibles soit trouvé“, a précisé Markarian.

Le vice-président de Zharangutyun, Armen Martirosian, a déclaré que son parti est prêt, en principe, à se joindre à Oskanian, qui a été ministre des Affaires étrangères de l’ancien président Robert Kocharian de 1998 à 2008. Le rôle présumé d’Oskanian dans la répression post-électorale de 2008 n’est pas un obstacle insurmontable à une telle coopération, a t-il dit.

Martirosian a soutenu que les partis d’opposition ne peuvent pas désassembler le gouvernement actuel par eux-mêmes et doivent donc conclure des alliances.

Oskanian a révélé le mois dernier qu’il avait rencontré Hovannisian, le dirigeant de Zharangutyun, ainsi qu’Ohanian peu après que ce dernier a été remercié du gouvernement en octobre. Il a exprimé l’espoir que l’ancien ministre de la Défense fera équipe avec son parti et d’autres groupes d’opposition.

Ohanian a annoncé sa décision de participer activement aux prochaines élections en décembre. Mais il n’a pas encore précisé pour quel parti.

Oskanian et ses alliés politiques ont créé Hamakhmbum en juin après avoir quitté le parti Arménie prospère (BHK), deuxième plus grande force dans l’actuel Parlement arménien.

posté le 11 janvier 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE
Ohanian participera aux législatives pour obtenir un changement de régime

L’ancien ministre de la Défense, Seyran Ohanian, participera aux prochaines élections législatives en Arménie dans le but d’obtenir un « changement de régime », a annoncé vendredi un chef de l’opposition.

Victor Dallakian, qui était un haut fonctionnaire jusqu’à récemment, a insisté sur le fait qu’Ohanian et son parti appelé la Troisième République sont prêts à former une alliance électorale qui pourrait également comprendre d’autres groupes d’opposition.

“Notre coopération ne se poursuit pas“, a déclaré Dallakian aux journalistes. “Notre coopération est de plus en plus profonde et cela a à voir avec le fait que les évaluations de notre parti et de Seyran Ohanian de la situation actuelle du pays et des manières d’en sortir sont identiques.“

“Nous sommes d’avis qu’il soit possible de parvenir pacifiquement à un changement de régime dans notre pays à la suite des élections législatives de manière unie et consolidée“, a-t-il déclaré.

Ohanian a annoncé sa décision de participer activement aux élections d’avril 2017 lundi, un peu plus de deux mois après avoir été remercié de son poste de ministre de la Défense lors d’un remaniement gouvernemental initié par le président Serge Sarkissian. Il a assuré qu’il s’efforcera de provoquer des changements politiques et économiques dans le pays, mais n’a pas nommé d’alliés politiques.

Ohanian a été nommé ministre de la Défense peu de temps après que Sarkissian soit devenu président en 2008. Il était le principal général de l’armée arménienne jusqu’alors.

“Seyran Ohanian n’est pas responsable de cette situation en Arménie“, a déclaré Dallakian après avoir présidé une conférence pré-électorale de son parti. “Une seule personne est responsable de cette situation en Arménie et cette personne est le président Serge Sarkissian.“

Dallakian a lancé des attaques cinglantes contre Sarkissian immédiatement après avoir démissionné début octobre en tant que vice-chef du personnel présidentiel responsable des relations avec le Parlement arménien. Il occupait ce poste depuis 2012.

Dallakian, qui était un député de l’opposition au début et au milieu des années 2000, a minimisé l’importance de ce travail, en soulignant qu’il a seulement effectué des « fonctions symboliques » dans le personnel de Sarkissian.

Dans un discours au congrès du parti, Dallakian a critiqué durement le président et a dit que les forces d’opposition devraient resserrer les rangs pour empêcher la victoire du Parti républicain au pouvoir aux prochaines élections. Il a affirmé que les autorités arméniennes vont tenter de bourrer les bulletins de vote et risquer ainsi des “cataclysmes révolutionnaires“ post-électoraux.

Ohanian a également été courtisé par Vartan Oskanian, un ancien ministre des Affaires étrangères très critique du gouvernement actuel. Oskanian a exprimé l’espoir plus tôt ce mois-ci que l’ancien chef de la défense fera équipe avec son parti Consolidation en juin.

posté le 26 décembre 2016 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE
Seyran Ohanian participera activement aux élections législatives

Deux mois après son licenciement, l’ancien ministre de la Défense, Seyran Ohanian, a annoncé hier qu’il participera « activement » aux prochaines élections législatives pour tenter d’apporter des changements politiques et économiques en Arménie.

Ohanian a laissé entendre qu’il se présentera contre le président Serge Sarkissian et son Parti républicain (HHK) lors de élections prévues pour avril. Mais il n’a pas critiqué explicitement le gouvernement arménien.

« J’ai décidé de participer activement aux processus politiques et, en particulier, électoraux (...) pour la sécurité de notre État et la réalisation de mes idées nationales », a écrit Ohanian sur sa nouvelle page Facebook.

Il a déclaré qu’il avait entamé « une série de consultations avec les forces politiques, les structures non gouvernementales, les personnalités et les intellectuels ». Il n’a donné le nom d’aucun d’entre eux, expliquant plutôt qu’il essaie de former une « équipe » politique qui cherchera à « former un nouveau type de système politique et économique en Arménie avec un nouveau type de gouvernance ».

Général de l’armée à la retraite, Ohanian a commandé les forces armées soutenues par l’Arménie du Haut-Karabagh de 1999 jusqu’à être nommé en 2007 par le président Robert Kotcharian chef de l’état-major de l’armée arménienne. Il est devenu ministre de la Défense en 2008 peu de temps après que Sarkissian succède à Kotcharian à la tête de l’Etat.

Ohanian a été remplacé en octobre par le chef du personnel présidentiel, Vigen Sargsian, dans le cadre d’un remaniement gouvernemental initié par Sarkissian.

L’ancien ministre a souligné qu’il a quitté « sans émotions particulières » son poste et a refusé « tous les postes de haut niveau qui m’ont été offerts » parce qu’il veut maintenant « réaliser des changements dans la vie politique interne de notre État ».

L’annonce est venue au lendemain de la déclaration de Victor Dallakian, jusqu’à récemment chef adjoint du personnel de Sarkissian, qui a prétendu que lui et ses alliés politiques « coopéreront » avec Ohanian lors des élections. “ Nous partageons la même évaluation des moyens nécessaires pour sortir de la situation actuelle en Arménie “, a affirmé Dallakian aux journalistes.

Dallakian a lancé des attaques cinglantes concernant Sarkissian immédiatement après avoir démissionné de l’administration présidentielle début d’octobre. Certains dirigeants de l’opposition ont spéculé ensuite sur le fait que sa démission est un stratagème préélectoral visant à affaiblir les opposants politiques réels de Sarkissian.

Ohanian a également été courtisé par Vartan Oskanian, un ancien ministre des Affaires étrangères qui a mis en place un nouveau parti d’opposition plus tôt cette année. Oskanian a exprimé l’espoir la semaine dernière que l’ancien chef de la Défense entrera dans une alliance électorale avec le parti appelé Hamakhmbum (Consolidation).

Ohanian a déclaré hier qu’il va clarifier ses plans politiques “ bientôt “.

posté le 21 décembre 2016 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200