Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Ohanian


POLITIQUE
L’ancien ministre Seyran Ohanian rejoint un bloc d’opposition

L’ancien ministre de la Défense Seyran Ohanian se joindra à une nouvelle alliance formée par l’opposition pour participer aux prochaines élections législatives en Arménie, a déclaré vendredi l’un des dirigeants de l’opposition, Vartan Oskanian.

“Je peux déjà confirmer qu’il sera certainement impliqué dans l’alliance“, a déclaré Oskanian au service arménien de RFE / RL (Azatutyun.am) lors d’une interview.

Hamakhmbum (Consolidation) d’Oskanian et deux autres groupes d’opposition ont annoncé la création de leur bloc mardi. Ils ont expliqué qu’ils chercheront conjointement à former un « nouveau type de gouvernement » à la suite des élections prévus pour le 2 avril. Le bloc est ouvert à de nouveaux membres, ont-ils précisé dans un communiqué.

La déclaration a suivi une nouvelle réunion entre Oskanian et Ohanian. Ce dernier a déclaré peu de temps avant cette réunion qu’il continuait à tenir des consultations avec divers partis et individus dans le but de créer un bloc électoral.

Ohanian a été congédié du poste de ministre de la Défense en octobre dans le cadre d’un remaniement gouvernemental initié par le président Serge Sarkissian. Il a dit en décembre qu’il « participera activement » aux élections parlementaires pour tenter de provoquer des changements politiques et économiques en Arménie.

“La présence conjointe de moi et Seyran Ohanian dans l’arène politique devrait offrir aux gens le genre d’alternative qu’ils veulent voir à la veille des élections“, a déclaré Oskanian.

Le leader du parti Hamakhmbum, qui a été ministre des Affaires étrangères de 1998 à 2008, a également admis qu’Ohanian pourrait figurer en tête de la liste des candidats à l’élection du bloc. “Je n’exclus pas cela, dit-il. C’est possible. Mais cette question n’a pas encore été discutée. “

Le bloc d’Oskanian pourrait également être rejoint par le parti Zharangutyun (héritage), une force d’opposition plus radicale. Le leader de Zharangutyun, Raffi Hovannisian, n’a pas exclu cette possibilité lundi dernier malgré de fortes objections exprimées par certains hauts responsables de son parti.

Ils pensent que Zharangutyun ne doit pas faire équipe avec Oskanian et Ohanian parce que les deux anciens ministres ont été impliqués dans la répression meurtrière contre les manifestants fidèles à l’ancien président Robert Kotcharian en 2008.

posté le 23 janvier 2017 par Claire/armenews


OPPOSITION
Le parti Zharangutyun n’exclut pas la possibilité de s’allier avec deux ex ministres

Un membre du parti Zharangutyun (Heritage) de Raffi Hovannisian n’a pas exclu la possibilité de former une alliance électorale avec l’ancien ministre des Affaires étrangères, Vartan Oskanian, et l’ancien ministre de la Défense, Seyran Ohanian.

Armen Martirosian, vice-président de Zharangutyun, a déclaré que lui-même et Hovannisian croient que leur parti aura une meilleure chance de parvenir à un changement de régime s’il s’associe avec d’autres groupes d’opposition avant les élections législatives du 2 avril. Il a précisé avoir déjà tenu des consultations avec des alliés potentiels.

Martirosian n’a pas exclu que le parti Zharangutyun s’associera avec Oskanian et Ohanian. Oskanian a affirmé le mois dernier qu’il avait rencontré Hovannisian et Ohanian récemment.

Selon Martirosian, le conseil d’administration du parti Zharangutyun prendra une décision définitive sur cette alliance électorale possible dans les prochains jours.

Au moins un membre du conseil d’administration, Zaruhi Postanjian, s’est exprimée publiquement contre un rapprochement avec Oskanian et Ohanian.

Mercredi, Postanjian a déclaré que les deux hommes étaient impliqués dans la répression mortelle post-électorale de 2008. Elle a précisé que Zharangutyun devrait coopérer avec eux seulement s’ils admettent leur responsabilité et acceptent de « comparaître devant une cour après les élections ».

Oskanian était ministre des Affaires étrangères, tandis qu’Ohianian était le chef de l’état-major de l’armée arménienne à l’époque. Ohanian a été chargé de faire respecter un état d’urgence qui a été décrété à Erevan suite à des affrontements entre les forces de sécurité et les manifestants de l’opposition.

Oskanian a fait une déclaration télévisée spéciale en direct du palais présidentiel à Erevan le 1 mars 2008, quelques heures seulement avant que huit partisans du leader de l’opposition Levon Ter-Petrosian et deux policiers aient été tués dans les violences. Il a averti Ter-Petrosian qu’il devait mettre fin aux manifestations.

Martirosian a soutenu qu’Oskanian n’a pas personnellement ordonné l’utilisation de forces létales contre les milliers de manifestants qui se sont barricadés dans le centre-ville d’Erevan. Il a également défendu Ohanian en rappelant que l’ancien ministre de la Défense est un vétéran décoré de la guerre du Haut-Karabagh. Ce fait lui fait espérer le fait que “Ohanian soit préoccupé par la situation dans le pays.“

Ohanian a été licencié en octobre dans le cadre d’un remaniement gouvernemental initié par le président Serge Sarkissian. Il a annoncé en décembre qu’il « participera » activement aux prochaines élections dans le but de provoquer des changements politiques et économiques en Arménie.

posté le 16 janvier 2017 par Claire/armenews


ELECTIONS LEGISLATIVES
Le parti d’Oskanian intensifie ses efforts en vue d’un bloc de l’opposition

Le parti Hamakhamm (Consolidation) de Vartan Oskanian, ancien ministre des Affaires étrangères, intensifie ses efforts dans le but de former une alliance avec d’autres forces de l’opposition en vue des prochaines élections législatives en Arménie.

“ Il ne reste plus beaucoup de temps. Je pense que nous aurons bientôt un résultat d’une manière ou d’une autre “, a déclaré hier Stepan Markarian, vice-président du parti.

Markarian est l’un des trois membres de l’« équipe de négociations » qui a été formée par le conseil d’administration du parti Hamakhmbum lundi. Selon une déclaration publiée par ce CA, l’équipe intensifiera des « discussions préliminaires » avec d’autres groupes et individus non spécifiés opposés au gouvernement arménien. Il a qualifié de “satisfaisantes“ les discussions qui ont eu lieu jusqu’à présent.

“La formation d’alliances a toujours été un processus difficile en Arménie, et pas seulement à cause des ambitions partisanes“, a commenté Markarian. « Notre tâche est de déterminer la limite des concessions que peuvent faire les différentes forces politiques ».

Le processus entre maintenant dans une « phase beaucoup plus concrète », a ajouté Markarian. Il a confirmé que le parti Zharangutyun (Patrimoine) de Raffi Hovannisian et l’ancien ministre de la Défense Seyran Ohanian sont parmi les alliés potentiels de Hamakhmbum.

“Nous avons un accord mutuel de ne rien divulguer jusqu’à ce qu’un accord définitif avec toutes les forces possibles soit trouvé“, a précisé Markarian.

Le vice-président de Zharangutyun, Armen Martirosian, a déclaré que son parti est prêt, en principe, à se joindre à Oskanian, qui a été ministre des Affaires étrangères de l’ancien président Robert Kocharian de 1998 à 2008. Le rôle présumé d’Oskanian dans la répression post-électorale de 2008 n’est pas un obstacle insurmontable à une telle coopération, a t-il dit.

Martirosian a soutenu que les partis d’opposition ne peuvent pas désassembler le gouvernement actuel par eux-mêmes et doivent donc conclure des alliances.

Oskanian a révélé le mois dernier qu’il avait rencontré Hovannisian, le dirigeant de Zharangutyun, ainsi qu’Ohanian peu après que ce dernier a été remercié du gouvernement en octobre. Il a exprimé l’espoir que l’ancien ministre de la Défense fera équipe avec son parti et d’autres groupes d’opposition.

Ohanian a annoncé sa décision de participer activement aux prochaines élections en décembre. Mais il n’a pas encore précisé pour quel parti.

Oskanian et ses alliés politiques ont créé Hamakhmbum en juin après avoir quitté le parti Arménie prospère (BHK), deuxième plus grande force dans l’actuel Parlement arménien.

posté le 11 janvier 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE
Ohanian participera aux législatives pour obtenir un changement de régime

L’ancien ministre de la Défense, Seyran Ohanian, participera aux prochaines élections législatives en Arménie dans le but d’obtenir un « changement de régime », a annoncé vendredi un chef de l’opposition.

Victor Dallakian, qui était un haut fonctionnaire jusqu’à récemment, a insisté sur le fait qu’Ohanian et son parti appelé la Troisième République sont prêts à former une alliance électorale qui pourrait également comprendre d’autres groupes d’opposition.

“Notre coopération ne se poursuit pas“, a déclaré Dallakian aux journalistes. “Notre coopération est de plus en plus profonde et cela a à voir avec le fait que les évaluations de notre parti et de Seyran Ohanian de la situation actuelle du pays et des manières d’en sortir sont identiques.“

“Nous sommes d’avis qu’il soit possible de parvenir pacifiquement à un changement de régime dans notre pays à la suite des élections législatives de manière unie et consolidée“, a-t-il déclaré.

Ohanian a annoncé sa décision de participer activement aux élections d’avril 2017 lundi, un peu plus de deux mois après avoir été remercié de son poste de ministre de la Défense lors d’un remaniement gouvernemental initié par le président Serge Sarkissian. Il a assuré qu’il s’efforcera de provoquer des changements politiques et économiques dans le pays, mais n’a pas nommé d’alliés politiques.

Ohanian a été nommé ministre de la Défense peu de temps après que Sarkissian soit devenu président en 2008. Il était le principal général de l’armée arménienne jusqu’alors.

“Seyran Ohanian n’est pas responsable de cette situation en Arménie“, a déclaré Dallakian après avoir présidé une conférence pré-électorale de son parti. “Une seule personne est responsable de cette situation en Arménie et cette personne est le président Serge Sarkissian.“

Dallakian a lancé des attaques cinglantes contre Sarkissian immédiatement après avoir démissionné début octobre en tant que vice-chef du personnel présidentiel responsable des relations avec le Parlement arménien. Il occupait ce poste depuis 2012.

Dallakian, qui était un député de l’opposition au début et au milieu des années 2000, a minimisé l’importance de ce travail, en soulignant qu’il a seulement effectué des « fonctions symboliques » dans le personnel de Sarkissian.

Dans un discours au congrès du parti, Dallakian a critiqué durement le président et a dit que les forces d’opposition devraient resserrer les rangs pour empêcher la victoire du Parti républicain au pouvoir aux prochaines élections. Il a affirmé que les autorités arméniennes vont tenter de bourrer les bulletins de vote et risquer ainsi des “cataclysmes révolutionnaires“ post-électoraux.

Ohanian a également été courtisé par Vartan Oskanian, un ancien ministre des Affaires étrangères très critique du gouvernement actuel. Oskanian a exprimé l’espoir plus tôt ce mois-ci que l’ancien chef de la défense fera équipe avec son parti Consolidation en juin.

posté le 26 décembre 2016 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE
Seyran Ohanian participera activement aux élections législatives

Deux mois après son licenciement, l’ancien ministre de la Défense, Seyran Ohanian, a annoncé hier qu’il participera « activement » aux prochaines élections législatives pour tenter d’apporter des changements politiques et économiques en Arménie.

Ohanian a laissé entendre qu’il se présentera contre le président Serge Sarkissian et son Parti républicain (HHK) lors de élections prévues pour avril. Mais il n’a pas critiqué explicitement le gouvernement arménien.

« J’ai décidé de participer activement aux processus politiques et, en particulier, électoraux (...) pour la sécurité de notre État et la réalisation de mes idées nationales », a écrit Ohanian sur sa nouvelle page Facebook.

Il a déclaré qu’il avait entamé « une série de consultations avec les forces politiques, les structures non gouvernementales, les personnalités et les intellectuels ». Il n’a donné le nom d’aucun d’entre eux, expliquant plutôt qu’il essaie de former une « équipe » politique qui cherchera à « former un nouveau type de système politique et économique en Arménie avec un nouveau type de gouvernance ».

Général de l’armée à la retraite, Ohanian a commandé les forces armées soutenues par l’Arménie du Haut-Karabagh de 1999 jusqu’à être nommé en 2007 par le président Robert Kotcharian chef de l’état-major de l’armée arménienne. Il est devenu ministre de la Défense en 2008 peu de temps après que Sarkissian succède à Kotcharian à la tête de l’Etat.

Ohanian a été remplacé en octobre par le chef du personnel présidentiel, Vigen Sargsian, dans le cadre d’un remaniement gouvernemental initié par Sarkissian.

L’ancien ministre a souligné qu’il a quitté « sans émotions particulières » son poste et a refusé « tous les postes de haut niveau qui m’ont été offerts » parce qu’il veut maintenant « réaliser des changements dans la vie politique interne de notre État ».

L’annonce est venue au lendemain de la déclaration de Victor Dallakian, jusqu’à récemment chef adjoint du personnel de Sarkissian, qui a prétendu que lui et ses alliés politiques « coopéreront » avec Ohanian lors des élections. “ Nous partageons la même évaluation des moyens nécessaires pour sortir de la situation actuelle en Arménie “, a affirmé Dallakian aux journalistes.

Dallakian a lancé des attaques cinglantes concernant Sarkissian immédiatement après avoir démissionné de l’administration présidentielle début d’octobre. Certains dirigeants de l’opposition ont spéculé ensuite sur le fait que sa démission est un stratagème préélectoral visant à affaiblir les opposants politiques réels de Sarkissian.

Ohanian a également été courtisé par Vartan Oskanian, un ancien ministre des Affaires étrangères qui a mis en place un nouveau parti d’opposition plus tôt cette année. Oskanian a exprimé l’espoir la semaine dernière que l’ancien chef de la Défense entrera dans une alliance électorale avec le parti appelé Hamakhmbum (Consolidation).

Ohanian a déclaré hier qu’il va clarifier ses plans politiques “ bientôt “.

posté le 21 décembre 2016 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



OPPOSITION
Oskanian espère conclure une alliance avec l’ancien ministre de la Défense

L’ancien ministre des Affaires étrangères, Vartan Oskanian, a exprimé l’espoir que l’ancien ministre de la Défense, Seyran Ohanian, participera aux prochaines élections législatives arméniennes dans le cadre d’une alliance avec son parti et d’autres groupes d’opposition.

S’exprimant mardi soir, Oskanian a également mentionné Raffi Hovannisian, le chef du parti Zharangutyun, parmi d’autres membres potentiels d’un bloc d’opposition qu’il essaie de former avant les élections prévues pour avril .

“J’ai beaucoup de respect pour Seyran Ohanian“, a t-il décalré. “Nous avons travaillé ensemble dans le passé. Je réagirai très positivement s’il décide de participer aux élections législatives. J’imagine très bien une coopération avec lui.“

“Je pense que si une telle alliance est créée, ce sera une très bonne alliance. Mais il n’y a pas encore d’accords à cet effet, et seul le temps nous dira si cela sera possible. “

Oskanian a révélé qu’il a rencontré Ohanian après que ce dernier a été licencié du poste de ministre de la Défense en octobre. “Seyran Ohanian n’a pas encore pris sa décision concernant les élections“, a t-il précisé.

Oskanian, qui critique fortement l’administration du président Serge Sarkissian, a cependant prévenu : “J’ai eu une rencontre purement personnelle et amicale avec Seyran Ohanian, et je ne veux pas qu’elle soit considérée comme faisant partie des discussions sur la formation d’alliances“.

Ohanian a été remplacé par le chef du personnel présidentiel, Vigen Sargsian, dans le cadre d’un remaniement gouvernemental initié par le président Sarkissian. Il était ministre de la Défense depuis 2008. Il n’a fait aucune déclaration publique depuis son remerciement.

Général de l’armée à la retraite, Ohanian a commandé les forces armées du Haut-Karabagh de 1999 jusqu’à être nommé en 2007 par le président Robert Kotcharian en tant que chef de l’état-major de l’armée arménienne. Oskanian a été le ministre des Affaires étrangères pendant toute la présidence de Kotcharian, de 1998 à 2008.

Oskanian et ses associés politiques ont mis en place un nouveau parti d’opposition appelé Hamakhmbum (Consolidation) en juin après avoir quitté le BHK. L’ex-ministre a déclaré le mois dernier que Hamakhmbum est prêt à former une alliance électorale avec d’autres partis d’opposition. Il a décrit le vote d’avril 2017 comme une “occasion unique“ pour réaliser un changement de régime dans le pays.

“Nous menons des négociations avec diverses forces politiques“, a déclaré Oskanian. “J’espère que nous formerons aussi une alliance. Mais il est encore trop tôt pour faire des déclarations à ce sujet.“

posté le 15 décembre 2016 par Claire/armenews


DEFENSE
D’après Ohanian, la Russie a commencé à fournir de nouvelles armes à l’Arménie

La Russie a commencé à fournir à l’Arménie de nouvelles armes en conformité avec les contrats de défense de plusieurs millions de dollars signés par les deux pays alliés, a annoncé hier le ministre de la Défense, Seyran Ohanian.

Le gouvernement arménien avait pu les payer grâce à un prêt de 200 millions de $ que Moscou lui avait alloué il y a un an.

Le gouvernement avait décidé d’accélérer la mise en œuvre de l’accord suite à la guerre de quatre jours début avril au Haut-Karabagh. Il a chargé le ministère arménien de la Défense de négocier rapidement des contrats d’approvisionnement avec les agences gouvernementales russes compétentes.

“Presque tous les contrats ont été signés et les procédures interétatiques pour leur mise en œuvre sont terminées“, a expliqué Ohanian aux journalistes après avoir inspecté les troupes arméniennes stationnées le long de la frontière fortement militarisée avec l’Azerbaïdjan.

“Grâce à des instruments existants et dans le cadre des accords conclus par le passé, les importations d’armes russes sont actuellement en cours“, a t-il précisé alors qu’il était dans la région du Tavouch.

Fin juin, deux proches d’Ohanian s’étaient rendus à Moscou pour des entretiens avec de hauts fonctionnaires du ministère de la Défense russe, ainsi que des membres de l’agence gouvernementale russe en charge des transactions d’armes avec des États étrangers, Rosoboronexport.

Ohanian n’a pas précisé les types ou les quantités d’armes que l’Arménie va acheter aux Russes, avec des prix fixés bien au-dessous du niveau du marché international.

En février, Moscou a publié une longue liste d’armes de fabrication russe qui peuvent être achetées pour 200 millions $. Elle comprend notamment le système de lance-roquettes multiples Smerch, le système de roquettes lourdes thermobariques TOS-1A, des armes anti-chars et des missiles sol-air tirés à l’épaule.

Au cours des dernières années, la Russie aurait vendu 18 lanceurs Smerch et autant de systèmes TOS-1A à l’Azerbaïdjan ainsi que plus de 100 chars T-90, plus de 30 hélicoptères de combat et d’autres armes offensives. Les livraisons d’armes russes à l’Etat ennemi de l’Arménie, d’une valeur d’au moins 4 milliards $, provenaient de contrats signés en 2010-2011.

Les dirigeants arméniens ont intensifié leurs critiques des ventes d’armes russes à Bakou lors du conflit du Haut-Karabagh en avril dernier. Les Russes ont rejeté ces remarques, en justifiant qu’ils fournissaient des armes à l’Arménie et à l’Azerbaïdjan afin de maintenir « l’équilibre militaire » dans le conflit. L’ambassadeur russe en Azerbaïdjan a déclaré le mois dernier que Moscou a l’intention de signer de nouveaux contrats de défense avec Bakou.

Ohanian a défendu hier l’alliance militaire de l’Arménie avec la Russie, insistant sur le fait que cette derniere défendrait l’état du Caucase du Sud dans le cas d’une “agression“ étrangère.

Moscou et Erevan ont également négocié l’an dernier la livraison de missiles russes Iskander à l’armée arménienne. Avec un champ de tir allant jusqu’à 500 kilomètres, les systèmes sophistiqués rendraient l’infrastructure pétrolière et gazière de l’Azerbaïdjan encore plus vulnérable à des frappes de missiles arméniennes dans l’éventualité d’une guerre à grande échelle au Karabagh.

Un général de l’armée arménienne avait revendiqué en avril le fait que l’Arménie avait déjà de tels missiles dans son arsenal militaire. Il n’a eu aucune confirmation officielle.

posté le 10 août 2016 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMÉNIE
Erevan voit la Russie comme une opportunité pour développer sa défense aérienne

L’Arménie pourra utiliser les avions russes et les satellites espions pour protéger son espace aérien après que son nouveau système ait été mis en place cette année, a annoncé mercredi le ministre de La Défense Seyran Ohanian.

Ohanian a rejeté les critiques concernant un accord russo-arménien de certains hommes politiques de l’opposition et militants pro-occidentaux.

Les militaires russes et arméniens ont conjointement protégé l’espace aérien arménien depuis la moitié des années 90, dans le cadre d’une alliance défensive unissant les deux pays. L’accord en question, qui a été signé en décembre, développera cette alliance à travers la création d’un “système régional uni de défense aérienne“ russo-arménien.

Sous cet accord, le système de défense aérienne couvrira “la région du Caucase“, comprenant probablement le sud de la Russie, l’Arménie et les territoires adjacents du Sud Caucase. Il sera dirigé par le commandant de la zone militaire sud de Russie et “coordonné“ par le chef des forces aériennes russes.

L’accord stipule également qu’un général arménien commandeta l’ensemble des forces aériennes déployées en Arménie. Cela inclut des S-300 sophistiqués et des missiles sol-air, ainsi que des avions de chasse MiG-29 qui sont rattachés à la base militaire russe, située à Gyumri.

Ohanian a insisté sur le fait que le nouveau MiG-29, modernisé, et d’autres infrastructures de défense aérienne russe seront à la disposition de l’Arménie “à la fois en temps de guerre et de paix“. “L’accord nous permettra également d’avoir accès à d’importants renseignements qui seront disponibles dans une base de données commune et nous aidera à éviter des violations éventuelles de nos ennemis“ a-t-il annoncé aux journalistes.

Le ministre semble faire référence aux informations collectées par les satellites espions russes. Le Ministère de La Défense arménien à déjà indiqué cela dans un rapport détaillé, publié au début du mois.

Un des députés d’Ohanian, Ara Nazarian, a donné des assurances similaires mardi lors d’un débat parlementaire sur la ratification de l’accord arméno-russe. “Des actions pertinentes seront ordonnées par le commandant de notre défense aérienne“ a affirmé Nazarian.

L’accord a été soutenu mercredi, non seulement par le Parti Républicain au pouvoir, mais aussi par la plupart des partis d’opposition représentés au parlement arménien. Cela a fait de sa ratification par l’Assemblée Nationale une conclusion inévitable.

Zaruhi Postanjian, un député d’un autre parti d’opposition, Héritage, a fait partie des quelques législateurs qui se sont exprimés contre le nouveau système de défense aérienne militaire russo-arménien. “Vous transformez l’Arménie en un territoire complètement sous contrôle politique et militaire russe“ a-t-elle accusé pendant le débat.

posté le 30 juin 2016 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



COOPERATION MILITAIRE
Le ministre de la Défense russe se dit prêt à vendre plus d’armes à l’Azerbaïdjan

Tout en s’exposant aux critiques de l’Arménie, le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a salué hier les relations militaires “stratégiques“ entre la Russie et l’Azerbaïdjan. Il a signalé la volonté de Moscou de vendre plus d’armes à Bakou.

“Notre coopération militaire a un caractère stratégique“, a déclaré Shoygu à son homologue azerbaïdjanais, Zakir Hassanov, lors d’entretiens qui ont eu lieu à Moscou.

“Je pense qu’il y a un potentiel de croissance et de développement de nos relations. Nous allons certainement tout faire pour veiller à ce que notre partenariat et nos liens stratégiques amicaux continuent à se développer“, a t-il ajouté.

Selon un communiqué du ministère, Shoygu a également expliqué qu’il serait “heureux“ de voir une délégation de l’Azerbaïdjan lors de l’exposition d’armes massives de l’armée russe en septembre. Des entreprises de défense russes y montreront “les armes etmatériel militaire“ du pays pendant une semaine, selon le communiqué.

Hasanov a, quant à lui, signifié que les relations entre les deux pays étaient “stratégiques et amicales“. Il a également souligné l’importance de la formation par la Russie du personnel militaire azerbaïdjanais. Il a exprimé l’espoir que le nombre d’Azerbaïdjanais qui étudieront dans des académies militaires russes augmenteront l’an prochain.

La déclaration de Shoygu est venu plus de deux mois après l’offensive de l’armée azerbaïdjanaise au Haut-Karabagh qui a déclenché l’escalade la plus grave du conflit depuis la guerre arméno-azerbaïdjanaise qui a eu lieu entre 1991 et 1994. Les dirigeants arméniens ont accusé la vente d’armes russes à l’Azerbaïdjan, qui aurait grandement encouragé cette attaque. Une position que refute la Russie.

Le premier vice-ministre de la Défense arménienne, Davit Tonoyan, en a discuté avec son homologue russe Anatoly Antonov lors de leur rencontre à Moscou mardi. Le ministère de la Défense russe a déclaré avoir parlé d’“un certain nombre de questions pressantes concernant la coopération militaire et militaro-technique entre les deux pays“.

Malgré l’aide militaire russe continue à Erevan, la volonté apparente de Moscou à vendre plus d’armement à Bakou pourrait déclencher de nouvelles critiques des représentants du gouvernement arménien et des politiciens pro-gouvernementaux.

Shoygu a rencontré le ministre arménien de la Défense Seyran Ohanian immédiatement après ses entretiens avec Hasanov. “Nous tenons à maintenir notre partenariat stratégique“, a déclaré Ohanian.

Le ministre russe a salué la coopération de défense avec l’Arménie, insistant sur la formation et l’éducation militaire, plutôt que sur les livraisons d’armes. Le ministère de la Défense russe l’a cité comme ayant déclaré que Moscou est “prête“ à inscrire plus de 200 officiers arméniens et cadets dans les académies militaires russes cette année.

Ohanian, pour sa part, a déclaré que les relations militaires bilatérales connaissaient un “développement dynamique“. Son bureau de presse a dit qu’il a également parlé avec Shoygu du “développement de la coopération militaro-technique.“

posté le 16 juin 2016 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200